transition

"Aide-toi, la collectivité t'aidera", le nouveau mantra des communes en transition

Titre d'un article de La Lettre du cadre, qui rapporte que "pour préparer leurs concitoyens à un monde imprévisible, des communes ont quasi institutionnalisé le principe de « faire » avec les habitants." Les administrés s'impliquent alors au service de l'intérêt général et deviennent de "véritables partenaires des services publics". "Ce qui ne coule pas de source, rappelle le magazine. Pas plus que ne va de soi le fait que les agents travaillent main dans la main avec leurs administrés". La Lettre du cadre propose un zoom sur ces expériences de nouvelles formes de gouvernance, à Loos-en-Gohelle (Pas-de-Calais), Eybens (Isère) et en Italie.

"Eau : SOS territoires à sec !"

Titre alarmant d'un dossier de La Gazette, qui rappelle que le changement climatique va accentuer les déficits en eau alors que la ressource vient déjà à manquer sur de nombreux territoires pour satisfaire tous les usages. Et les conflits autour du partage de la ressource vont se multiplier, prédit l'hebdomadaire qui met notamment en avant le manque de solidarité amont-aval. Deux pages sont consacrées à des initiatives de territoires qui ont créé des structures locales de gestion de l'eau impliquant tous les usagers, un moyen d'éviter les blocages.

12 clés pour comprendre l'agro-écologie

C'est sous ce titre qu'une publication du gouvernement présente le "Projet agro-écologique pour la France", projet qui "vise ainsi à produire autrement en repensant nos systèmes de production". "Produire autrement" y est décliné en 12 points clés : former les agriculteurs, développer et animer des projets collectifs, réduire l’utilisation des produits phytosanitaires, conseiller les agriculteurs, aider la transition, encourager l'agriculture biologique, engager et mobiliser les filières et les territoires, diminuer le recours aux antibiotiques vétérinaires, sélectionner des semences adaptées, enrichir les sols avec l'initiative 4 pour 1000, encourager l'apiculture, utiliser l'arbre pour améliorer la production. Ces 12 points sont explicités dans le document, accompagnés des outils et dispositifs mis en place dans le cadre de ce projet gouvernemental.

Actes du séminaire européen "Stimuler l'innovation - comment répondre aux enjeux de la ruralité"

Cette rencontre des 17 et 18 mai 2018, proposée par le Réseau wallon de Développement Rural, était consacrée à des expériences innovantes et à des échanges de pratiques sur l’innovation en zones rurales. Toutes les présentations sont désormais accessibles en ligne. Celles-ci concernent les tiers-lieux, la souveraineté technologique, les systèmes alimentaires territorialisés, l’économie circulaire, les living labs, l'agriculture 4.0, les territoires et villages smart, les solutions pour les personnes âgées, l'agriculture et les forêts face au changement climatique, les initiatives citoyennes...

Alimentation et développement durable : plusieurs publications

Au cours de ces derniers mois, plusieurs centres de ressources et acteurs institutionnels ont publié des documents portant sur l'"alimentation durable" et les "systèmes d’alimentation [ou "alimentaires"] durable territorialisés". Ceux-ci s'adressent selon les cas aux acteurs publics et privés et présentent les enjeux et défis d'une agriculture et d’une alimentation durables, des notions clés, des analyses de projets et donnent des clés pour entamer des projets alimentaires territorialisés.

Appel à candidatures : contrats de transition écologique (CTE)

Pour EPCI, groupements d'EPCI, Pays / PETR - avant le 27 mai 2019

Ce nouvel appel à candidatures est lancé pour sélectionner des territoires qui voudraient signer avec l'État un CTE. Ce dispositif créé en 2018 a pour but d'accompagner des territoires ayant connu des difficultés industrielles ou précurseurs sur les sujets de transition écologique, à mettre en place des projets concrets (mobilité propre, énergies renouvelables, agriculture biologique, biodiversité...). Le CTE, qui implique également des entreprises, permet aux territoires concernés de bénéficier du soutien politique, technique et financier de l'État pour mener à bien ces actions et mobiliser des financements privés.

Breizh COP : une concertation pour la construction d’un nouveau projet de transition de territoire

Avec la Breizh COP, la Région Bretagne a décidé de mettre les Bretons au centre du grand projet régional, qui déterminera l’avenir de leur territoire. Ainsi, au-delà des ateliers territoriaux et de la consultation des institutions et acteurs partenaires, la Région a ouvert en 2018 un large débat public. Elle met ainsi à disposition de chaque commune, collectivité, association, organisme, entreprise, mais aussi de chaque citoyen des outils originaux (jeu de plateau, jeu vidéo de gestion/simulation territoriale, questionnaire) pour participer à l’élaboration de ce projet régional. A noter : le jeu Strategiezh, outil ludique de débat public et d’animation d’ateliers, sous forme de jeu de plateau, permet de manipuler les enjeux du développement durable, en jouant au jeu des 7 familles.

