• Développement local

Situation des associations de développement agricole et rural d'Auvergne-Rhône-Alpes

"Les associations de développement agricole et rural d'Auvergne-Rhône-Alpes n'ont pas le soutien de la nouvelle équipe régionale", lit-on dans l'édition d'octobre 2016 de Transrural initiatives, qui rapporte des déclarations d'élus régionaux et précise les baisses de subventions qui concernent ces associations. Les chambres d'agriculture sont en revanche perçues par le nouvel exécutif comme le seul acteur légitime du développement agricole, toujours selon le mensuel. Or, interroge le magazine, "qu'en est-il de la place du citoyen, du consommateur, de l'acteur rural, du cotisant solidaire, tous impactés par les choix d'une politique agricole mais non représentés par les chambres d'agriculture ?"

Lire la suite

Analyses de géographes sur les inégalités territoriales

En juillet 2017, France Stratégie, organisme de réflexion, d’expertise et de concertation placé auprès du Premier ministre, publiait une note intitulée "Dynamiques et inégalités territoriales". La Gazette a proposé à deux géographes, Gérard-François Dumont et Daniel Béhar, d'analyser les constats et les propositions de France Stratégie et les conséquences de la réforme territoriale. Une interview croisée et riche, sous le titre "Inégalités territoriales : un enjeu de la présidentielle ?"

Lire la suite

Syndicats mixtes ou EPCI à fiscalité propre : qui portera l'ingénierie territoriale sur le terrain ?

Une question fondamentale consiste à se demander si l’ingénierie territoriale, au niveau infradépartemental, doit être portée par : des syndicats de type Scot ou autrefois de "pays", des PETR ou autres territoires usuels de contractualisation (tels les  CDDRA de l'ex-région Rhône-Alpes), comme ce fut longtemps le cas (ces échelons ayant souvent une expertise accumulée au fil des années) ; ou des EPCI à fiscalité propre, solution qui s’impose de plus en plus souvent si la communauté est à la fois vaste et structurée, à la faveur de la montée en puissance des outils de mutualisation et autres prestations de services. Chacun attend de voir ce que sera, au cas par cas, la strate privilégiée à l’avenir par la région, en termes de contractualisation et de constitutions d’agences, selon La Lettre du cadre territorial qui met en avant deux exemples de terrain pour éclairer le débat : l’expérience du PETR du Perche eurélien et les enseignements du Pays du Haut-Limousin.

Lire la suite

Les pôles d’équilibre territoriaux et ruraux se voient en "incubateurs" de super-intercos rurales

Le pôle d’équilibre territorial et rural (PETR) qui permet de mutualiser des services, telles l’aide à l’ingénierie ou la promotion touristique, mais aussi d’impliquer la société civile, peut aider les petits EPCI ruraux à exister, face aux nouvelles grandes régions. C'est l'idée du président de l'Association nationale des pôles d’équilibre territoriaux et ruraux et des pays, qui voit dans le PETR "l'outil idéal de transition pour faciliter l'accès à des dispositifs régionaux ou européens inaccessibles à des communautés trop petites". Et un président d'un PETR d'y voir "un outil souple, efficace, pas cher, avec une capacité d'ingénierie, qui a pris la place des services de L’État sur le territoire. Je le vois vraiment comme une agence de développement local". Mais le PETR implique une démarche volontariste des élus, avec la constitution d'un projet de territoire, et il faudra composer avec la refonte toute fraiche de la carte intercommunale et les nouvelles régions.

Lire la suite