• Développement local
  • Les pôles d’équilibre territoriaux et ruraux se voient en "incubateurs" de super-intercos rurales

Les pôles d’équilibre territoriaux et ruraux se voient en "incubateurs" de super-intercos rurales

Le pôle d’équilibre territorial et rural (PETR) qui permet de mutualiser des services, telles l’aide à l’ingénierie ou la promotion touristique, mais aussi d’impliquer la société civile, peut aider les petits EPCI ruraux à exister, face aux nouvelles grandes régions. C'est l'idée du président de l'Association nationale des pôles d’équilibre territoriaux et ruraux et des pays, qui voit dans le PETR "l'outil idéal de transition pour faciliter l'accès à des dispositifs régionaux ou européens inaccessibles à des communautés trop petites". Et un président d'un PETR d'y voir "un outil souple, efficace, pas cher, avec une capacité d'ingénierie, qui a pris la place des services de L’État sur le territoire. Je le vois vraiment comme une agence de développement local". Mais le PETR implique une démarche volontariste des élus, avec la constitution d'un projet de territoire, et il faudra composer avec la refonte toute fraiche de la carte intercommunale et les nouvelles régions.

A lire : Les PETR se voient en "incubateurs" de super-intercos rurales, Emmanuel Guillemain d'Echon, La Gazette, 23 mai 2016 (2 pages)
Demander cet article en copie (un service réservé aux cotisants à Cap Rural)

Mots-clés: SCoT, tourisme, urbanisme, Europe, financements, associations, citoyens, Etat, Collectivités, ingénierie, société civile