participatif

"Bouge ton coq", un nouvel acteur du financement des projets ruraux

Retour de session

En 2019 "Bouge Ton Coq" a fait son apparition dans le paysage des acteurs du financement des projets ruraux. Pour apporter aux agents de développement et aux élus une meilleure connaissance de ce nouvel acteur et de son action en termes de financement de projet ruraux, Cap Rural a sollicité l'intervention de Corentin Emery pour une présentation dans le cadre d'une webconférence qui s'est tenue le 24 septembre 2020.

L'originalité de ce mouvement citoyen réside d'une part dans son modèle de "guichet unique" doté d'une plateforme numérique et qui collecte des fonds privés et publics (don citoyen, subvention publique, mécénat d'entreprises) et d'autre part dans son accompagnement de projets associatifs et d'intérêt général dans les villages. Il organise des souscriptions nationales à l'image de l'opération "C'est Ma Tournée" qui vise à sauver petits commerces, producteurs et artisans.

"Greeters" : le tourisme participatif gagne le rural

Les "greeters" (en français : hôtes) sont des bénévoles qui accueillent gratuitement de très petits groupes de touristes pour une rencontre "authentique" lors d'une balade. Ils montrent et parlent de façon insolite, originale et personnelle de "leur" coin, "leur" quartier, "leur" ville, dont ils sont fiers et passionnés. C'est une forme de tourisme participatif. Après avoir été popularisé en ville, le concept se développe dans d'autres types de territoires, notamment ruraux. Depuis l'hiver 2015, rapporte Transrural, il est mis en place par deux volontaires en service civique en Ille-et-Vilaine qui expliquent avoir "choisi ce projet afin de valoriser le territoire et ses habitants, dans une optique de développement local". Après explication du projet en porte-à-porte et lors de réunions, des visites avec des "greeters" seront montées dans certaines petites communes dès l'été 2016, avec réservation possible sur place ou sur le site de l'office de tourisme. Transrural explique l'intérêt de la démarche, la perception positive de l'office de tourisme local à son égard, ainsi que les itinéraires proposés.

Activation citoyenne des rez-de-chaussée vacants pour des rues vivantes

A Saint-Étienne, le Bureau Éphémère d’Activation Urbaine (BEAU) a cherché à cultiver la vitalité du territoire à travers le réinvestissement de rez-de-chaussée vacants. Le processus : imaginer collectivement des scénarios de transformation des rez-de-chaussée, faire émerger de nouveaux services et de nouvelles manières d’habiter les espaces délaissés. Le projet est né en 2014 de l’envie d’expérimenter un urbanisme participatif qui s’appuie sur les ressources de la ville et sur sa diversité culturelle liée à l’histoire industrielle et à sa construction par vagues migratoires successives. Parmi les résultats : la création de nouvelles dynamiques sur le territoire, la transformation temporaire d'une dizaine de boutiques pour tester des activités (boutique bien-être, tiers-lieu pour éducation heureuse, archives municipales hors les murs, un atelier d’enduit de terre crue…).

Animation

L'animation est une fonction centrale des métiers du développement local.
Elle s'exerce dans de multiples situations et chacune demande adaptation de la posture et des moyens.

Cet espace recense des ressources de Cap Rural ou d'autres organismes sous différentes rubriques, pour préparer et mener des animations plus aisément.

Chaque référence propose un lien vers des outils et des méthodes ou signale un site ou un ouvrage pour approfondir ses connaissances.

Le contenu de cet espace est enrichi en continu.

Appel à candidatures : création de 1 000 cafés multiservices

Pour communes de moins de 3 500 habitants - appel à candidatures ouvert en continu

Recréer des espaces de rencontres et des services de proximité dans les communes rurales qui n'en ont plus, c’est l'objectif de cette initiative du GROUPE SOS. Seront éligibles les communes dont le café est menacé de fermeture ou qui ne disposent plus de café mais d'un local adapté à cette activité. En plus de proposer boissons et petite restauration, ces cafés pourront accueillir des services de proximité (dépôt de pain, point de vente de produits frais locaux, relais poste, point d'accès numérique) mais aussi du co-working, une programmation évènementielle, culturelle et citoyenne, ou encore un point d'information touristique.

