• Développement local

Comment agir localement quand le local se globalise ?

Pour le géographe Daniel Béhar, à l'heure de la société en réseaux et du local globalisé, "on passe insensiblement partout d'un fonctionnement en bassins de vie à des pratiques en archipel". Et les habitants du dural "pratiquent encore davantage la multi-appartenance et le zapping territorial". Si bien que "le territoire ne fait plus société". D'autant que, d'une part, "les configurations géographiques des chaînes de valeurs économiques, des écosystèmes environnementaux et des trajectoires résidentielles coïncident de moins en moins" et que, d'autre part, "dans une société de flux et d'interdépendances, les lieux d'émergence d'un problème ne sont plus ceux où l'on peut traiter les mécanismes qui l'ont produit". Alors, "quel que soit le périmètre considéré, et sa taille, il est aujourd'hui impossible de trouver localement la réponse "globale" à ses enjeux". Le géographe invite à passer d'une politique des lieux à une politique des liens, seule condition selon lui "une refondation de l'action territoriale".

Lire la suite

Un outil pour saisir collectivement les éléments clefs du bien-être sur un territoire

"Dans une actualité où l'on s'attache davantage à déterminer les fractures face aux métropoles que les potentiels d'attractivité des espaces ruraux, analyser les éléments essentiels aux habitants d'une commune rurale constitue une manière inédite de comprendre ce qui fait l'attractivité de ces territoires." A la suite d'une expérimentation d'un outil de cartographie participative "élaboré pour saisir les éléments territoriaux essentiels dans un petit bourg pour le bien-être de ses habitants" (mené sur trois sites en Drôme et Ardèche), deux chercheuses publient un article permettant d'analyser les dimensions socio-spatiales de la construction collective du bien-être. Le recours à cet outil permet entre autres le potentiel d'implication des populations habitantes dans le diagnostic territorial.

Lire la suite

Quelle "fiche de poste" de l'élu local après les "gilets jaunes" ?

Deux enseignants et consultants livrent leur analyse pour la Fondation Jean Jaurès à la suite d'une expérimentation conduite dans trois territoires. La note produite se veut "une contribution au débat à l'occasion des élections municipales et (...) une invitation à expliciter notre « besoin d'élu local » un an après les « gilets jaunes »." Les auteurs proposent de redéfinir la "fiche de poste" des élus locaux dans un système d'acteurs plus large, car cette "entrée par la fiche de poste montre que nous avons tous un rôle à jouer pour dépasser la crise existentielle de la fonction d'élu local." Ils invitent les futures équipes à se saisir de façon politique des pactes de gouvernance intercommunaux et à redonner une place aux élus municipaux ne siégeant pas à l'intercommunalité.

Lire la suite

"C'est désormais une nouvelle ère de coopération entre les territoires ruraux et urbains qui s'instaure dans la grande région grenobloise"

Grenoble-Alpes Métropole, la Communauté de communes du Trièves et le Département de l'Isère ont signé le 9 janvier 2020 le "Contrat de réciprocité pour une alliance des territoires". Les trois collectivités s'engageant à renforcer leurs coopérations en matière de tourisme, de mobilités, de traitement des déchets, de gestion forestière, de développement économique, d'eau, d'agriculture et d'alimentation. Démarches récentes au niveau national, les contrats de réciprocité ont pour finalité de renforcer les coopérations entre un territoire urbain et les territoires qui l'environnent, en tirant parti des complémentarités entre tous et au bénéfice de chacun.

Lire la suite

Communes-intercos : l'art de faire vivre l'action communautaire

"Les tensions entre communes et communauté s’ancrent souvent, au quotidien, dans un déficit de sentiment d’appartenance, dans une forme de méfiance vis-à-vis de la « technocratie communautaire ». Parfois dans la conviction que chaque commune essaie d’utiliser l’intercommunalité à son seul profit. Dans ce contexte, il y a un enjeu essentiel, explique un DGS dans la Lettre du cadre territorial : ne pas sous-estimer l’impérieuse nécessité de donner du sens au projet commun, qui doit s’incarner à la fois dans un projet de territoire et dans un pacte de gouvernance."

Lire la suite