intelligence collective

Création du Conseil national d'évaluation des normes applicables aux collectivités territoriales et à leurs établissements publics

La création de ce Conseil fait suite aux travaux des États généraux de la démocratie territoriale au Sénat en 2012. L'objectif est de limiter le poids des normes applicables aux collectivités territoriales, et ses conséquences sur les budgets locaux. Composé d'élus locaux, de représentants des administrations compétentes et du Parlement, le Conseil national d'évaluation des normes (CNEN) remplace l'actuelle commission consultative d'évaluation des normes (CCEN) et dispose de plus larges attributions pour contrôler le flux de normes nouvelles et proposer des simplifications au sein du stock de normes existantes.

Est-ce la fin des financements croisés ?

La réforme territoriale n'a pas mis fin aux financements croisés. Certaines mesures leur annoncent même un bel avenir dans le domaine de la culture, du sport ou du tourisme.

Management : comment utiliser les outils de l'intelligence collective ?

"Avant de commencer cette séance de brainstorming, avez-vous des questions idiotes ?" interroge le dessinateur de presse Pessin pour illustrer un article de La Lettre du cadre territorial. Si les cadres du secteur public sont à la recherche de nouvelles manières de manager, l'intelligence collective est un moyen de le faire, plaide le magazine. "Elle offre des outils pour travailler ensemble à l'émergence de réponses collectives, collaboratives aux défis managériaux auxquels les cadre sont confrontés jour après jour". Et le journal de proposer un focus sur les outils à utiliser.

Où en est le plan d'action pour l'espace rural ?

Le plan d'action en faveur des territoires ruraux, initié en mai 2010, a fait l'objet d'un récent bilan de la part du Comité interministériel d'aménagement et de développement du territoire (Ciadt).

Savoir candidater à un appel à projet

Retour de session

Partant du constat que de plus en plus de financements s'inscrivent dans le cadre d'appels à projets et que les agents de développement doivent s’adapter à cette évolution pour assurer le financement de leurs actions, Cap Rural a organisé le 14 septembre 2017 une session d'exploration dont l'objectif était de s'interroger sur les pratiques et sur l'organisation à mettre en œuvre pour avoir connaissance des appels à projets et y répondre efficacement.

A cette occasion, deux agents de développement d’Annemasse Agglomération ont présenté la stratégie d’ingénierie financière de leur collectivité en matière de recherche et de mobilisation de financements et notamment de gestion des appels à projet, pour alimenter la réflexion, s’interroger et explorer de nouveaux modes d’organisation.

Savoir candidater à un appel à projet

Retour de session

Partant du constat que de plus en plus de financements s'inscrivent dans le cadre d'appels à projets et que les agents de développement doivent s’adapter à cette évolution pour assurer le financement de leurs actions, Cap Rural a organisé le 14 septembre 2017 une session d'exploration dont l'objectif était de s'interroger sur les pratiques et sur l'organisation à mettre en œuvre pour avoir connaissance des appels à projets et y répondre efficacement.

A cette occasion, deux agents de développement d’Annemasse Agglomération ont présenté la stratégie d’ingénierie financière de leur collectivité en matière de recherche et de mobilisation de financements et notamment de gestion des appels à projet, pour alimenter la réflexion, s’interroger et explorer de nouveaux modes d’organisation.

Sur l’intelligence collective, à partir d’une étude sur l’habitat participatif

L’association RELIER a participé, entre 2012 et 2014, à une recherche-action financée par la Fondation de France pour questionner la mixité et l’accessibilité des projets d’habitat participatif. Les principales conclusions sont présentées dans Gazette Habitat. Au-delà du thème même de l’habitat, les réflexions soulevées sur la mixité et le faire ensemble dans une équipe projet, la mixité comme objectif d’un projet et les méthodes et mécanismes favorisant l’intelligence collective devraient intéresser tous les acteurs du développement local.

Un atelier territorial de créativité et d'innovation par les usages

Trois acteurs du développement économique (l’Agence Économique de Savoie, le Centre Régional de l’Innovation et Transfert Technologique de Savoie et Savoie Technolac) se sont alliés pour répondre à un besoin non satisfait sur leur territoire : un outil pour travailler sur les idées, l’imagination et la créativité. Cette collaboration a cheminé et l’idée initiale d’un fablab a été délaissée au profit d’un atelier créatif : IDLab, né en janvier 2016, qui offre un espace et des outils pour stimuler l’émergence ou le réveil d’idées par le jeu ou identifier des opportunités, et dont la finalité est d'être un laboratoire d’idées et d’expérimentations dédié à la validation des premiers prototypes dans une perspective liée aux usages et à l’intelligence collective. Cet outil s'adresse en premier lieu aux entreprises du territoire qui auraient besoin d’un coup de pouce pour amorcer et enrichir une démarche d’innovation avec pour cible principale les PME et TPE, notamment les entreprises ressortissantes de la métallurgie, nombreuses en Savoie et Haute-Savoie. Une quarantaine d’entreprises rencontrées, un projet de Lab mobile en gestation, IDLab se construit peu à peu.