Autour du projet

Le mode projet est une méthode couramment utilisée dans le développement local. Le projet peut être participatif, complexe... 
La méthode s'adapte aux finalités, aux objectifs, aux thématiques… Elle se décline en étapes successives de l'émergence de l'idée
à sa formalisation en projet jusqu'à sa valorisation.

Cet espace regroupe des ressources classées selon le stade d'avancement du projet. Elles visent à répondre aux besoins d'un professionnel ou d'un acteur du développement local qui impulse, conduit, accompagne ou participe en tant que partenaire à un projet pour alimenter la réflexion, donner des idées... deux rubriques complémentaires recensent une, des expériences et d'autres ressources plus généralistes.

Cet espace ressources est enrichi en continu.

Collectivités : guide du financement participatif et étude sur ses usages

Le financement participatif : moteur d’engagement citoyen, catalyseur de mécénat, chouchou des circuits courts, utile pour le petit patrimoine ou la mobilisation autour de grands projets territoriaux et infrastructures énergétiques... Depuis 2015, les collectivités peuvent se saisir de la finance participative. Un nouveau guide, réalisé par Financement Participatif France avec le soutien de la CDC, vise à informer, à encourager et à outiller les territoires désireux de se saisir de ces nouvelles opportunités. De son côté, une étude de l’Institut du développement durable et des relations internationales (Iddri) a exploré les usages du crowdfunding par les collectivités locales en France et en dresse un bilan et des perspectives intéressantes. 

Comment impliquer les citoyens dans la gestion de l'eau ? Retours d'expériences de PNR

Ce guide, publié en septembre 2016 par l'Agence de l'eau Rhône Méditerranée Corse et le Groupement des Amis des Parcs naturels régionaux du Sud-Est, est composé de deux volumes : un carnet théorique et un carnet méthodologique et pratique. Le premier explique en quoi consiste la gestion participative de l'eau et quels sont ses objectifs. Différents types de démarches participatives y sont détaillés. Ce carnet aborde aussi le rôle des PNR dans la gestion participative. Le second présente des retours d'expériences de démarches participatives dans des PNR du Sud-Est ainsi que des fiches outils.

Concertation et participation : un dossier de l'Adcf

Les différents outils et vecteurs de la participation présupposent un minimum de règles du jeu, des méthodes éprouvées, des ingénieries adaptées, une adéquation entre le sujet traité et l’outil utilisé. S’agit-il d’un cadre de participation ponctuel ou pérenne ? Doit-il refléter la diversité sociologique de la population ? À quelle échelle territoriale faut-il organiser la concertation ? Souhaite-t-on une simple réponse binaire (oui ou non) à une question unique, comme dans un référendum, ou une participation beaucoup plus engageante dans la vie civique et les projets locaux ? Le mensuel Intercommunalités, de l'Assemblée des communautés de France (Adcf), revient dans un dossier étoffé sur les différentes formes de concertation, leurs vertus et limites, en essayant d’y voir plus clair dans leurs contributions respectives à un débat public et citoyen éclairé.

Conseils pour mettre en place un budget participatif dans une commune

Depuis le 10 septembre 2015, les Parisiens peuvent élire les projets qu'ils souhaitent inscrire au budget 2016 de leur ville. Ces projets proviennent des 5000 idées émises de janvier à mars par près de 19 000 citoyens. La Gazette tire de cette initiative des premiers enseignements utiles pour d'autres communes : faire de la pédagogie car "parler budget et finances n’est pas très sexy, et attirer les citoyens sur ces thématiques n’est pas évident…" (création du site internet Madame la Maire j’ai une idée, affichage, réunion, accueil en mairie...) ; dimensionner les équipes dans les différents services afin qu’ils évaluent la faisabilité technique et le coût des projets ; avoir un outil informatique intégré pour l’instruction, le vote, la réalisation et la mise en œuvre des projets ; répondre de façon personnalisée à chaque participant ; inciter à la co-construction de projets, en favorisant les démarches collaboratives (enrichissement de projets proches).

