• Être en veille
  • Vu, lu pour vous

Vu, lu pour vous :

Chaque semaine, nous épluchons la presse spécialisée et nous écumons Internet pour sélectionner les informations qui seront utiles aux agents de développement rural :

  • actualités du développement rural,
  • expériences menées dans différents domaines,
  • guides et conseils méthodologiques,
  • appels à projets et procédures de financement...

Toutes les informations présentées ici sont accompagnées de leurs références. Et n'engagent bien sûr que leur auteur !

Des campus connectés hors les villes

Annoncés par le gouvernement, 13 "campus connectés" accueilleront des étudiants dans des villes éloignées des grandes métropoles universitaires à la rentrée 2019, dont Privas en Auvergne-Rhône-Alpes. Ces nouveaux lieux d'études - individuels et collectifs - mis à disposition par des collectivités territoriales (villes, départements, régions) dispenseront une soixantaine de formations, principalement des licences universitaires et des BTS (droit, STAPS, sciences humaines et sociales, etc.). Sur place, il y aura un accompagnateur de proximité (non enseignant) pour dix étudiants ; un tutorat sera également exercé par les enseignants de l'université qui dispensent ces formations à distance.

Lire la suite

Les lieux intermédiaires pour les acteurs culturels

Protéiformes, hétérogènes, les lieux intermédiaires sont des espaces de travail, de création et parfois de diffusion artistique et culturelle partagés. Ils proposent des locaux, des équipements, voire des services mutualisés aux artistes et aux travailleurs culturels du territoire où ils sont implantés et accueillent la population à l'occasion d'activités et de manifestations diverses. Ils trouvent leur place dans un courant où se multiplient et s'amplifient expérimentations collectives et initiatives coopératives. Opale/CRDLA Culture et l'Ufisc publient un guide qui a pour objectif de mettre en lumière les caractéristiques de ces lieux, les activités qu'ils mettent en place, leurs modes de fonctionnement et de gouvernance, bien souvent coopératifs, leur utilité sociale et économique, ainsi que les forces et les faiblesses de leur modèle économique et de leur réseau partenarial. Il se conclut par un récapitulatif de leurs besoins récurrents en accompagnement.

Lire la suite

Transfert d'expérience et de compétences d'une commune pionnière en alimentation durable

Avec sa régie agricole et sa cantine scolaire 100 % bio, Mouans-Sartoux (9 510 habitants, Alpes-Maritimes) inspire depuis plus de dix ans nombre de collectivités. Afin de mesurer l'impact réel des visites sur les politiques alimentaires des territoires accueillis, les élus municipaux ont réalisé une enquête mettant en lumière que les visiteurs d'un jour bougent finalement assez peu, parfois découragés par l'ampleur de la tâche. En 2016, ils mettent alors sur pied une Maison de l'éducation à l'alimentation durable sur le site de production de la régie agricole, avec une salle de formation, une cuisine pédagogique et une parcelle de maraîchage à visée éducative, où s'installe l'équipe d'animation du projet alimentaire territorial. En 2018, deux principaux supports de formation et de diffusion sont lancés : un projet européen de transfert de pratiques en matière de restauration scolaire bio (BioCanteens) et un diplôme universitaire "chef de projet alimentaire durable" option collectivités territoriales, proposé sur six mois avec l'université de Côte-d'Azur, "une formation atypique, qui s'appuie sur notre cas pratique, décortiqué et mis en perspective par des universitaires", explique un élu dans un article de la Banque des Territoires.

Lire la suite

"Code source" des territoires de la transition

S'il n'y a pas de recette miracle, "il y a des ingrédients, des balises [des invariants], une façon de regarder la Transition au travers d'un ensemble de concepts opérationnels ; des méthodes, des dispositifs qui ont fait ressource ailleurs, et qui peuvent servir de point d'appui. Il y a également des enjeux auxquels chacun va se confronter" (ex : créer et faire durer l'engagement des acteurs, coopérer, réussir à intégrer différents chantiers pour aller vers une action plus systémique...). Loos-en-Gohelle (ville pionnière) et ATEMIS (laboratoire d'intervention et de recherche) ont posé un premier cadre de référence. Trois autres villes (Malaunay, Le Mené, Grande-Synthe) les ont rejoint en 2018-2019 pour un "Atelier Villes Pairs, Territoires pilotes de la Transition" et participer au transfert et à l'enrichissement d'un référentiel, réunissant élus, DGS et "certains membres des services" de collectivités, entrepreneurs ou acteurs engagés du territoire. Il en résulte deux publications clés, dont un référentiel constitué de concepts opérationnels adossés à des méthodologies d'actions.

Lire la suite

Identité et diversité de l'agriculture en Auvergne-Rhône-Alpes

Dans un document synthétique, le Service régional de l'information statistique, économique et territoriale de la Direction régionale de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt (DRAAF) pose un regard croisé entre les 12 départements à travers vingt indicateurs répartis dans huit thématiques : territoire, exploitations, systèmes de production, démarches de valorisation, économie, forêt, agroalimentaire, enseignement agricole.

