services

50 projets de revitalisation de centres-bourgs soutenus par l'Etat, dont quatre en Rhône-Alpes

Un appel à manifestation d'intérêt pour "accompagner de façon expérimentale la revitalisation de centres-bourgs" a été lancé par le gouvernement en juin 2014. Parmi les 300 dossiers présentés par des communes et intercommunalités, une cinquantaine de projets retenus seront soutenus par l'État à hauteur de 40 millions d'euros par an. Il s'agit de projets transversaux visant à limiter l'étalement urbain, redynamiser l'offre de commerces, créer des équipements et des services adaptés aux besoins des habitants, relancer les activités, ou encore rénover ou réaliser des logements dans des communes rurales de moins de 10 000 habitants. En Rhône-Alpes, quatre communes ont été retenues : Largentière (07), Saint-Bonnet-le-Château (42), Saint-Marcellin (38) et Tizy-les-Bourgs (69).

Actualités du réseau rural français

Les rencontres annuelles du réseau rural national (16-17 novembre 2017 à Rennes) et le lancement sous peu d'un nouveau site internet (fin octobre 2017) sont annoncées dans sa dernière lettre d'information de septembre. On y trouve également des informations sur le projet COLLAGRO (prise en compte des groupes d’agriculteurs en transition agroécologique dans les politiques publiques), les usages des services publics en ligne, l'expérience d'une SCIC proposant une "boîte à outils digitaux" pour les TPE-PME en milieu rural, la situation et l'avenir du magazine Transrural initiatives.

Atlas sur la nouvelle région Auvergne Rhône-Alpes : tome 2

Le réseau des quatre agences d’urbanisme de la région Auvergne Rhône-Alpes et la direction régionale de l’Insee ont publié, avec le soutien de la préfecture de région, le deuxième volet d’un atlas qui s’attache à décrire les  caractéristiques et les dynamiques de la nouvelle entité régionale. Le premier tome, paru fin 2015, s’intéressait à l’identité du territoire, sa démographie et son appareil productif. Les 16 fiches de ce deuxième tome couvrent trois grands domaines : l’environnement, les caractéristiques socio-économiques et les conditions de vie des habitants de la région. Composées de cartes, de commentaires et de tableaux, elles sont complétées par des zooms sur les principales aires urbaines de la région (Lyon, Saint-Étienne, Grenoble, Clermont-Ferrand et le Genevois français).

Basée à la Chapelle-aux-Pots (1600 habitants), un pôle d'insertion crée 145 emplois temps plein

La Maison de l'Économie Solidaire du Pays de Bray (Oise), Pôle Territorial de Coopération Économique depuis 2014, a pour objectif "de créer et développer de l’activité économique et de la rendre accessible aux publics prioritaires". Elle regroupe une association intermédiaire, une SARL espaces verts, un organisme de formation, une association de services à la personne, une association de gestion des déchets, une association d'éco-construction. Et offre quelque 300 emplois à des personnes sans qualification initiale. Le Centre ressource du développement durable (CERDD) raconte comment son président, par la création d'une succession de structures aux formes juridiques différentes (association, SARL... jusqu'à la SCIC actuelle) a su développer une offre d'insertion depuis 1989 en faisant un "développement local qu'on peut définir comme empirique" et en formalisant "un écosystème d'acteurs pertinent pour répondre au développement du territoire".

Communes-communauté : les nouveaux pactes de gouvernance

L’élargissement significatif des périmètres intercommunaux conduit à une profonde réorganisation de la gouvernance territoriale et des relations entre communes et communauté. "Ce remaniement clarifie les vocations respectives des deux parties tout en invitant à des innovations importantes pour préserver les dynamiques collaboratives qui ont fait le succès de la coopération intercommunale", annonce le mensuel de l'Assemblée des communautés de France (AdCF) qui consacre un dossier au sujet. État des lieux, plébiscite pour une convergence progressive des catégories juridiques d’intercommunalités, expériences de nouvelles gouvernances (avec notamment les exemples du Grand Annecy et de Loire Forez Agglomération) et évolution des relations avec le secteur associatif.

