sport

"Recycler pour transformer un territoire" : la reconversion architecturale et économique d'une ancienne filature

Ronchamp, 3000 habitants en Haute-Saône, dispose d'une filature bâtie au XIXème siècle et désaffectée depuis 2011. Sa reconversion se veut "un modèle d’architecture et d’urbanisme en milieu rural", selon un article du Moniteur. Le site abrite désormais le siège de la communauté de communes Rahin et Chérimont ainsi qu'une salle de répétition ; bientôt s'ajouteront une galerie d’expositions, une halle d’événements, une salle omnisports et une "cour des artisans", conformément à la double vocation économique et culturelle voulue par le nouveau propriétaire public. La colonne vertébrale de cet ensemble sera apportée par une voie verte, aménagée sur près de 2 kilomètres. Ce projet a été accompagné par le Parc naturel régional des Ballons des Vosges, très engagé sur la relation entre urbanisme et environnement en montagne.

17,7% de l'emploi privé rural relève de l'ESS

Un chiffre qui ressort d'une étude sur la place de l'ESS en milieu rural publiée en juillet 2019 dans le cadre du projet TRESSONS soutenu par le Réseau rural national et le FEADER. Pour l'Avise, cette étude "montre que l'ESS occupe une place plus importante dans l'économie des territoires ruraux que dans celles des zones urbaines et péri-urbaines, et que le nombre d'emplois dans l'ESS a augmenté depuis la crise économique de 2008 (+ 4,9% entre 2008 et 2015) contrairement au reste de l'économie (avec une baisse de 2,6% d'emplois dans le secteur privé hors ESS et une baisse de 8,4% dans l'emploi public)." On trouvera également dans le document des informations sur les caractéristiques spécifiques de l'emploi ESS en milieu rural, et notamment les secteurs d'activité dans lesquels elle est la plus présente, les caractéristiques et les conditions d'emploi, les profils des salariés.

Appel à projets : groupements d'employeurs sport

Pour groupements d'employeurs - avant le 6 septembre 2019

Cette action a pour objectif de favoriser et de soutenir les embauches au sein de ces groupements en consolidant leurs modèles économiques et leurs fonctions support.

Comment un dispositif écologique aboutit à une meilleure gestion des manifestations sportives

L'évaluation des incidences Natura 2000, qui a pour but de vérifier la compatibilité d'une activité avec les objectifs de conservation d'un site Natura 2000, a été à l'origine d'une réflexion conduite par la direction départementale de la cohésion sociale de la Loire pour accompagner les organisateurs de manifestations sportives dans leurs demandes administratives. Une plateforme dématérialisée a été créée en 2011 en ce sens dans le cadre d'une démarche expérimentale qui s'articulait autour de deux piliers : l'établissement d'un calendrier commun à l'ensemble des manifestations sportives, la dématérialisation de l'ensemble des procédures administratives liées aux manifestations sportives. Une version 2 de la plateforme internet a été réalisée en 2014 et permet aux autres départements de s'emparer de cette démarche innovante.

Conduire un inventaire du patrimoine pour mettre en place une stratégie foncière

Peu de communes ont effectué un inventaire de leur patrimoine foncier. Pourtant la connaissance précise de leurs biens et de leur affectation permet aux communes de mettre en œuvre une stratégie foncière au service de leur développement économique. Territoires conseils rapporte l'exemple de Salbris (5 400 habitants, Loir-et-Cher) qui, désertée par de grandes entreprises de l’armement qui avaient fait sa prospérité, devait continuer à gérer un grand nombre d'équipements.

Des statistiques sur Auvergne-Rhône-Alpes

Publié par la Direction régionale et départementale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale (DRDJSCS) Auvergne-Rhône-Alpes, on y trouve des chiffres et statistiques - niveau régional et par département - sur notamment : population, politique de la ville, immigration, pauvreté - précarité - exclusion, handicap - dépendance, logement - hébergement, jeunesse, sport.

Dotation d'équipement des territoires ruraux : les projets qui peuvent être financés

Dans une instruction du 20 janvier 2016, la direction générale des collectivités locales appelle les préfets à lancer la phase de décision sur les projets éligibles à la dotation d'équipement des territoires ruraux (DETR), une dotation visant prioritairement à soutenir le développement rural. Les préfets sont ainsi invités à "lancer les appels à projet, et à réunir la commission départementale d’élus le plus rapidement possible afin qu’elle puisse fixer les taux minimaux et maximaux de subvention applicables". Les priorités définies pour l'emploi de la DETR en 2016 sont les mêmes que celles de 2015 : soutien aux espaces mutualisés de service au public, aux commerces et à la revitalisation des centres-bourgs, en particulier les maisons de santé et les MSP ; soutien aux communes nouvelles ; rénovation thermique des bâtiments publics ; accessibilité de tous les établissements publics recevant du public ; soutien aux opérations visant au financement des implantations de la gendarmerie en milieu rural. En 2016, la DETR s'élève à 815,6 millions d'euros, soit le même montant qu'en 2015. L'abondement exceptionnel de la dotation intervenu l'an dernier, à hauteur de 200 millions d'euros, a donc été reconduit cette année. A cette mesure s'ajoute le fonds de soutien en faveur de l'investissement local d'un montant de 800 millions d'euros, un dispositif que la loi de finances pour 2016 a créé pour la seule année 2016.

