citoyens

Activation citoyenne des rez-de-chaussée vacants pour des rues vivantes

A Saint-Étienne, le Bureau Éphémère d’Activation Urbaine (BEAU) a cherché à cultiver la vitalité du territoire à travers le réinvestissement de rez-de-chaussée vacants. Le processus : imaginer collectivement des scénarios de transformation des rez-de-chaussée, faire émerger de nouveaux services et de nouvelles manières d’habiter les espaces délaissés. Le projet est né en 2014 de l’envie d’expérimenter un urbanisme participatif qui s’appuie sur les ressources de la ville et sur sa diversité culturelle liée à l’histoire industrielle et à sa construction par vagues migratoires successives. Parmi les résultats : la création de nouvelles dynamiques sur le territoire, la transformation temporaire d'une dizaine de boutiques pour tester des activités (boutique bien-être, tiers-lieu pour éducation heureuse, archives municipales hors les murs, un atelier d’enduit de terre crue…).

Appel à contributions : préparation du Forum international pour le bien vivre

Pour tous - avant le 5 février 2018

Porté par des collectivités locales (Grenoble-Alpes Métropole et la Ville de Grenoble), la communauté universitaire de Grenoble (COMUE et Université Grenoble-Alpes) et la société civile (CCFD-Terre Solidaire et le collectif FAIR / Forum pour d’Autres Indicateurs de Richesses), ce forum européen se tiendra à Grenoble du 6 au 8 juin 2018. Il rassemblera élus, agents des collectivités, scientifiques, acteurs associatifs et citoyens engagés "pour penser la question des indicateurs de richesse(s) et agir ensemble face à la nécessité d’un changement de modèle". Les acteurs économiques et sociaux, chercheurs, élus ou citoyens engagés dans ces réflexions sont invités à proposer un atelier, une intervention, un débat… pour construire le programme de l’événement.

Appel à projets : faire ensemble avec nos différences

Pour associations à but non lucratif et structures d’intérêt général ayant au moins deux ans d’existence - appel à projets permanent

Dans le cadre de cet appel à projets, la Fondation SNCF choisit de soutenir des actions inter-associatives (toute action doit être coconstruite et pilotée par au moins trois associations) qui permettent aux citoyens qui ne se côtoient pas habituellement ou se connaissent mal de se rencontrer et de partager des activités communes. L’objectif est de leur permettre de s’ouvrir aux autres, s’enrichir des différences, partager pour aller au-delà des idées reçues et aussi trouver leur place dans la société. Au-delà de la rencontre, la notion de "faire ensemble" est fondamentale, car l’action commune favorise le partage et l’enrichissement mutuel. Les projets peuvent par exemple associer deux générations ou plus, un public en situation de handicap et un public valide, des personnes de cultures différentes, favoriser la mixité... Enjeux de cette démarche : la co-construction associative qui multiplie les angles d’attaque, conforte la pertinence des actions, et qui par la mutualisation des ressources et des énergies optimise l’impact et fait bouger les lignes ;  le partage des "différences" dans l’action et la mise en œuvre de réalisations communes.

Appel à projets : Rues aux enfants, rues pour tous

Pour collectifs d’habitants, associations, ludothèques, collectivités, centres sociaux, centres de loisirs… - avant le 16 février 2018

Pour l’Association Nationale des Conseils d’Enfants et de Jeunes (ANACEJ) et ses partenaires, "Rues aux enfants, Rues pour tous" est une rue fermée temporairement à la circulation motorisée où les enfants peuvent jouer librement sur toute sa largeur et en toute sécurité ; organisé en collaboration avec différents acteurs (collectivité, parents, associations), c’est l’occasion pour les enfants de s’approprier leur environnement, de redécouvrir leur ville. Les porteurs de projet retenus bénéficieront d’un accompagnement par des experts et l’initiative sera valorisée au niveau local et national.

Ardèche : un nouveau fonds départemental pour la restauration du patrimoine rural associé à du financement participatif

Le Conseil départemental de l'Ardèche vient de mettre en place un fonds dédié à la sauvegarde du patrimoine rural emblématique public et privé, non protégé au titre des Monuments historiques. Ce dernier sera alimenté en partie par la redevance versée par l’exploitant de La Caverne du Pont d’Arc. Il servira à financer la restauration d'édifices et sites divers qui participent à l'identité du département (patrimoine en pierre sèche, hydraulique, industriel ou ferme traditionnelle). A noter que ce fonds s'articule avec du crowdfunding : les porteurs de projets sont invités à utiliser les plateformes de crowdfunding pour mobiliser les habitants de leur territoire, car l’intervention financière du Département sera conditionnée à l’adhésion d’une communauté d’habitants au projet de restauration.

Association : comment réussir l'accueil des bénévoles ?