Coopératives : lever de capitaux auprès du public

Un article de la loi Pacte a confirmé la possibilité pour les sociétés coopératives constituées sous formes de SA de réaliser des offres au public de leurs part sociales. Cette clarification sécurise notamment le modèle économique des coopératives intervenant dans le logement social ou portant des projets de tiers-lieux ou de foncières solidaires, mais cette faculté est rigoureusement encadrée. Deux avocats font le point.

Covoiturage contre monnaie locale, l'exemple d'une petite commune

Pour remédier à l'absence de ligne de bus régulière, la commune d'Ayen (750 habitants, Corrèze) a misé sur le covoiturage de proximité. Au départ adossé à des bons d'achat d'essence, il est à présent lié à une monnaie locale acceptée dans 22 commerces des alentours. Ce covoiturage de proximité s'adresse notamment aux personnes, souvent âgées, qui n'ont pas de voiture et souhaitent se déplacer pour des soins ; il inclut les personnes n'ayant pas d'accès à Internet. Récit de l'action dans un article du Courrier des maires.

Cycle "Accessibilité alimentaire et AMAP"

4 novembre (18h30), 2 décembre 2020 (18h30) puis 6 janvier (18h30), 6 février, 3 mars, 7 avril, 5 mai, 2 juin, 7 juillet 2021 - Webconférences

Le MIRAMAP, le Réseau des AMAP Auvergne-Rhône-Alpes et le Réseau des AMAP d'Ile-de-France proposent des rendez-vous mensuels à distance (tous les premiers mercredis du mois) ouverts à tous pour : partager des analyses autour des inégalités alimentaires et construire une culture commune autour de l'accessibilité alimentaire ; se nourrir des travaux de chercheurs et s'inspirer d'initiatives de partenaires ; partager des savoirs et savoir-faire en AMAP pour renforcer les capacités d'actions collectives.

Démocratie participative : ce que les élus ont à y gagner

Julien Talpin, un chercheur en science politique, montrait récemment dans un article "comment les élus locaux étouffent les mobilisations[d’habitants] dans les quartiers populaires". Ce même chercheur revient dans un entretien de La Gazettesur les éléments qui freinent aujourd’hui le développement de la démocratie participative en France et explique comment la participation citoyenne est à considérer comme une alternative sérieuse permettant de renforcer la légitimité de la démocratie représentative.

Des conseils villageois pour une démarche active d’accueil de nouveaux habitants

Les élus d'Arvieu (870 habitants, Aveyron) et sur place une Scop spécialisée dans la gestion web et multimédia s'inquiétaient du recul démographique. Pour donner envie de vivre et travailler dans cette commune, une consultante a été sollicitée, qui a encouragé les élus à mener une démarche participative avec la population. Ceux-là ont d'abord réalisé une proposition de plan d’actions à mener d’ici 2020 et organisé deux réunions publiques en 2015 au cours desquelles les participants ont pris connaissance de la démarche, amendé et complété le plan d’actions, ainsi que l’organisation pour les mettre en œuvre. Divers aspects de la vie ont été abordés : habitat, commerces, services, culture, numérique, loisirs, alimentation, agriculture ainsi que communication. Dix conseils villageois thématiques, pilotés par un animateur et/ou élu référent, ont été mis en place, avec de premières actions qui ont abouti à l'accueil de huit nouvelles familles (reprise de commerces, télétravail...). De nouveau réunis en 2016, les habitants ont redessiné cette fois le cœur de bourg avec l’aide d’un architecte, en envisageant la création de nouveaux services connectés au très haut débit en lien avec l'arrivée de la fibre optique : fablab, tiers-lieu convivial, espace de coworking, service d’autopartage d’un véhicule électrique… Une liste de partenaire a été dressée et des dossiers de financement ont été préparés. Mairie-conseils fait le récit de cette démarche.