Conciergerie, coworking, béguinage, café associatif, ateliers municipaux... rassemblés dans une ancienne ferme

L’aventure a débuté à Hardifort (59) en 2000 avec l’acquisition d'une ferme par le centre communal d’action sociale. Par la suite, la mairie et le CCAS ont décidé d’en réserver une partie de 3 000 m² pour repenser et revitaliser le bourg avec de nouveaux lieux tels qu’une conciergerie, un café associatif ou un béguinage (quatre logements de plain-pied proposés à la location), un espace de coworking et une salle de convivialité pour l'organisation de manifestations. Un nouveau bâtiment attenant abritera également les ateliers municipaux. Les travaux s'achèveront en 2018.

Conciergeries de territoire

Les conciergeries de territoire

Cap Rural et la CRESS Rhône-Alpes co-animent depuis 2016 un groupe de travail sur le sujet émergent des conciergeries de territoire.

Une dynamique enclenchée suite à une remontée des besoins de plusieurs acteurs et à la confirmation par la Région Auvergne-Rhône-Alpes de son intérêt pour ce chantier, qui est une modalité du Réseau Rural Rhône-Alpes.

Conseils pour élaborer un schéma départemental d'accessibilité des services au public

Le principe d’accessibilité des services au public est inscrit dans la loi NOTRe et se concrétise par l’élaboration en 2016 de schémas départementaux d’amélioration de cette accessibilité, pilotés conjointement par les préfets et les présidents des conseils départementaux. Un travail qui "doit aboutir à une vision partagée des enjeux et des priorités en matière de services, par tous les acteurs du département (...) [et] doit aussi permettre la définition d’un plan d’action privilégiant les coopérations et les mutualisations entre acteurs et entre territoires, pour identifier puis répondre aux déséquilibres repérés entre l’offre de services et les besoins des habitants", rappelle le CGET dans une publication où l'ex-Datar propose plusieurs pistes pour impliquer au mieux les acteurs locaux des services au public, définir l’armature territoriale de ces services, articuler les thématiques prioritaires et aboutir à un plan d’action à moyen terme.

Des conseils villageois pour une démarche active d’accueil de nouveaux habitants

Les élus d'Arvieu (870 habitants, Aveyron) et sur place une Scop spécialisée dans la gestion web et multimédia s'inquiétaient du recul démographique. Pour donner envie de vivre et travailler dans cette commune, une consultante a été sollicitée, qui a encouragé les élus à mener une démarche participative avec la population. Ceux-là ont d'abord réalisé une proposition de plan d’actions à mener d’ici 2020 et organisé deux réunions publiques en 2015 au cours desquelles les participants ont pris connaissance de la démarche, amendé et complété le plan d’actions, ainsi que l’organisation pour les mettre en œuvre. Divers aspects de la vie ont été abordés : habitat, commerces, services, culture, numérique, loisirs, alimentation, agriculture ainsi que communication. Dix conseils villageois thématiques, pilotés par un animateur et/ou élu référent, ont été mis en place, avec de premières actions qui ont abouti à l'accueil de huit nouvelles familles (reprise de commerces, télétravail...). De nouveau réunis en 2016, les habitants ont redessiné cette fois le cœur de bourg avec l’aide d’un architecte, en envisageant la création de nouveaux services connectés au très haut débit en lien avec l'arrivée de la fibre optique : fablab, tiers-lieu convivial, espace de coworking, service d’autopartage d’un véhicule électrique… Une liste de partenaire a été dressée et des dossiers de financement ont été préparés. Mairie-conseils fait le récit de cette démarche.

