service

"L'égalité territoriale est un fantasme. Ce n'est qu'un concept, une idée, une chimère"

Des propos tenus par Laurent Davezies, professeur au Conservatoire national des arts et métiers (CNAM), dans le cadre d'une rencontre intitulée "France, Europe : les territoires entre égalité et égoïsme", organisée en 2016 par l'association Les Cafés Géographiques. Le compte-rendu de cette rencontre, à laquelle participait également Philippe Estèbe, directeur de l’Institut des Hautes Études d’Aménagement du Territoire (IHEDATE), apporte des éclairages sur l'égalité des territoires, notamment sur sa généalogie, son efficacité, son coût, son traitement dans d'autres pays...  Invitant à prendre davantage en compte aujourd'hui la notion de trajectoires, les deux universitaires pointent des rapports et une redistribution des richesses à réinventer entre territoires.

Covoiturage des courtes distances : qui sera le "Blablacar du quotidien" ?

"Qui sera le "Blablacar du quotidien" ?" C'est le titre d'un article publié le 6 mars 2017 par trois chercheurs dans la revue Métropolitiques, qui interroge pourquoi, alors que la pratique est bien établie pour des trajets de longue distance, le covoiturage peine à s’imposer pour les mobilités du quotidien. Jugeant que les initiatives actuelles pour le covoiturage du quotidien émanent essentiellement d’acteurs privés, les auteurs estiment "qu'il est désormais nécessaire de passer à l'institutionnalisation et à la territorialisation" de ce type de covoiturage qui offre un potentiel encore largement sous-exploité.

Le Grenier Numérique : un dispositif qui vise l'autonomie numérique des habitants

"Dans un contexte de dématérialisation massive des administrations, l'idée de proposer un accompagnement spécifique pour l'e-inclusion est initialement née des observations des accompagnatrices sociales du CCAS", rapporte l'Union nationale des centres communaux et intercommunaux d'action sociale (UNCASS) dans une fiche consacrée à l'expérience du Grenier Numérique à Manosque (22 333 habitants, Alpes-de-Haute-Provence). Le dispositif vise l'autonomie numérique des habitants de Manosque et, pour cela, repose sur des ateliers collectifs d'apprentissage encadrés par un médiateur numérique le matin, et sur un accès libre aux postes informatiques l'après-midi. L'action est gratuite et ouverte à tous les majeurs de la commune.

Le Vercors aménage une voie douce en montagne

Interdite aux voitures, la "Via Vercors " serpente sur 50 km. "Outil de développement économique destiné à diversifier les activités touristiques en montagne tout en soutenant l'économie locale (...), elle a également été pensée pour faciliter la mobilité des habitants des six villages" de la communauté de communes du massif du Vercors. Une expérience racontée par Maires de France.

Maisons de services au public : des offres diversifiées

Il existe aujourd'hui 1 100 Maisons de services au public (MSAP) en France. Chaque Maison construit sa propre "offre de services", fournissant une gamme de services variée, allant de la délivrance d’informations simples jusqu’à l’accompagnement de l’usager dans des démarches spécifiques, par l’utilisation d’outils numériques et les médiations assurées par ses salariés. Si elles proposent généralement un premier accueil pour les questions médico-sociales ainsi qu'un accès au droit, certaines MSAP ont parfois choisi d’élargir leurs activités, en proposant des outils à destination des entreprises, des télétravailleurs et des saisonniers ou l’accès à des offres culturelles ou touristiques. Une publication du CGET offre en quatre pages une vision d'ensemble de ce dispositif avec des liens vers des ressources et des expériences.

Petites colocations pour personnes âgées dépendantes

La Gazette revient sur la solution trouvée par la société Ages et Vie pour répondre à une double exigence : petite structure et rentabilité économique, afin de trouver une solution intermédiaire entre la maison individuelle et l'Ehpad pour les personnes en perte d'autonomie. En 10 ans, 43 colocations (d'environ sept personnes) ont ainsi été créées par cette entreprise en Franche-Comté. L'hebdomadaire décrit le concept et le fonctionnement de cette initiative privée, "fléchée par [certaine] collectivité[s] comme un service public".

Produire et consommer sa propre électricité - l'exemple d'une petite commune

A Marmagne (2 000 habitants, Cher), le projet "SmartMagne" vise à couvrir fin 2018 les deux tiers des besoins en électricité de la commune à l'aide de panneaux solaires. S'inscrivant dans le cadre de la loi 2017 sur l'autoconsommation d'électricité, ce projet est selon le magazine Maires de France le "premier projet hexagonal de production et d'autoconsommation collective d'énergie". Pour le maire : "avec SmartMagne, nous voulons démontrer que l'on peut concevoir un projet de transition énergétique en milieu rural en réduisant les coûts tout en maintenant une véritable qualité de service".