Collectivités : des outils pour s’orienter vers une économie locale favorable au territoire et au bien-être de la population

La démarche Néolab² (Nouvelles économies, opportunités et leviers d’actions pour le bien-être en Bretagne), initiée par la DREAL Bretagne, visait à développer une réflexion et un engagement sur la transition économique au service du bien-être territorial (la construction de nouvelles économies locales soutenables, soucieuses de l’usage des ressources et de l’épanouissement des êtres humains) et une sensibilisation des acteurs aux démarches de coresponsabilité (collectivités, entreprises, citoyens). Pour cela, elle s'est appuyée sur l’accompagnement méthodologique de trois collectivités (une commune et deux communautés de communes). Les expériences des territoires pilotes ont été capitalisées pour proposer des outils aux élus et agents de développement qui souhaitent s'investir à leur tour dans ce genre de démarches.

Collectivités territoriales et adaptation au changement climatique

Dans un article de mars 2019, le Centre International d’Études pour le Développement Local (CIEDEL) décrit les conséquences du changement climatique sur les territoires concernant les ressources naturelles et les activités humaines. Il pointe à ce sujet l'inégalité des territoires et en appelle à une juste coopération entre eux. Le CIEDEL s'arrête aussi sur l'adaptation des territoires, et pointe le rôle de pilote à jouer par les intercommunalités (notamment via un Plan Climat-Air-Énergie Territorial - PCAET). Ce qui nécessite des ressources (financières, en ingénierie), une approche transversale, des processus participatif qu'il convient de savoir/pouvoir/vouloir élaborer. Et le CIEDEL de proposer des pistes aux collectivités rurales pour conduire une telle animation du territoire, d'appeler les acteurs locaux à mettre en place des stratégies d’adaptation sans attendre la collectivité territoriale, de pointer comment de telles stratégies peuvent être un facteur de changement important sur les habitudes de travail collectives des collectivités territoriales et des autres acteurs du développement local.

Comment le numérique peut-il stimuler le développement de l'ESS ?

Un nouveau dossier réalisé par l’Avise, avec le soutien du FSE, de la Caisse des Dépôts et de Régions de France, apporte des clés de compréhension et d’action aux structures de l'ESS ainsi qu'aux acteurs publics et privés qui souhaitent faire du numérique un levier de développement et de cohésion pour tous.

Construire un scénario territorial de transition énergétique avec un jeu de cartes

"Destination TEPOS" est une méthode développée par Solagro et l’Institut négaWatt qui propose une démarche de sensibilisation et d’appropriation de la transition énergétique par les collectivités locales et acteurs locaux, plaçant les participants en situation d’acteurs. Elle s’appuie sur un tableur permettant l’évaluation simplifiée de la situation énergie-climat (diagnostic et potentiels), puis un plateau et des cartes à jouer permettant la co-construction du futur énergétique du territoire. Cette méthode est diffusée par le CLER (Réseau pour la transition énergétique) auprès des collectivités et des structures qui les accompagnent (administration, associations, bureaux d’études…).

Coup de pouce en Livradois-Forez : un réseau pour aider ceux qui ont de bonnes idées à les mettre en pratique

Le but du réseau "Coup de pouce", lancé en 2019 et coordonnée par le PNR Livradois-Forez, est d'aider les porteurs d'initiatives (habitants motivés, collectifs, associations) à faire aboutir leurs idées. Celles-ci doivent répondre "à un intérêt collectif, à la notion de « bien commun », et (...) [s'inscrire] dans une logique de transition (écologique, énergétique…), de recherche de réponses collectives à des problématiques qui n'en trouvent pas dans le champ des activités et des compétences habituelles des collectivités publiques ou des entreprises privées." Le réseau met ainsi en relation ceux qui ont des idées avec ceux qui, par leur parcours, leur expérience, leur savoir-faire, leurs connaissances, peuvent leur apporter un soutien et un appui.

Croisement entre pratiques écologiques et pratiques éducatives

L’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire consacre une revue - accessible en ligne - aux interactions entre pratiques écologiques et éducation populaire. L'occasion de clarifier certaines notions (comment et pourquoi est-on passé de l’éducation à l’environnement à l’éducation au développement durable ? S’agit-il d’enseigner ou d’éduquer à...?) et de les mettre en perspective par rapport aux politiques publiques et aux mobilisations de la société civile. L’ouvrage montre également que le développement durable mobilise les mouvements d’éducation populaire à la fois en termes d’enjeu éducatif mais également au titre d’un rapport particulier à la citoyenneté et à l’émancipation. Et, si les acteurs de l’éducation populaire interviennent sur les questions relatives au développement durable sans que cela modifie significativement leurs pratiques, les acteurs de l’écologie investissent largement de nouvelles manières de mobiliser inspirées de l’éducation populaire.

