citoyens

Activation citoyenne des rez-de-chaussée vacants pour des rues vivantes

A Saint-Étienne, le Bureau Éphémère d’Activation Urbaine (BEAU) a cherché à cultiver la vitalité du territoire à travers le réinvestissement de rez-de-chaussée vacants. Le processus : imaginer collectivement des scénarios de transformation des rez-de-chaussée, faire émerger de nouveaux services et de nouvelles manières d’habiter les espaces délaissés. Le projet est né en 2014 de l’envie d’expérimenter un urbanisme participatif qui s’appuie sur les ressources de la ville et sur sa diversité culturelle liée à l’histoire industrielle et à sa construction par vagues migratoires successives. Parmi les résultats : la création de nouvelles dynamiques sur le territoire, la transformation temporaire d'une dizaine de boutiques pour tester des activités (boutique bien-être, tiers-lieu pour éducation heureuse, archives municipales hors les murs, un atelier d’enduit de terre crue…).

Appel à projets : faire ensemble avec nos différences

Pour associations à but non lucratif et structures d’intérêt général ayant au moins deux ans d’existence - appel à projets permanent

Dans le cadre de cet appel à projets, la Fondation SNCF choisit de soutenir des actions inter-associatives (toute action doit être coconstruite et pilotée par au moins trois associations) qui permettent aux citoyens qui ne se côtoient pas habituellement ou se connaissent mal de se rencontrer et de partager des activités communes. L’objectif est de leur permettre de s’ouvrir aux autres, s’enrichir des différences, partager pour aller au-delà des idées reçues et aussi trouver leur place dans la société. Au-delà de la rencontre, la notion de "faire ensemble" est fondamentale, car l’action commune favorise le partage et l’enrichissement mutuel. Les projets peuvent par exemple associer deux générations ou plus, un public en situation de handicap et un public valide, des personnes de cultures différentes, favoriser la mixité... Enjeux de cette démarche : la co-construction associative qui multiplie les angles d’attaque, conforte la pertinence des actions, et qui par la mutualisation des ressources et des énergies optimise l’impact et fait bouger les lignes ;  le partage des "différences" dans l’action et la mise en œuvre de réalisations communes.

Appel à projets : habiter et vivre ensemble sur son territoire

Pour structures à but non lucratif (associations, groupements d’habitants dotés d’une identité juridique...) - avant le 14 mars ou le 12 septembre 2018

Les projets doivent concerner d'abord le public en marge des dispositifs de droit commun, celui que touche la pénurie de logements à coût accessible. Ils doivent viser aussi bien l’accès au logement que le maintien dans celui-ci, le développement d’une nouvelle offre que l’implication des habitants sur leur territoire. La Fondation de France soutiendra notamment, mais sans exclusive, les projets développant des solutions nouvelles telles que l’habitat participatif, le logement des travailleurs précaires, l’écohabitat... et ceux contribuant à sortir des situations de fragilité les habitants de copropriétés en difficultés, d’habitat dégradé et/ou énergivore...

Appel à projets : vieillir acteur et citoyen de son territoire

Notamment pour associations, communes, EPCI, GIP... - avant le 5 septembre 2018

Lancé par la Fondation de France, cet appel à projets vise à soutenir des actions innovantes ou expérimentales qui favorisent l’implication et la participation des habitants âgés dans tous les domaines de la vie locale et leur reconnaissance comme citoyens à part entière, acteurs du développement local, à titre individuel et en tant que groupe social. Trois axes sont proposés : s’exprimer, être entendu et agir sur son territoire ; mettre les nouvelles technologies au service du lien social ; anticiper et accompagner les étapes et les ruptures
qui marquent le vieillissement

Ardèche : un nouveau fonds départemental pour la restauration du patrimoine rural associé à du financement participatif

Le Conseil départemental de l'Ardèche vient de mettre en place un fonds dédié à la sauvegarde du patrimoine rural emblématique public et privé, non protégé au titre des Monuments historiques. Ce dernier sera alimenté en partie par la redevance versée par l’exploitant de La Caverne du Pont d’Arc. Il servira à financer la restauration d'édifices et sites divers qui participent à l'identité du département (patrimoine en pierre sèche, hydraulique, industriel ou ferme traditionnelle). A noter que ce fonds s'articule avec du crowdfunding : les porteurs de projets sont invités à utiliser les plateformes de crowdfunding pour mobiliser les habitants de leur territoire, car l’intervention financière du Département sera conditionnée à l’adhésion d’une communauté d’habitants au projet de restauration.

Association : comment réussir l'accueil des bénévoles ?

