urbanisme

"La périurbanisation offre une revanche aux villages"

Pour comprendre la formule, il faut lire le texte d'Eric Charmes publié le 24 octobre 2017 dans La Vie des idées. Pour le chercheur en sciences sociales appliquées aux questions urbaines et à l'urbanisme, et à contrecourant du discours/diagnostic qui oppose la richesse des villes à la pauvreté des campagnes, "les territoires en crise sont (...) avant tout des cœurs de ville, des territoires très urbains" ; en profitent alors "des campagnes périurbaines qui prennent le pouvoir".

"Recycler pour transformer un territoire" : la reconversion architecturale et économique d'une ancienne filature

Ronchamp, 3000 habitants en Haute-Saône, dispose d'une filature bâtie au XIXème siècle et désaffectée depuis 2011. Sa reconversion se veut "un modèle d’architecture et d’urbanisme en milieu rural", selon un article du Moniteur. Le site abrite désormais le siège de la communauté de communes Rahin et Chérimont ainsi qu'une salle de répétition ; bientôt s'ajouteront une galerie d’expositions, une halle d’événements, une salle omnisports et une "cour des artisans", conformément à la double vocation économique et culturelle voulue par le nouveau propriétaire public. La colonne vertébrale de cet ensemble sera apportée par une voie verte, aménagée sur près de 2 kilomètres. Ce projet a été accompagné par le Parc naturel régional des Ballons des Vosges, très engagé sur la relation entre urbanisme et environnement en montagne.

12 projets innovants dans les PNR

En 2011, le Ministère de l'Écologie et la DATAR ont lancé un appel à projets auprès des Parcs naturels régionaux autour de trois thématiques : la construction des solidarités écologiques entre les territoires, l'innovation des Parcs pour maîtriser quantitativement et qualitativement l'urbanisation et les outils à développer pour anticiper la mutation des territoires ruraux. Les douze projets lauréats sont aujourd'hui achevés. Retrouvez ci-dessous 12 fiches explicitant chaque projet, sa dimension d'innovation, des conseils, informations et contacts. La Fédération des Parcs, qui a été chargée d'assurer le suivi, l'accompagnement et la valorisation de cet appel à projets, a organisé une restitution nationale le 9 juillet 2014 avec une présentation générale, le bilan et les perspectives de ces projets.

2006-2012 : évolution de l’occupation des sols en Auvergne-Rhône-Alpes

La Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement (DREAL) d'Auvergne-Rhône-Alpes a diffusé une note sur les résultats issus du service du programme européen Copernicus, lequel publie régulièrement une photographie complète de l'occupation du sol français depuis 1990. Ce document pointe un ralentissement de l’artificialisation entre 2006 et 2012.

222 villes moyennes bénéficieront du plan "Cœur de ville"

Le ministre de la Cohésion des territoires a dévoilé le 27 mars 2018 la liste des communes bénéficiaires du plan Action Cœur de ville, doté d’un budget de cinq milliards € sur cinq ans, visant à redynamiser les centres-villes des communes petites et moyennes. On y trouve des villes de taille diverses - plus d’un tiers sont des villes de moins de 20 000 habitants, certaines de 7 à 8 000 habitants. 25 villes ont été sélectionnées en Auvergne-Rhône-Alpes, dont 17 dans la partie rhônalpine.

50 projets de revitalisation de centres-bourgs soutenus par l'Etat, dont quatre en Rhône-Alpes

Un appel à manifestation d'intérêt pour "accompagner de façon expérimentale la revitalisation de centres-bourgs" a été lancé par le gouvernement en juin 2014. Parmi les 300 dossiers présentés par des communes et intercommunalités, une cinquantaine de projets retenus seront soutenus par l'État à hauteur de 40 millions d'euros par an. Il s'agit de projets transversaux visant à limiter l'étalement urbain, redynamiser l'offre de commerces, créer des équipements et des services adaptés aux besoins des habitants, relancer les activités, ou encore rénover ou réaliser des logements dans des communes rurales de moins de 10 000 habitants. En Rhône-Alpes, quatre communes ont été retenues : Largentière (07), Saint-Bonnet-le-Château (42), Saint-Marcellin (38) et Tizy-les-Bourgs (69).

A voir : des exemples d'ÉcoQuartiers en milieu rural

"Un ÉcoQuartier est un projet d’aménagement urbain qui respecte les principes du développement durable tout en s’adaptant aux caractéristiques de son territoire", indique le ministère de la Cohésion des territoires. En 2017, le réseau ÉcoQuartier de la DREAL et des Directions Départementales des Territoires et de la mer de Bretagne a accompagné la réalisation d’un film consacré à cette démarche dans les communes rurales. A travers trois exemples de projets labellisés, la vidéo illustre l’évolution de la démarche au cours des dernières années. Elle permet notamment d’accompagner les collectivités rurales dans leur projet de revitalisation de centre-bourg. La vidéo est accompagnée de fiches d'expériences.