Deux expériences de reconversion industrielle

Dans deux éditions distinctes de l'été 2018, La Gazette des communes présente deux projets différents. A Friville-Escarbotin (4 700 habitants, dans la Somme), la commune transforme une ancienne usine de serrurerie, abandonnée 15 ans plus tôt, en un accueil de loisirs et une cantine. Plus à l'est, la communauté de communes du pays Haut Val d'Alzette (27 700 habitants, en Moselle) abrite 70% de travailleurs transfrontaliers qui se rendent quotidiennement au Luxembourg, suite à la fin de l'industrie sidérurgique ; avec quatre communes du grand-duché, elle crée un groupement européen de coopération territorial pour créer une écocité transfrontalière fortement tournée vers le numérique et la transition énergétique.

Deux nouvelles centrales villageoises photovoltaïques

Mairie-conseils fait en septembre 2016 le récit de deux nouvelles expériences de centrale villageoise photovoltaïque, l'une à Rosans (Hautes-Alpes, 520 habitants) dans le PNR des Baronnies provençales, l'autre à Crolles (Isère, 8212 habitants) dans la communauté de communes du Grésivaudan. Le service de la Caisse des Dépôts explicite l'historique et le montage de chacun de ces deux projets.

Émergence et reconnaissance des "opérateurs énergétiques territoriaux"

La structuration de la capacité d’un territoire à se porter acteur dans le domaine de l’énergie n’est pas acquise mais peut se construire. C’est ainsi que de nombreuses collectivités et des acteurs locaux enthousiastes se sont constitués en opérateurs pour construire et valoriser la ressource énergétique. Ces "opérateurs énergétiques territoriaux" produisent, distribuent et/ou fournissent aujourd'hui leur propre énergie issue des renouvelables. Afin d'illustrer concrètement ce concept et le faire connaître, le CLER - Réseau pour la transition énergétique publie en juin 2017 un rapport constitué notamment de dix exemples d'opérateurs territoriaux en France, en Allemagne et en Autriche.

Enseignements de neuf expériences territoriales de tourisme durable et de transition énergétique

L’Unadel et Mairie-conseils, avec l’appui de l'association 4D, ont entrepris une démarche "d'écoute territoriale" visant à produire un regard constructif sur la dynamique de neuf territoires (dont trois en Rhône-Alpes) en matière de transition énergétique ou de mouvement vers un tourisme durable. Ces dynamiques de transition ont été appréhendées en tant que démarches de projet complexes, depuis leur impulsion, jusqu’à leur mise en perspective. Il s’agissait de comprendre les multiples facteurs de réussite de ces mises en mouvement, chacune étant incarnée dans des territoires dont l’histoire et l’identité sont spécifiques. Une focale était mise sur la gouvernance du processus, son pilotage, ses implications sur la coopération avec les acteurs économiques et sociaux, la mobilisation des habitants… Un livret présente les neuf fiches reportages sur les caractéristiques des démarches de mise en mouvement, une synthèse des enseignements ainsi que dix repères et clefs de réussite dont les territoires peuvent s’inspirer, pour mener dans la durée, avec les populations et les acteurs économiques, ces nécessaires transitions.

Estimer le gisement méthanisable d’une commune en Auvergne-Rhône-Alpes

Auvergne-Rhône-Alpes Énergie Environnement, dans le cadre de sa mission pour l'observatoire régional climat-air-énergie, a élaboré une méthodologie pour estimer le gisement méthanisable (déjection d'élevage, résidus de cultures, cultures intermédiaires à vocation énergétique, biodéchets ménagers, déchets verts, assainissement collectif, restauration, industries agroalimentaires, petits commerces, distribution) à l'échelle de la commune. Les éléments sont visibles et accessibles sur le site du Centre régional Auvergne-Rhône-Alpes de l’information géographique (CRAIG).

Études, réflexions et pistes d'action pour réduire la précarité énergétique

Au carrefour des questions sociales et environnementales, la précarité énergétique touche plus de 8 millions de personnes. Sa réduction massive représente un enjeu sociétal qui pose aux acteurs publics de multiples questions. Au travers de trois consultations entre 2007 et 2012, le Plan Urbanisme Construction Architecture (PUCA), l’Agence Nationale pour l'Amélioration de l'Habitat (Anah) et l’Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) ont travaillé ces questions puis livré des éléments de réponses ainsi que des pistes de réflexions et/ou d’actions.

Faciliter l’émergence et le développement des projets locaux de transition par l’innovation sociale et les dynamiques collectives

Ce sujet était exploré du 6 au 9 juin 2018 à Nantes, en résonance avec le programme partenarial Transition Énergétique & Sociétale (TES), qui "fait l’hypothèse de l’importance de faire émerger des projets locaux portés par des collectifs d’entreprises, d’agriculteurs, d’habitants, en articulation avec des politiques publiques locales engagées". Deux thèmes principaux ont été abordés lors de ces journées : comment se caractérisent les innovations sociales et les dynamiques collectives au sein des projets locaux ? Et quel est le rôle de la collectivité et de l’État pour favoriser l’émergence de ces innovations sociales et faire qu’elles se multiplient ? A partir de sept ateliers menés en parallèle, 11 propositions ont émergé, dont quatre faisant le plus consensus et deux propositions le plus dissensus. Toutes dressent des pistes intéressantes pour les territoires.