"Autour de la notion d'accueil des bénévoles s'articule le besoin d'une découverte mutuelle entre accueil et accueillant" indique un article pratique sur le sujet de Juris Associations. Car un processus de "recrutement" spécifique mérite d'être mis en œuvre, qu'il convient de distinguer d'un recrutement de salarié. Comment réussir les premiers contacts entre une association / un salarié et un bénévole ? Quels sont les premiers pas pour trouver l'adéquation entre les attentes d'un bénévole et les besoins de l'association ? Et quel processus d'intégration conduire pour que le bénévole s'approprie les valeurs, le projet et le fonctionnement de l'association ?

Avec les "Greeters", une nouvelle offre de tourisme dans le "Nouveau Rhône"

Portage institutionnel et déclinaison rurale du concept des "Greeters" font l’intérêt de cette formule mise en place à l'été 2017 dans le Nouveau Rhône, un département au nouveau visage puisqu'il ne regroupe, depuis le 1er janvier 2015, que les territoires extérieurs à la métropole de Lyon, devenant ainsi un "territoire rural ceignant la métropole lyonnaise". Le principe de l'offre touristique : des offres de balades avec des habitants passionnés de leur territoire. Un article de Territoires Conseils explique ce dispositif.

Baromètre 2017 du crowdfunding des énergies renouvelables (EnR) en France

En 2017, d'après GreenUnivers, 20,5 millions € ont été recueillis auprès des citoyens pour le financement des énergies vertes, soit une augmentation de 78% par rapport à 2016. En tête des choix d’investissement : le photovoltaïque et l’éolien suivis, dans l’ordre, par l’hydraulique et la méthanisation. A noter que la région Auvergne-Rhône-Alpes fait partie, aux côtés des régions Nouvelle Aquitaine et Occitanie, des trois régions à l’avant-garde de ce type de financement.

Bois énergie et réseau de chaleur citoyen pour une commune de Haute-Savoie

ForestEner est une entreprise créée en Savoie en 2016 proposant des systèmes bois-énergie clefs en mains pour des chaufferies de moyennes puissances "avec une forte dimension locale et citoyenne". Cette société est constituée d’entreprises spécialisées en bois énergie et de deux acteurs du financement citoyen et de projets d’énergies renouvelables (Energie Partagée Investissement et Enercoop Rhône Alpes). La commune de Lucinges (74) a confié à ForestEner l'investissement, la conception, la réalisation, l’exploitation et la maintenance de son futur réseau de chaleur bois énergie au travers d’un contrat de délégation de service public. Objectifs : approvisionner les habitants et bâtiments communaux en chaleur renouvelable, issue du bois des forêts environnantes, et confier aux actionnaires et à la commune la gouvernance du projet.

Breizh COP : une concertation pour la construction d’un nouveau projet de transition de territoire

Avec la Breizh COP, la Région Bretagne a décidé de mettre les Bretons au centre du grand projet régional, qui déterminera l’avenir de leur territoire. Ainsi, au-delà des ateliers territoriaux et de la consultation des institutions et acteurs partenaires, la Région a ouvert en 2018 un large débat public. Elle met ainsi à disposition de chaque commune, collectivité, association, organisme, entreprise, mais aussi de chaque citoyen des outils originaux (jeu de plateau, jeu vidéo de gestion/simulation territoriale, questionnaire) pour participer à l’élaboration de ce projet régional. A noter : le jeu Strategiezh, outil ludique de débat public et d’animation d’ateliers, sous forme de jeu de plateau, permet de manipuler les enjeux du développement durable, en jouant au jeu des 7 familles.

Budget participatif : les petites communes sont souvent les plus généreuses

Le site lesbudgetsparticipatifs.fr a réalisé un classement 2016 des budgets participatifs les plus généreux de France. Observant les résultats, des journalistes de La Gazette ont titré leur article "Budget participatif : les petites communes sont souvent les plus généreuses". Car sur les 20 villes observées (sur 25 budgets participatifs français), trois communes de 3000 à 25 000 habitants arrivent parmi les cinq premières, si l'on met en relation le nombre d’habitants d’un territoire et son budget alloué. Le montant moyen par ville se situe à 11,83 euros avec toutefois de très fortes disparités.

Cartographie "territoires de projets" et GAL 2014-2020

L’Association nationale des Pôles d'équilibre territoriaux et ruraux et des Pays (ANPP) a réalisé une carte pour mettre en avant "la synergie entre les Territoires de projets et les GAL, dans la mesure où 90% des programmes LEADER sont portés par un Territoire de projets ou une association de Territoires de projets."

Ceux qui font : portraits d'initiatives citoyennes

Depuis juin 2016, le quotidien Le Monde a initié une série de portraits sur ceux qui, "face au pessimisme ambiant, (...) agissent, font bouger la société à petite ou grande échelle". A retrouver, des initiatives ancrées dans les territoires ruraux portées par une institutrice, une agricultrice, un sculpteur, une maire, une assistante sociale, une ancienne magistrate.