Des financements innovants pour "Booster mon projet !"

Retour de session

Cap Rural et Macéo ont organisé le 26 juin 2018 à Châteauneuf-sur-Isère une demi-journée sur les financements innovants. L’objectif, faire découvrir où mieux connaître les divers financements privés pour alimenter les réflexions des porteurs de projets et des acteurs du développement local. Mécénat, financement participatif, fonds de dotation… autant de pistes qui ont été présentées au travers de témoignages et d'échanges avec des experts et des porteurs de projets.

A retrouver ici : les diaporamas des interventions

Des financements innovants pour "Booster mon projet !"

Retour de session

Cap Rural et Macéo ont organisé le 26 juin 2018 à Châteauneuf-sur-Isère une demi-journée sur les financements innovants. L’objectif, faire découvrir où mieux connaître les divers financements privés pour alimenter les réflexions des porteurs de projets et des acteurs du développement local. Mécénat, financement participatif, fonds de dotation… autant de pistes qui ont été présentées au travers de témoignages et d'échanges avec des experts et des porteurs de projets.

A retrouver ici : les diaporamas des interventions

Des territoires travaillent la question des emplois

Des offres d'emploi non pourvues, des besoins non couverts, face à cela les collectivités "n'hésitent pas bousculer le cadre et innover". Maires de France plaide pour une approche territoriale et revient sur la pertinence des maisons de l'emploi et des missions locales. Le magazine s'arrête sur "la création en 2016 de la Fondation du dunkerquois solidaire qui réunit les financements nécessaires à la création d'emplois sur des besoins non couverts" (six emplois créés en un an), ainsi que sur le dispositif "Territoires zéro chômeur de longue durée" à Mauléon (70 emplois créés). De son côté, rapporte La Gazette, la communauté de communes Porte de DrômArdèche rémunère deux conseillers de Pôle emploi travaillant dans le service "Emploi" de la collectivité, afin de faciliter les recrutements et réduire un taux de chômage 2 % plus élevé que le niveau national.   

Deux documents sur les énergies renouvelables participatives

Ces deux documents mettent en lumière l’intérêt des démarches participatives pour le développement des énergies renouvelables. A travers les retours d'expérience qu'elles collectent, elles illustrent le rôle que peuvent jouer ensemble citoyens, collectivités et association pour favoriser l'appropriation et l'ancrage local des projets. Il s'agit d'une part d'une étude de l'ADEME intitulée Quelle intégration territoriale des énergies renouvelables participatives, dont l'objectif est de qualifier le jeu d'acteurs autour des projets, d'exposer les ressources dont disposent ces derniers (compétences techniques, financières ou de gestion de projet) et s'ils s'appuient sur des réseaux existants (techniques, financiers, associatifs), de décrire le travail de mobilisation, les processus de dialogue territorial mis en œuvre par les porteurs de projet, ainsi que la manière dont se négocient les partenariats entre groupes de citoyens et partenaires institutionnels et privés, d'explorer la manière dont la redistribution des bénéfices contribue à la dynamique territoriale et plus largement, à la prise en compte de la transition énergétique au plan local, au-delà d'une simple production d'ENR. Le seconde document a été réalisé par l'Agence régionale de l’environnement en Île de France : intitulé Projets d’énergie renouvelable participatifs et citoyens - retours d’expériences, il détaille 11 projets récents et très divers (biomasse, éolien, méthanisation et solaire).

Deux nouvelles centrales villageoises photovoltaïques

Mairie-conseils fait en septembre 2016 le récit de deux nouvelles expériences de centrale villageoise photovoltaïque, l'une à Rosans (Hautes-Alpes, 520 habitants) dans le PNR des Baronnies provençales, l'autre à Crolles (Isère, 8212 habitants) dans la communauté de communes du Grésivaudan. Le service de la Caisse des Dépôts explicite l'historique et le montage de chacun de ces deux projets.