• Action sociale, insertion

Vieillissement et déplacement : une enquête dans la Grande Région Grenobloise

"Répondre aux besoins de déplacements des seniors constitue un enjeu sociétal fort, car la capacité à se déplacer, facteur d’autonomie et de lien social, conditionne l’accès aux ressources de la ville", écrivent les auteurs de cette enquête ménages-déplacements réalisée en 2010, à savoir l'Agence d'urbanisme de la région grenobloise et le Syndicat mixte des transports en commun. "L’avancée en âge, poursuivent les auteurs, entraîne des modifications des comportements et des demandes de mobilité qui viennent interroger à la fois les politiques de mobilité et les orientations d’aménagement de l’espace public". Les résultats de l'enquête révèlent notamment que la moitié des personnes qui ne sort pas de chez elle un jour donné concerne les plus de 80 ans dans les territoires ruraux et périurbains. Si le fait de ne pas se déplacer n'est pas synonyme de repli sur soi (ex : lorsqu'on possède un jardin), "l'ampleur du phénomène conduit à s'interroger sur le risque d'isolement sociale qui menace les personnes les plus âgées". Des propositions d'action sont indiquées en fin de document.

Lire la suite

Loi NOTRe et petits centres communaux d’action sociale

L’article 79 de la loi NOTRe (2015) rend facultatifs les centres communaux d’action sociale (CCAS) dans les communes de moins de 1500 habitants et permet la dissolution de ceux qui existent déjà. La Gazette rapporte que, "dans plusieurs départements, les préfets ont adressé aux maires des communes concernées des courriers les invitant/incitant, sans explication de texte, à organiser une délibération de leur conseil municipal pour dissoudre leur CCAS d’ici fin 2015. Les destinataires ont été déboussolés par ce qui s’apparentait à une injonction !" Dans un courrier adressé aux maires, l’Union nationale des CCAS et l’Association des maires ruraux de France (AMRF) indiquent "que si cette loi supprime en effet le caractère obligatoire des CCAS dans les communes de moins de 1500 habitants et permet la dissolution des CCAS existants dans ces communes, elle ne l’oblige en aucun cas." L’UNCCAS et l’AMRF ont mis en ligne le site "Non au désert social" pour démêler le vrai du faux et présenter des ressources documentaires.

Lire la suite

Du travail payé à la journée pour les personnes marginalisées

TAPAJ, pour Travail Alternatif Payé À la Journée, est un dispositif d’insertion spécifique permettant aux jeunes en errance d’être rémunérés en fin de journée, pour une activité professionnelle qui ne nécessite pas de qualification ou d’expérience professionnelle particulière et ne les engage pas sur la durée. Programme en pré-employabilité auprès de personnes marginalisées créé au Québec, TAPAJ apporte en cela une réponse adaptée aux jeunes en errance que leurs problématiques sociales, éducatives et sanitaires tiennent éloignés des dispositifs de droit commun. Il se compose de trois phases : la prise de contact pour travailler dès le lendemain, la prise en charge (contrat de travail plus long, mise à plat de la situation administrative, médicale et sociale, recherche d’hébergement), l’accompagnement (augmentation du volume horaire travaillé, expérimentation de chantiers autonomes, accompagnement des projets d’insertion professionnelle).

Lire la suite

Une websérie originale sur des projets d'activités en milieu rural

SideWays est une websérie itinérante, projet de l'association A contre courant, réalisant des enquêtes en Europe à la recherche de nouvelles initiatives sociales. À travers les épisodes, sont mises en avant des initiatives positives et originales - dont plusieurs en milieu rural - dans lesquelles les protagonistes impulsent des démarches solidaires. Chaque épisode se décline sous un même format : une vidéo de cinq minutes et un article multimédia. Le projet se veut en lui-même alternatif, avec un modèle de production et de diffusion faisant appel au public et un modèle économique basé sur le financement participatif. Huit épisodes à voir (et à lire) à ce jour, notamment sur : le concept Toit à Moi (quatre-vingt personnes donnent 20€ par mois pour acheter un logement qui sera donné à un sans-abri), un travail collaboratif d'auto-construction d'éolienne, une épicerie participative, une boulangerie sans vendeur ouverte en permanence...

Lire la suite

Un bus itinérant pour apporter soutien, écoute et orientation

Le conseil général du Tarn a mis sur les routes l'Autabus, un fourgon aménagé qui sillonne depuis 2013, avec huit bénévoles, les cinq cantons du département pour aller au-devant des habitants en difficulté ou isolés. L'idée de ce bus itinérant est née suite à des études montrant un public manquant de produits de première nécessite et souffrant d'un manque de mobilité (faute de permis de conduire, de voiture ou d'argent), les indicateurs étant communs à toutes les tranches d'âges. Après avoir répondu à l'appel à candidatures, la Croix-Rouge a acquis un fourgon où est installé un accueil équipé d'une banquette, d'une table, d'un ordinateur, d'un téléphone... et distribue des colis alimentaires. De son côté, une association d'insertion met à sa disposition, à mi-temps, deux chauffeurs pour ce fourgon. Dans un article consacré à cette initiative, La Gazette montre l'intérêt de cette « porte d'entrée » comme levier pour orienter les personnes sur les questions de santé, de précarité énergétique, d'aide à l'enfance...

Lire la suite