Est-ce la fin des financements croisés ?

La réforme territoriale n'a pas mis fin aux financements croisés. Certaines mesures leur annoncent même un bel avenir dans le domaine de la culture, du sport ou du tourisme.

Étude du "fait rural" en Rhône-Alpes

Dans un rapport daté de janvier 2013 et intitulé "L'avenir des campagnes", la commission à la prospective du Sénat souligne en introduction que "la France demeure un espace essentiellement rural". Mais de quelle ruralité parle-t-on ? De la population, des modes de vie ou d'occupation des sols, de l'accès aux services ? Ce constat national d'une ruralité persistante s'applique-t-il à la région Rhône-Alpes ? Le troisième portrait social de Rhône-Alpes s’attache à répondre à ces questions, à travers une série d’articles rédigés par les services de l’État, l’Agence régionale de santé et les Caisses d'Allocations familiales. Parmi ces articles : définitions statistiques de l’espace rural, ses fonctions résidentielles et économiques, offre d’accueil des jeunes enfants et parcours scolaires, enseignement agricole, accès aux soins d’urgence, prise en compte du rural dans la mise en œuvre des politiques de l’emploi... A lire également, un article sur "les différences structurelles entre l'agriculture des villes et l'agriculture des champs".

Évolution des parcs d’aventure

Parcours dans les arbres, tyroliennes extrêmes, structures aériennes spectaculaires, l’offre de produits en plein air incitant les gens à faire preuve d’agilité et à braver les hauteurs se propage, se diversifie et rivalise d’ingéniosité et de promesses de poussées d’adrénaline. Les installations se complexifient, multipliant ainsi les possibilités, et la technologie permet de raffiner les expériences. La clientèle évolue ; elle devient plus exigeante. Aussi, de nouveaux segments de marché s’intéressent aux défis que suggèrent ces parcs d’aventure. Le Réseau de Veille en tourisme, créé par l’Université du Québec à Montréal, propose un survol de cette industrie suivi d’exemples de produits d’aventure aérienne. On y lit/lie notamment les rapports entre les parcs d’aventure et les stations de ski ou la valorisation des forêts. Parmi les expériences présentées : la découverte de fermes par passerelles aériennes et tyroliennes, faisant ainsi se croiser agriculture et un certain type de tourisme ou de loisirs.

Le futur du ski est-il en boîte ?

"Face au péril du réchauffement climatique, auquel elle contribue par sa grosse consommation énergétique, l'industrie du ski poursuit sa course technologique pour survivre au manque d'enneigement. Avec un nouveau fantasme : les skis-dômes." Le magazine de prospective Usbek & Rica propose un reportage "pour vérifier si, dans le futur, le ski se pratiquera vraiment en indoor". Et de s'interroger : "les stations, futures friches industrielles ?"

Le parlement adopte la création de l'Agence nationale de la cohésion des territoires

Le Parlement a adopté le 9 juillet 2019 la loi portant création d'un nouvel établissement public de l'État : l'Agence nationale de la cohésion des territoires. Agence unique pour l'action territoriale de l'État, elle devrait prendre le petit nom de "France Territoires". Elle intègre trois entités : le CGET, l'Établissement public national d'aménagement et de restructuration des espaces commerciaux (Epareca) et l'Agence du numérique ; et fonctionnera par conventionnement avec d'autres organismes (évoqués un temps pour l'intégrer) : Cerema, Anru, Anah, Ademe. Le préfet de chaque département sera le délégué territorial de l'agence. La mission de l'Agence : soutenir les collectivités territoriales dans la définition et la mise en œuvre de leurs projets (aménagement des centres-villes, présence de services publics, transports, lutte contre le changement climatique...). A noter que l'Agence est compétente sur l'ensemble du territoire mais ses actions sont ciblées, en priorité, sur les territoires en difficulté. Elle devrait être opérationnelle au 1er janvier 2020.