"Autour de la notion d'accueil des bénévoles s'articule le besoin d'une découverte mutuelle entre accueil et accueillant" indique un article pratique sur le sujet de Juris Associations. Car un processus de "recrutement" spécifique mérite d'être mis en œuvre, qu'il convient de distinguer d'un recrutement de salarié. Comment réussir les premiers contacts entre une association / un salarié et un bénévole ? Quels sont les premiers pas pour trouver l'adéquation entre les attentes d'un bénévole et les besoins de l'association ? Et quel processus d'intégration conduire pour que le bénévole s'approprie les valeurs, le projet et le fonctionnement de l'association ?

Avec les "Greeters", une nouvelle offre de tourisme dans le "Nouveau Rhône"

Portage institutionnel et déclinaison rurale du concept des "Greeters" font l’intérêt de cette formule mise en place à l'été 2017 dans le Nouveau Rhône, un département au nouveau visage puisqu'il ne regroupe, depuis le 1er janvier 2015, que les territoires extérieurs à la métropole de Lyon, devenant ainsi un "territoire rural ceignant la métropole lyonnaise". Le principe de l'offre touristique : des offres de balades avec des habitants passionnés de leur territoire. Un article de Territoires Conseils explique ce dispositif.

Budget participatif : les petites communes sont souvent les plus généreuses

Le site lesbudgetsparticipatifs.fr a réalisé un classement 2016 des budgets participatifs les plus généreux de France. Observant les résultats, des journalistes de La Gazette ont titré leur article "Budget participatif : les petites communes sont souvent les plus généreuses". Car sur les 20 villes observées (sur 25 budgets participatifs français), trois communes de 3000 à 25 000 habitants arrivent parmi les cinq premières, si l'on met en relation le nombre d’habitants d’un territoire et son budget alloué. Le montant moyen par ville se situe à 11,83 euros avec toutefois de très fortes disparités.

Cartographie "territoires de projets" et GAL 2014-2020

L’Association nationale des Pôles d'équilibre territoriaux et ruraux et des Pays (ANPP) a réalisé une carte pour mettre en avant "la synergie entre les Territoires de projets et les GAL, dans la mesure où 90% des programmes LEADER sont portés par un Territoire de projets ou une association de Territoires de projets."

Ceux qui font : portraits d'initiatives citoyennes

Depuis juin 2016, le quotidien Le Monde a initié une série de portraits sur ceux qui, "face au pessimisme ambiant, (...) agissent, font bouger la société à petite ou grande échelle". A retrouver, des initiatives ancrées dans les territoires ruraux portées par une institutrice, une agricultrice, un sculpteur, une maire, une assistante sociale, une ancienne magistrate.

Collectivités : des outils pour s’orienter vers une économie locale favorable au territoire et au bien-être de la population

La démarche Néolab² (Nouvelles économies, opportunités et leviers d’actions pour le bien-être en Bretagne), initiée par la DREAL Bretagne, visait à développer une réflexion et un engagement sur la transition économique au service du bien-être territorial (la construction de nouvelles économies locales soutenables, soucieuses de l’usage des ressources et de l’épanouissement des êtres humains) et une sensibilisation des acteurs aux démarches de coresponsabilité (collectivités, entreprises, citoyens). Pour cela, elle s'est appuyée sur l’accompagnement méthodologique de trois collectivités (une commune et deux communautés de communes). Les expériences des territoires pilotes ont été capitalisées pour proposer des outils aux élus et agents de développement qui souhaitent s'investir à leur tour dans ce genre de démarches.

Collectivités : guide du financement participatif et étude sur ses usages

Le financement participatif : moteur d’engagement citoyen, catalyseur de mécénat, chouchou des circuits courts, utile pour le petit patrimoine ou la mobilisation autour de grands projets territoriaux et infrastructures énergétiques... Depuis 2015, les collectivités peuvent se saisir de la finance participative. Un nouveau guide, réalisé par Financement Participatif France avec le soutien de la CDC, vise à informer, à encourager et à outiller les territoires désireux de se saisir de ces nouvelles opportunités. De son côté, une étude de l’Institut du développement durable et des relations internationales (Iddri) a exploré les usages du crowdfunding par les collectivités locales en France et en dresse un bilan et des perspectives intéressantes. 

Comment densifier les opérations menées en secteur rural, pour des locataires culturellement attirés par le logement individuel ?

Les 5èmes rencontres du Forum des politiques de l'habitat privé, le 22 mars 2017, ont été l’occasion de zoomer sur trois types d'innovation susceptibles d'impacter les politiques locales de l'habitat : innovation technologique (numérique), sociale et de produits/services/usages. Parmi les "Innovations de services" présentées dans les actes de ces rencontres, on trouve un zoom sur une démarche de design associant professionnels, élus et habitants, menée par Finistère Habitat, en vue de la construction d'une dizaine de logements à Saint-Pol-de-Léon (7400 habitants). Objectif de la démarche : proposer une alternative qualitative à l'habitat individuel qui permette à la fois de densifier et de valoriser le foncier.