Des financements pour développer des services à la population en milieu rural alpin

Avec l'objectif de sélectionner les lignes financières pouvant être mobilisées pour l’amélioration des services à la population en milieu rural alpin, l’ADRETS a épluché les documents cadres du développement territorial de la programmation 2014-2020 : Contrats de plan État/Région, fonds européens mis en œuvre en région, à l’échelle du massif alpin et à l’échelle interrégionale. De cet examen, l'association a produit une courte publication qui donne, pour chaque programme, les liens vers les documents officiels en ligne, le contact d'un référent, la sélection des mesures et objectifs spécifiques concernés par la question des services à la population.

Des initiatives qui revitalisent les centres-bourgs

Créer un musée dans un presbytère en ruine, monter une maison de santé, sauvegarder et développer des commerces, créer des HLM dans des corps de ferme, utiliser des matériaux locaux dans la construction, aménager des espaces et sentiers publics... l'hebdomadaire Télérama est parti en reportage et rapporte une liste d'expériences abouties ou en cours.

Des médiathèques conçues comme tiers-lieux

Grenay (Nord-Pas-de-Calais) est la ville de moins de 10 000 habitants la plus pauvre de France. La commune a cependant fait le pari d'y construire une médiathèque "d'un nouveau genre populaire", pensée en pôle multiservices, comme l'écrit Service Public Territorial, le magazine du centre national de la fonction publique territoriale, dans un dossier consacré aux politiques temporelles. De son côté, Landeda (3600 habitants, Finistère) a rénové le bâtiment qui accueillait la mairie et la bibliothèque pour accueillir une nouvelle médiathèque/ludothèque pensée comme un "tiers lieu pour la commune où toutes les générations peuvent se rencontrer", rapporte le réseau de collectivités bretonnes BRUDED dans une fiche d'expérience.

Design des services publics et innovation territoriale

Dans un contexte de méfiance politique et de réduction budgétaire, le design de service public - démarche qui inclue l'écoute des attentes de l'usager et son expérience du service rendu - représente une "précieuse boîte à outils", selon La Gazette qui publie un dossier intitulé "Les services publics s'emparent du design", avec comme sous-titre "Pour favoriser l'innovation territoriale : cap sur la créativité".

Deuxième conférence nationale des territoires

Elle s'est tenue le 14 décembre 2017. Le Gouvernement a détaillé à cette occasion plusieurs mesures, notamment sur le déploiement du haut-débit sur le territoire, sur la revitalisation des centres-villes (villes moyennes) avec le plan "Action cœur de ville", sur le droit à l'erreur et le droit à l'expérimentation. Un projet de "baromètre de la cohésion des territoires" a également été présenté, établi autour de six enjeux (réduction des inégalités, développement soutenable, qualité de vie, capacité de développement, capital social et coopération entre les territoires), qui doit servir à avoir une compréhension partagée des enjeux et permettre de déclencher des actions.

Dynamiser les entreprises rurales grâce à Internet

La transformation numérique n'est pas un enjeu propre aux grandes entreprises, selon le cercle de réflexion Terra Nova et Google France, auteurs du rapport "Que peut le numérique pour les territoires isolés ?" publié début 2017. Ceux-ci ont identifié 3 576 communes en France métropolitaine - soit 1,2 million d’habitants - où moins de 25 % des actifs travaillent dans une zone urbaine, et où la diminution des contraintes spatio-temporelles offerte par le numérique ouvre ainsi la voie à un développement économique plus déconcentré. Télétravail, accès en ligne aux services publics, digitalisation des entreprises... le rapport appelle toutes les activités économiques (agriculteurs, artisans, commerçants...) à s'emparer de la révolution numérique, présente plusieurs expériences répondant à un impératif de développement économique et à une ambition d’inclusion sociale et civique, et formule des propositions en ce sens.

Eau, assainissement, Gemapi : anticiper le transfert des compétences

Au 1er janvier 2017, les communautés de communes et les communautés d'agglomération auront un an pour se préparer au transfert de la nouvelle compétence relative à la gestion de l'eau et des milieux aquatiques et de prévention des inondations (Gemapi). Par la suite, elles devront commencer à mettre en œuvre les opérations et diverses formalités induites par le transfert des compétences eau et assainissement, la date limite étant le 1er janvier 2020. En 15 pages, Le Courrier des Maires répond à 50 questions pour anticiper le transfert des compétences eau, assainissement et Gemapi.

