• Être en veille
  • Vu, lu pour vous
  • Pour un nouveau récit territorial (sortir du tout métropolitain)

Pour un nouveau récit territorial (sortir du tout métropolitain)

Si on considère que les métropoles sont les lieux essentiels de création de richesses et d'emplois - compte tenu de leur attractivité vis-à-vis des "talents" de demain et de leur capacité d'innovation -, qu'il faut donc les soutenir en priorité et dédommager les territoires perdants, alors "je souhaiterais partager dans les lignes qui suivent quelques éléments de réflexion que m'inspire ce récit métropolitain". Lors une conférence donnée fin 2018 dans le cadre du programme La recherche pour et avec les petites villes (Plateforme d'observation des projets et stratégies urbaines -POPSU), l'économiste Olivier Bouba-Olga entend montrer comment ce récit métropolitain "ne résiste pas à l'épreuve des faits et que la capacité de création de richesses, d'innovation et d'insertion dans l'économie mondiale n'est pas l'apanage des seules métropoles".

On peut lire dans l'introduction de sa conférence, diffusée en 2019 :

"Je propose de montrer dans un premier temps que le récit métropolitain, aussi séduisant soit-il, ne résiste pas à l'épreuve des faits et que la capacité de création de richesses, d'innovation et d'insertion dans l'économie mondiale n'est pas l'apanage des seules métropoles. Il me semble dès lors important d'analyser, plus que cela n'est fait, les autres catégories de territoires - « villes moyennes », « petites villes », « territoires ruraux » - pour montrer ce qui s'y passe, identifier les problèmes et les opportunités auxquels font face les acteurs, ainsi que les réponses à apporter en termes d'action publique. Mais il convient pour cela de réinterroger les méthodes d'observation et d'analyse des territoires pour ne pas s'enfermer dans une nouvelle catégorie de territoires, les « petites villes » par exemple, ce qui conduirait aux mêmes travers que ceux que nous dénonçons avec l'utilisation de la catégorie « métropoles ». Il conviendrait également de s'interroger un peu plus sur les objectifs que l'on souhaite s'assigner : la croissance de la population (ou de l'emploi) d'un territoire, est-ce l'enjeu premier ? Je propose enfin de partager des réflexions sur les enjeux en termes de fabrication des politiques publiques : peut-on définir les contours d'une action publique générique, France entière, en prenant acte, dans le même temps, de la diversité des contextes territoriaux, et donc des problèmes à traiter et des opportunités à saisir ? Je pense pouvoir répondre par l'affirmative, mais cela demande quelques précautions."

La plateforme d'observation des projets et stratégies urbaines - POPSU - met en dialogue l'expertise des acteurs locaux et les savoirs des milieux de la recherche pour mieux comprendre les enjeux et évolutions associées aux villes et aux territoires. Elle vise également à capitaliser les connaissances établies sur les métropoles et à en assurer la diffusion.

Ce programme Territoires POPSU vise à associer des chercheurs, des acteurs locaux et des élus pour la réalisation d'études de cas au sein de petites villes et de territoires ruraux. Il s'agit de rendre compte, par la confrontation des savoirs scientifiques et opérationnels, des dynamiques des petites villes, mais aussi de leurs dépendances et interactions avec des systèmes urbains et territoriaux.

A lire : Pour un nouveau récit territorial, Olivier Bouba-Olga, Les conférences POPSU, 2019 (36 pages)

Mots-clés: emploi, relations villes-campagnes, développement économique, services, Etat