Comment impliquer les citoyens dans la gestion de l'eau ? Retours d'expériences de PNR

Ce guide, publié en septembre 2016 par l'Agence de l'eau Rhône Méditerranée Corse et le Groupement des Amis des Parcs naturels régionaux du Sud-Est, est composé de deux volumes : un carnet théorique et un carnet méthodologique et pratique. Le premier explique en quoi consiste la gestion participative de l'eau et quels sont ses objectifs. Différents types de démarches participatives y sont détaillés. Ce carnet aborde aussi le rôle des PNR dans la gestion participative. Le second présente des retours d'expériences de démarches participatives dans des PNR du Sud-Est ainsi que des fiches outils.

Concertation et participation : un dossier de l'Adcf

Les différents outils et vecteurs de la participation présupposent un minimum de règles du jeu, des méthodes éprouvées, des ingénieries adaptées, une adéquation entre le sujet traité et l’outil utilisé. S’agit-il d’un cadre de participation ponctuel ou pérenne ? Doit-il refléter la diversité sociologique de la population ? À quelle échelle territoriale faut-il organiser la concertation ? Souhaite-t-on une simple réponse binaire (oui ou non) à une question unique, comme dans un référendum, ou une participation beaucoup plus engageante dans la vie civique et les projets locaux ? Le mensuel Intercommunalités, de l'Assemblée des communautés de France (Adcf), revient dans un dossier étoffé sur les différentes formes de concertation, leurs vertus et limites, en essayant d’y voir plus clair dans leurs contributions respectives à un débat public et citoyen éclairé.

Consultation : projet de plan d’action national sur le loup et les activités d’élevage pour la période 2018-2023

Pour tous - avant le 29 janvier 2018

Depuis 2004, l’ensemble des actions qui fondent la politique de l’État en la matière est consigné au sein de plans nationaux d’actions établis pour une période de cinq ans. Le plan pour la période 2018-2023, ouvert à la consultation publique, constituera ainsi le quatrième plan national d’actions sur le sujet.

Covoiturage des courtes distances : qui sera le "Blablacar du quotidien" ?

"Qui sera le "Blablacar du quotidien" ?" C'est le titre d'un article publié le 6 mars 2017 par trois chercheurs dans la revue Métropolitiques, qui interroge pourquoi, alors que la pratique est bien établie pour des trajets de longue distance, le covoiturage peine à s’imposer pour les mobilités du quotidien. Jugeant que les initiatives actuelles pour le covoiturage du quotidien émanent essentiellement d’acteurs privés, les auteurs estiment "qu'il est désormais nécessaire de passer à l'institutionnalisation et à la territorialisation" de ce type de covoiturage qui offre un potentiel encore largement sous-exploité.

Démocratie locale : Saillans raconté par deux voix

Interview de Vincent Beillard et Joachim Hirschler, respectivement maire et adjoint de la commune de Saillans. Trois ans après leur élection à la tête d'une liste collégiale, ils racontent au magazine Ouishare la genèse et l'histoire de cette élection, le fonctionnement en groupe, les thèmes travaillés, la recherche de consensus... sans faire l'économie des difficultés (ex. : burn out pour tous) ou des échecs (ex. : non mobilisation des jeunes).

Des centrales solaires citoyennes sur des toits du PNR du Vercors

Il s'agit d'un projet porté au départ par 17 habitants, qui ont entraîné à leur suite d'autres citoyens et des collectivités locales. La SAS Vercors Soleil réunit à ce jour 81 actionnaires pour un capital de 55000 euros, dont la commune de Saint-Martin en Vercors et la communauté de communes du Vercors, et s'est constituée suivant un montage coopératif où chaque actionnaire possède une voix lors des votes. L'objectif du projet : équiper à l'automne 2016 18 toits, dont 10 bâtiments publics, de centrales photovoltaïques. L'électricité sera injectée sur le réseau dans le cadre du dispositif d'obligation d'achat. Les bénéfices seront ensuite réinvestis dans d'autres centrales d'énergies renouvelables, solaires ou non, et dans la sensibilisation aux économies d'énergie.

Des clowns, employés communaux, pour retisser les liens et participer à la croissance du bonheur communal brut

"Qu’est-ce qu’on doit faire aujourd’hui chef ?", demandent chaque matin les clowns en se jetant aux pieds du maire d'une petite commune rurale. Collecter les ordures ménagères en jouant au basket avec les sacs, nettoyer la statue de la Vierge en se hissant tant bien que mal sur son socle, promener un poisson rouge... Ces clowns font les idiots du village, ceux à qui tout le monde parle, et qui parlent à tout le monde. C’est un service public décalé, visant à apporter de la bonne humeur en allant à la rencontre des habitants à travers des missions de service de proximité, du lundi au vendredi, de 9h à 17h. Fabriquer du lien, c’est l’essence même de ce projet lancé en 2008 par la Compagnie La manivelle et proposé aux collectivités locales, soutenu par la DRAC d'Occitanie.