Lire la suite

Mutations et perspectives des "petites centralités" françaises

Le CGET publie un état de la recherche française sur les petites centralités et fait le point sur les politiques publiques qui leur sont dédiées. Il s'agit aussi de questionner (de définir ?) l'objet "petites centralités", remis en question par de nouvelles polarités issues de l'hypermobilité, de la déconnexion entre lieux de vie et de travail, de l'évolution des modes de vie et de consommation... "L'un des changements les plus importants réside dans le fait que les petites centralités ne désignent plus seulement les petites villes centres du milieu rural mais également celles du périurbain", un autre est que "leurs profils se sont de plus en plus diversifiés". Faut-il à présent penser dispersion/articulation, poly-centralité... ? La note "appelle l'invention de nouveaux modèles (...) ainsi que des politiques différenciées afin de répondre à la diversité des situations et des enjeux".

Lire la suite

Assurer la complémentarité entre ville métropolitaine et périphérie urbaine

"Avec la crise sociale et démocratique que connaît la France, il est devenu courant d'opposer les grands centres urbains et une supposée « France périphérique ». Mais plutôt que de construire de telles oppositions, propose la géographe Cynthia Ghorra-Gobin, il est sans doute temps d'articuler d'un point de vue théorique et pratique la « métropolisation des emplois » et la « périurbanisation de l'habitat », dans le but de réduire les coûts directs et indirects supportés par les ménages modestes". Dans un court article, l'universitaire explore la thématique de l'articulation entre la métropole et sa périphérie à partir d'une analyse comparée entre deux métropoles (Lyon et Minneapolis Saint Paul aux États-Unis). "Il sera question de la reconnaissance de la dimension historique du territoire, de l'impératif d'imaginer une évolution de la morphologie spatiale du périurbain et de la prise de conscience du pouvoir politique de la métropole face aux autres instances décisionnelles." Et la géographe de plaider pour envisager une relation de complémentarité entre la ville-centre, la métropole et les territoires adjacents.

Lire la suite

Penser et mettre en œuvre la résilience du modèle métropolitain actuel

"Qu'on le nomme effondrement ou ré-enchantement, il semble assez difficile aujourd'hui de contester l'idée d'un tournant écologique à l'échelle de l'humanité. Les crises environnementales, sociales, politiques, économiques que ces bouleversements provoquent - et provoqueront - créent un climat d'incertitude et de violence qui touche directement et de façon différenciée la population et les territoires dans lesquels nous vivons. Dans ce contexte, a priori anxiogène, plusieurs chemins s'offrent à nous pour relever le défi de l'adaptation et construire collectivement un autre avenir. États, métropoles mondiales, collectivités locales, mais aussi collectifs citoyens, chercheurs, experts défendent l'idée d'une politique de la résilience, ou de la transition socioécologique, pour y parvenir." Lors d'une conférence donnée en 2019, l'économiste Magali Talandier entend replacer ces enjeux contemporains dans une lecture territoriale du phénomène : "comment penser la résilience depuis les territoires ? Plus précisément, comment penser et mettre en œuvre la résilience du « modèle métropolitain » actuel ? Quels sont les possibles contours des nouveaux modes d'organisation spatiale émergents ?"

Lire la suite

Pour un nouveau récit territorial (sortir du tout métropolitain)

Si on considère que les métropoles sont les lieux essentiels de création de richesses et d'emplois - compte tenu de leur attractivité vis-à-vis des "talents" de demain et de leur capacité d'innovation -, qu'il faut donc les soutenir en priorité et dédommager les territoires perdants, alors "je souhaiterais partager dans les lignes qui suivent quelques éléments de réflexion que m'inspire ce récit métropolitain". Lors une conférence donnée fin 2018 dans le cadre du programme La recherche pour et avec les petites villes (Plateforme d'observation des projets et stratégies urbaines -POPSU), l'économiste Olivier Bouba-Olga entend montrer comment ce récit métropolitain "ne résiste pas à l'épreuve des faits et que la capacité de création de richesses, d'innovation et d'insertion dans l'économie mondiale n'est pas l'apanage des seules métropoles".

Lire la suite

Production maraîchère bio en circuit court dans une ferme intercommunale du Livradois-Forez

Au sein du PNR Livradois-Forez, la communauté de communes Thiers Dore et Montagne (30 communes, près de 40 000 habitants) est confrontée "à une activité agricole en déprise et insuffisamment diversifiée" (peu d'activités de maraîchage), rapporte un article de la Banque des Territoires. Appuyée par la dynamique du réseau agricole Livradois-Forez, la communauté de communes réalise en 2010 un diagnostic foncier agricole, qui pointe l'existence de friches ainsi que des possibilités de restructuration foncière et de diversification agricole. En 2017, une ferme intercommunale est mise en place, dont la gestion est déléguée à trois jeunes agriculteurs non issus du monde agricole organisés en GAEC. La ferme alimente établissements scolaires, centres de loisirs, multi accueil, établissements pour personnes âgées et repas à domicile. L'article détaille cette initiative et revient également sur l'histoire du réseau agricole Livradois-Forez ainsi que sur le projet alimentaire territorial Grand Clermont-Livradois-Forez.

Lire la suite