Les chiffres clés du tourisme en Auvergne - Rhône-Alpes

Le Comité Régional de Développement Touristique d'Auvergne et Rhône-Alpes Tourisme ont collaboré à l’élaboration d’une publication présentant les principales données de l’économie touristique de la nouvelle région. Cette publication a pour ambition d’apporter un premier éclairage sur le poids du tourisme dans l’économie régionale. Cette 1ère édition des chiffres-clés du tourisme Auvergne - Rhône-Alpes permettra d’appréhender le tourisme à sa nouvelle échelle.

Pas de piscine chez vous ? Nagez dans un camion...

Depuis la rentrée 2017, les élèves d'une petite commune Suisse testent une piscine mobile aménagée à l’intérieur d’une semi-remorque. Cette piscine ambulante est dotée d’un bassin de 16 m2 et est équipée d’infrastructures spécialisées : accès pour personnes handicapées, vestiaires, systèmes de chauffage, défibrillateur… Elle possède surtout nombre d’avantages structurels : coût moindre comparé aux piscines en dur, mise à disposition d’un service dans des zones isolées...

Publication d’une étude sur les modèles économiques de certaines associations employeuses

Une étude de l’Union des employeurs de l'ESS (UDES) et du Mouvement associatif s’interroge sur les stratégies d’évolution des modèles socio-économiques des associations employeuses de certains secteurs (social, sport, tourisme...), dans un contexte de crise économique et de recherche de financements diversifiés, d'évolution du bénévolat et de la gouvernance. Outre l’identification des enjeux du secteur associatif, ce rapport présente les modèles socio-économiques des associations ainsi que les différentes stratégies d’évolution de ces modèles. Il comporte également une étude comparative au niveau européen pour évaluer des pratiques susceptibles d’être transposées dans le contexte français. Enfin, des leviers d’évolution des modèles socio-économiques sont avancés.

Réinventer les centralités pour devenir un territoire phœnix

Dans son hors série intitulé "Territoires de vie, territoires solidaires", la revue Urbanisme interroge le président de l'Établissement public territorial (EPT) Plaine Commune quant aux "recettes pour la renaissance d'un territoire phœnix". Il raconte dans le magazine comment, à partir d'une volonté politique, de "la question de la centralité [qui] est au cœur de notre projet politique et urbain" et en partant d'un projet autour d'un équipement ou d'un évènement ("pas forcément d'un grand projet"), "on construit une démarche positive à l'échelle de tout un territoire".

Repérage des enquêtes sur les pratiques culturelles conduites à l’échelle territoriale

Réalisé à la demande du Ministère de la Culture, ce rapport a pour objectif d’apporter une meilleure connaissance des enquêtes territorialisées, de leurs objectifs, de leurs atouts et faiblesses. Plusieurs études en zones rurales, et notamment en Rhône-Alpes, y figurent. Ce recensement pourra alimenter les collectivités dans leurs réflexions sur ces thématiques et dans la mise en œuvre d’enquêtes sur les pratiques culturelles.

Signature d'un premier contrat de ruralité

Le premier contrat de ruralité a été signé le 24 novembre 2016, à Nogent-le-Rotrou (Centre-Val de Loire), par le ministre de l’Aménagement du territoire, de la Ruralité et des Collectivités territoriales et le président du pôle d’équilibre territorial et rural (PETR) du Perche. Ce contrat, pour lequel l’État consacre 1,5 million €, contient 16 projets portés par les communes du PETR dont le volet le plus important englobe cinq actions "derniers commerces". Les autres actions concernent le réaménagement de places, la réfection ou la création de bâtiments publics (crèche municipale...) et d'équipements sportifs, des projets en matière de patrimoine et de tourisme (aménagement des espaces publics autour d'un bien culturel, mise en valeur des collections d'un musée).

Station de montagne de demain et adaptation au changement climatique

La perspective de baisse de l’enneigement questionne la résistance du modèle économique des stations au changement climatique… Aidés d’outils développés par les chercheurs (logiciels, bases de données et études) de l'IRSTEA, les opérateurs économiques et les politiques développent des stratégies qui s’appuient sur la fiabilisation de l’enneigement et la diversification de l’offre touristique.

Territoires ruraux : quelques exemples de politique "jeunesse"

"Entre équipements culturels et sportifs peu accessibles, manque de débouchés professionnels les jeunes ruraux quittent souvent leur territoire d’origine", constate La Gazette, qui pointe encore les freins à la mobilité qui empêchent d'accéder à des formations ou des emplois. Et l'hebdomadaire de lister alors les leviers existants, avec des exemples de réalisation à l'appui : développer des pôles universitaires à proximité des lieux de vie, ou encore des écoles du numérique, aider au financement du permis de conduire ou mettre en place des solutions de covoiturage, louer des véhicules à très faible prix, partir à la recherche de jeunes isolés en camping-car itinérant (Ardèche), distribuer des chéquiers pour les activités sportives et culturelles, développer des services civiques en milieu rural, accompagner les jeunes entrepreneurs...