Collectivités : des outils pour s’orienter vers une économie locale favorable au territoire et au bien-être de la population

La démarche Néolab² (Nouvelles économies, opportunités et leviers d’actions pour le bien-être en Bretagne), initiée par la DREAL Bretagne, visait à développer une réflexion et un engagement sur la transition économique au service du bien-être territorial (la construction de nouvelles économies locales soutenables, soucieuses de l’usage des ressources et de l’épanouissement des êtres humains) et une sensibilisation des acteurs aux démarches de coresponsabilité (collectivités, entreprises, citoyens). Pour cela, elle s'est appuyée sur l’accompagnement méthodologique de trois collectivités (une commune et deux communautés de communes). Les expériences des territoires pilotes ont été capitalisées pour proposer des outils aux élus et agents de développement qui souhaitent s'investir à leur tour dans ce genre de démarches.

Collectivités : guide du financement participatif et étude sur ses usages

Le financement participatif : moteur d’engagement citoyen, catalyseur de mécénat, chouchou des circuits courts, utile pour le petit patrimoine ou la mobilisation autour de grands projets territoriaux et infrastructures énergétiques... Depuis 2015, les collectivités peuvent se saisir de la finance participative. Un nouveau guide, réalisé par Financement Participatif France avec le soutien de la CDC, vise à informer, à encourager et à outiller les territoires désireux de se saisir de ces nouvelles opportunités. De son côté, une étude de l’Institut du développement durable et des relations internationales (Iddri) a exploré les usages du crowdfunding par les collectivités locales en France et en dresse un bilan et des perspectives intéressantes. 

Comment densifier les opérations menées en secteur rural, pour des locataires culturellement attirés par le logement individuel ?

Les 5èmes rencontres du Forum des politiques de l'habitat privé, le 22 mars 2017, ont été l’occasion de zoomer sur trois types d'innovation susceptibles d'impacter les politiques locales de l'habitat : innovation technologique (numérique), sociale et de produits/services/usages. Parmi les "Innovations de services" présentées dans les actes de ces rencontres, on trouve un zoom sur une démarche de design associant professionnels, élus et habitants, menée par Finistère Habitat, en vue de la construction d'une dizaine de logements à Saint-Pol-de-Léon (7400 habitants). Objectif de la démarche : proposer une alternative qualitative à l'habitat individuel qui permette à la fois de densifier et de valoriser le foncier.

Comment impliquer les citoyens dans la gestion de l'eau ? Retours d'expériences de PNR

Ce guide, publié en septembre 2016 par l'Agence de l'eau Rhône Méditerranée Corse et le Groupement des Amis des Parcs naturels régionaux du Sud-Est, est composé de deux volumes : un carnet théorique et un carnet méthodologique et pratique. Le premier explique en quoi consiste la gestion participative de l'eau et quels sont ses objectifs. Différents types de démarches participatives y sont détaillés. Ce carnet aborde aussi le rôle des PNR dans la gestion participative. Le second présente des retours d'expériences de démarches participatives dans des PNR du Sud-Est ainsi que des fiches outils.

Concertation et participation : un dossier de l'Adcf

Les différents outils et vecteurs de la participation présupposent un minimum de règles du jeu, des méthodes éprouvées, des ingénieries adaptées, une adéquation entre le sujet traité et l’outil utilisé. S’agit-il d’un cadre de participation ponctuel ou pérenne ? Doit-il refléter la diversité sociologique de la population ? À quelle échelle territoriale faut-il organiser la concertation ? Souhaite-t-on une simple réponse binaire (oui ou non) à une question unique, comme dans un référendum, ou une participation beaucoup plus engageante dans la vie civique et les projets locaux ? Le mensuel Intercommunalités, de l'Assemblée des communautés de France (Adcf), revient dans un dossier étoffé sur les différentes formes de concertation, leurs vertus et limites, en essayant d’y voir plus clair dans leurs contributions respectives à un débat public et citoyen éclairé.

Conseils citoyens : conditions et enjeux d’une réussite

Afin d’assurer l’autonomie des conseils citoyens et d’en garantir la pérennité et la vitalité, les acteurs publics de plusieurs villes autour de Nantes et l’État ont mis en place une expérimentation pour accompagner les dynamiques existantes, faire émerger des conseils citoyens sur d’autres quartiers et structurer l’échelle métropolitaine. A partir de l’expérience nantaise, un document court propose d’analyser les conditions et les enjeux de la réussite des conseils citoyens et livre quelques clés de réflexion pour garantir leur autonomie.

Consultation : villes et territoires de demain

Pour tous - avant le 17 juillet 2018

Les ministères de la Transition écologique et solidaire et de la Cohésion des territoires lancent cette consultation en ligne avec pour objectif "de construire des solutions concrètes et relever les défis à venir avec les citoyens. Cette consultation permettra ensuite de bâtir des politiques nationales et locales en adéquation avec les attentes exprimées". Celle-ci est structurée en cinq thématiques : habiter son quartier, se déplacer, participer à la vie locale, vivre en bonne santé, se former et travailler.