Activation citoyenne des rez-de-chaussée vacants pour des rues vivantes

A Saint-Étienne, le Bureau Éphémère d’Activation Urbaine (BEAU) a cherché à cultiver la vitalité du territoire à travers le réinvestissement de rez-de-chaussée vacants. Le processus : imaginer collectivement des scénarios de transformation des rez-de-chaussée, faire émerger de nouveaux services et de nouvelles manières d’habiter les espaces délaissés. Le projet est né en 2014 de l’envie d’expérimenter un urbanisme participatif qui s’appuie sur les ressources de la ville et sur sa diversité culturelle liée à l’histoire industrielle et à sa construction par vagues migratoires successives. Parmi les résultats : la création de nouvelles dynamiques sur le territoire, la transformation temporaire d'une dizaine de boutiques pour tester des activités (boutique bien-être, tiers-lieu pour éducation heureuse, archives municipales hors les murs, un atelier d’enduit de terre crue…).

Améliorer la construction et l'urbanisme en milieu rural : outils et méthode participatifs mis en place dans des PNR

Mairie-conseils livre le compte-rendu d'une réunion téléphonique organisée en 2014 sur la démarche "Créer le patrimoine de demain en stimulant une architecture durable locale" engagée par les PNR des Pyrénées Ariégeoises et des Vosges du Nord. La réunion a permis aux Parcs de présenter les outils mis en œuvre, notamment une malle pédagogique "urbanisme durable" et un programme de formation conçus pour les élus ; un conseil architectural sur le terrain proposé aux pétitionnaires dès l'amont de leur projet, avec la mobilisation d'une ingénierie spécifique ; des commissions pré-permis composées d'élus et de partenaires pour un débat collégial sur les projets avant dépôt avec le pétitionnaire ; des outils d'évaluation. Ce débat a illustré les possibilités d'associer élus et pétitionnaires au cœur des projets de construction, de partager une culture commune d’urbanisme durable, de mieux se représenter ce qu'impliquent la construction, l'urbanisme, le paysage, l'énergie dans les territoires, l’apport d’un conseil architectural… Retrouvez la présentation de la démarche, les questions et les réponses des participants.

Appel à manifestation d’intérêt : bois-bourg

Pour communes de moins de 10 000 habitants

A travers cet AMI, l’État apportera son soutien à 100 projets de construction ou réhabilitation (petits logements collectifs, maisons individuelles, commerces, équipements publics...) dans des bourgs ou territoires ruraux utilisant du bois et des matériaux biosourcés locaux.

Appel à propositions : protéger la biodiversité et les continuités écologiques alpines

Pour collectivités territoriales et leurs groupements, gestionnaires d'espaces naturels, établissements publics des parcs nationaux, associations, conservatoires...

Cet appel à projets s'inscrit dans l'axe 1 "Protéger et valoriser les ressources alpines pour un développement durable des territoires de Montagne" du Programme Opérationnel Interrégional FEDER du Massif des Alpes. Objectif visé : protéger la biodiversité et les continuités écologiques alpines et participer à l’indicateur de résultat : diminution du taux d’espèces naturelles d’intérêt communautaire menacées sur les Alpes. L'appel à propositions cible les actions de gestion patrimoniale et fonctionnelle des milieux et des espaces, mais également de soutien d’une ingénierie au sein des espaces valléens et des territoires de projets alpins visant l’intégration des problématiques de protection de la biodiversité au sein des documents d’urbanisme locaux et des stratégies territoriales de développement et d’aménagement.

Ce que pourrait être le SRADDET

La nouvelle organisation territoriale instaure de nouveaux schémas intégrateurs régionaux : le Schéma régional d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires (SRADDET) et le Schéma régional de développement économique, d’innovation et d’internationalisation (SRDEII), qui se substituent aux schémas sectoriels préexistants. Le SRADDET concerne de nombreuses thématiques, indique le site internet de la région Auvergne-Rhône-Alpes : l’implantation d’infrastructures d’intérêt régional (routes, fibre optique), le désenclavement des territoires ruraux, l’habitat et la gestion économe de l’espace, les déplacements, la lutte contre le changement climatique, la maîtrise et la valorisation de l’énergie, la pollution de l’air, la protection et la restauration de la biodiversité, et enfin la prévention et gestion des déchets. La Fédération nationale des agences d'urbanisme (FNAU) apporte une contribution à la réflexion, en pointant quatre enjeux aux SRADDET : schéma d’aménagement du territoire intégrateur, schéma prescriptif territorialisé, schéma négocié avec les autres collectivités, schéma mis en œuvre.

Ces professionnels que les collectivités s’arrachent

Sur fonds de transferts de compétences et de fusions, certains métiers se retrouvent au centre d’une concurrence, à la fois géographique et salariale, entre territoires. Les urbanistes et les développeurs économiques sont particulièrement concernés.

Comment densifier les opérations menées en secteur rural, pour des locataires culturellement attirés par le logement individuel ?