Économie collaborative : une carte à jouer pour les territoires ?

"L'économie collaborative est une réalité au quotidien pour tout un chacun, mais elle fait encore peur à nombre de collectivités", annonce la une d'un dossier de La Gazette consacré au sujet. Et l'hebdomadaire de s'interroger : et si l’économie collaborative était l’une des solutions aux nombreux défis que sont des budgets contraints, des territoires plus grands, les enjeux environnementaux, des évolutions des modes de vie avec des habitants qui attendent, eux, toujours autant de leur collectivité… l’échelon de la proximité ?

État d’avancement des mesures prises par le Gouvernement dans le cadre de sa politique en faveur des ruralités

Le ministre de l’Aménagement du territoire, de la Ruralité et des Collectivités territoriales a présenté le 9 novembre 2016 un état d’avancement des 104 mesures prises par le Gouvernement dans le cadre de sa politique en faveur des ruralités, suite aux Assises des ruralités en 2014 et aux trois comités interministériels aux ruralités tenus en 2015 et 2016 (accès aux soins et aux services, téléphonie mobile, numérique, éducation, logement, tourisme et transition énergétique). 

Étude du "fait rural" en Rhône-Alpes

Dans un rapport daté de janvier 2013 et intitulé "L'avenir des campagnes", la commission à la prospective du Sénat souligne en introduction que "la France demeure un espace essentiellement rural". Mais de quelle ruralité parle-t-on ? De la population, des modes de vie ou d'occupation des sols, de l'accès aux services ? Ce constat national d'une ruralité persistante s'applique-t-il à la région Rhône-Alpes ? Le troisième portrait social de Rhône-Alpes s’attache à répondre à ces questions, à travers une série d’articles rédigés par les services de l’État, l’Agence régionale de santé et les Caisses d'Allocations familiales. Parmi ces articles : définitions statistiques de l’espace rural, ses fonctions résidentielles et économiques, offre d’accueil des jeunes enfants et parcours scolaires, enseignement agricole, accès aux soins d’urgence, prise en compte du rural dans la mise en œuvre des politiques de l’emploi... A lire également, un article sur "les différences structurelles entre l'agriculture des villes et l'agriculture des champs".

Expérience d'un bureau de poste converti en maisons de services au public

En 2015, le Gouvernement a annoncé l'ouverture avant fin 2017 de 1000 maisons de services au public (MSAP), dont 100 dans des bureaux de poste. La commune de Bagnac-sur-Célé (1700 habitants) dans le Lot a été la première en France à disposer d’un bureau de poste converti en MSAP à l'automne 2015. Elle avait un bureau de poste ouvert quatre heures par jour et cinq jours par semaine, mais l’érosion de la fréquentation faisait craindre une réduction des horaires d’ouverture, voire une fermeture. Par le dispositif d’adossement d’une MSAP au bureau de poste, celui-ci a été réaménagé et doté d’un équipement informatique et du haut débit. Les huit partenaires du projet sont La Poste, la CAF, une caisse de retraite, la CPAM, la MSA, Pôle emploi, GRDF et ERDF. L’opération est financée par ces partenaires via un fonds inter-opérateurs, tandis que la convention MSAP répartit les charges entre La Poste (électricité, internet, signalétique extérieure) et les partenaires (formation et accompagnement du guichetier). Un poste informatique est mis à disposition du public qui peut être assisté pour ses recherches par la guichetière de la Poste. Mairie-conseils fait le récit de cette expérience, présentée comme une réponse aux besoins d’une population plutôt vieillissante, pas forcément très ouverte aux NTIC, et qui n'a plus ainsi à se déplacer à Figeac où se trouvent les divers services.