Les 5èmes rencontres du Forum des politiques de l'habitat privé, le 22 mars 2017, ont été l’occasion de zoomer sur trois types d'innovation susceptibles d'impacter les politiques locales de l'habitat : innovation technologique (numérique), sociale et de produits/services/usages. Parmi les "Innovations de services" présentées dans les actes de ces rencontres, on trouve un zoom sur une démarche de design associant professionnels, élus et habitants, menée par Finistère Habitat, en vue de la construction d'une dizaine de logements à Saint-Pol-de-Léon (7400 habitants). Objectif de la démarche : proposer une alternative qualitative à l'habitat individuel qui permette à la fois de densifier et de valoriser le foncier.

Coopérations entre territoires urbains et forestiers

L'Observatoire régional de la forêt méditerranéenne (Ofme) de (PACA) revient sur une journée de travail et d’échanges entre territoires urbains (notamment métropolitains) et forestiers qui a abordé trois sujets : la forêt dans les documents d’urbanisme, la réciprocité entre urbain et rural, le développement de nouvelles filières territoriales basées sur la valorisation des pins méditerranéens.

Des "fronts urbains" pour contenir l’étalement et dialoguer entre territoires

Le front urbain se traduit à la fois par une limite, dans le sens où il exprime la volonté de contenir l'étalement urbain, et par un espace de lien, entre l'espace bâti et l’espace ouvert, l'espace urbain et l'espace naturel, agricole ou forestier, où dialoguent la ville et la campagne. "Cet espace de transition nécessite une attention particulière dans les projets, et une réflexion à l’échelle de la planification", prévient l'Institut d'aménagement et d'urbanisme (IAU) d'Ile de France dans une note expliquant comment positionner ces fronts urbains dans une démarche de territoire.

Des conseils villageois pour une démarche active d’accueil de nouveaux habitants

Les élus d'Arvieu (870 habitants, Aveyron) et sur place une Scop spécialisée dans la gestion web et multimédia s'inquiétaient du recul démographique. Pour donner envie de vivre et travailler dans cette commune, une consultante a été sollicitée, qui a encouragé les élus à mener une démarche participative avec la population. Ceux-là ont d'abord réalisé une proposition de plan d’actions à mener d’ici 2020 et organisé deux réunions publiques en 2015 au cours desquelles les participants ont pris connaissance de la démarche, amendé et complété le plan d’actions, ainsi que l’organisation pour les mettre en œuvre. Divers aspects de la vie ont été abordés : habitat, commerces, services, culture, numérique, loisirs, alimentation, agriculture ainsi que communication. Dix conseils villageois thématiques, pilotés par un animateur et/ou élu référent, ont été mis en place, avec de premières actions qui ont abouti à l'accueil de huit nouvelles familles (reprise de commerces, télétravail...). De nouveau réunis en 2016, les habitants ont redessiné cette fois le cœur de bourg avec l’aide d’un architecte, en envisageant la création de nouveaux services connectés au très haut débit en lien avec l'arrivée de la fibre optique : fablab, tiers-lieu convivial, espace de coworking, service d’autopartage d’un véhicule électrique… Une liste de partenaire a été dressée et des dossiers de financement ont été préparés. Mairie-conseils fait le récit de cette démarche.

Des pistes pour la mobilité dans les territoires ruraux

La revue Environnement & Technique publie un dossier sur la mobilité dans les territoires ruraux, accessible à l'achat, dont chaque article est en ligne. Ceux-ci présentent : un tour d'horizon des enjeux, un "bouquet de possibilités" comme alternative au tout voiture, la piste du télétravail comme outil pour aider les collectivités à agir contre les congestions et relancer l'économie locale, les plans de mobilité d'entreprise (PDE) pour encourager le covoiturage domicile-travail, et des outils de la politique d'urbanisme pour aider les collectivités à agir sur la mobilité.

Développer l’habitat intermédiaire : un projet en cours au Pays Voironnais

Le Pays Voironnais élabore actuellement son nouveau Programme local de l’habitat (PLH) et s’interroge sur sa stratégie de positionnement résidentiel afin d’enrayer une perte d’attractivité et de répondre aux nouvelles attentes résidentielles, en tenant compte des spécificités de chacun des territoires qui le composent. La communauté d'agglomération a alors mandaté l’Agence d’Urbanisme de la Région Grenobloise afin de qualifier les attentes du territoire en matière d’habitat intermédiaire, une forme d’habitat qui permet de rompre avec l'opposition habitat collectif / maison individuelle et de proposer le même confort d’usage que la maison individuelle tout en consommant moins de foncier et en concourant à la redynamisation des centres-bourgs. Le CAUE de l’Isère a parallèlement été chargé d’une double mission : sensibiliser élus et techniciens à l’habitat intermédiaire et proposer une méthodologie qui pourrait les aider à garantir la qualité des futurs programmes d’habitat intermédiaire. Récit de cette action en cours par le CAUE 38.

Emprunt communal participatif pour un projet d'urbanisme rural

De novembre à décembre 2016, la commune de Langouët (Ille-et-Vilaine) lève des fonds citoyens via un emprunt participatif (crowdlending) sur la plate-forme Collecticity pour un montant total de 40 000 €, qui viendront compléter des financements déjà obtenus (notamment du ministère de l'écologie), afin de financer son projet d'urbanisme rural selon une démarche d'économie circulaire. A mi parcours, 23 850 € ont déjà été levés.