porteurs de projets

Appel à idées et projets : tissages d’initiatives dans le territoire du Nord Isère

Pour habitants, collectifs, associations ou collectivités territoriales - avant le 31 janvier ou le 28 mars 2018 pour un jury en juillet, et avant le 12 septembre ou le 17 octobre 2018 pour un jury en décembre

"Convaincue de l'intérêt d'une approche territoriale, la Fondation de France a choisi d'engager des moyens au profit du développement social, socio-économique et culturel du Nord Isère". Toute idée visant à contribuer à l'amélioration des conditions de vie des habitants, formalisée ou non, est la bienvenue.

Appel à initiatives : "mon projet pour la planète"

Pour associations, coopératives, entreprises... - avant le 28 février 2018

Cet appel est lancé par le Ministère de la Transition Écologique et Solidaire, l’ADEME et l’Agence Française de la Biodiversité. Il propose à tout porteur de projet ayant un statut de personne morale de droit public de concourir dans trois domaines : l’énergie, l’économie circulaire et la biodiversité. Les projets lauréats seront choisis par les citoyens.

Appel à projet : création d'une entreprise d'insertion à Annemasse (74)

Pour porteurs de projet - avant le 2 février 2018

Le pôle territorial de coopération économique (PTCE) InnoVales lance cet appel à projet à destination des porteurs de projet (individuels ou soutenus par une structure) qui souhaitent créer une entreprise d’insertion à fort impact social, contribuer à la montée en compétence et au retour à l’emploi durable de publics en difficulté. Le lauréat de l’appel à projet bénéficiera d’un accompagnement spécifique pour l’aider à créer son projet.

Appel à projets : emploi et activité - des solutions solidaires pour une société numérique intégrante

Pour associations - et éventuellement coopératives - dont l’activité relève de l’intérêt général, ainsi que regroupements de structures permettant de construire une offre de services territorialisée - avant le 24 janvier 2018 ou le 31 mai 2018

La Fondation de France, initiatrice de cet appel à projets, privilégie deux axes : la sécurisation des parcours par la coopération et la mutualisation (nouveaux espaces et collectifs de travail ; économie collaborative d'utilité sociale) et compétences numériques et travail (développement de la capacité des personnes les plus vulnérables à utiliser les nouvelles technologies ; formation des personnes éloignées de l’emploi).

Appel à projets : La Fabrique Aviva

Pour entrepreneurs de l'ESS - avant le 20 février 2018

Économie circulaire, circuits courts, consommation collaborative, prévention, réinsertion professionnelle, agriculture durable, proximité… Un grand nombre de projets relevant de l'ESS peuvent bénéficier du soutien de l'assureur Aviva, via son dispositif La Fabrique Aviva. Les projets doivent s'inscrire dans l'une des quatre thématiques suivantes : emploi, éducation, formation ; lien social, inclusion, citoyenneté ; handicap, santé, alimentation ; environnement, biodiversité, énergie.

Archimède : nouveau portail d’accompagnement des entrepreneurs et des porteurs d’idées innovantes dans la Drôme

Lancé début mai 2017, le site Internet Archimède est le résultat d’un travail collaboratif entre le Conseil Départemental, la CCI de la Drôme, le CRITT Drôme-Ardèche, le Moulin Digital et Digital League. Objectif : valoriser l'écosystème local et créer les meilleures conditions pour l'émergence et la concrétisation de projets innovants sur le territoire. Conçu sous la forme d’un annuaire, le portail Archimède permet aux porteurs de projet innovants de la Drôme de se repérer parmi l’ensemble des dispositifs existants et d’identifier les structures à même de les accompagner dans leurs démarches, qu’elles soient techniques, commerciales, financières, règlementaires, etc.

Auto-évaluer l'impact social de projets artistiques

La pratique artistique permet de rapprocher, d’expérimenter, de confronter, de transmettre, de contribuer au "vivre ensemble". Mais comment démontrer la contribution sociale de ce type de projets ? Si l’évaluation est d’abord une attente de financeurs, elle répond aussi à des questionnements portés par les partenaires, les artistes, les salariés ou les bénévoles des structures porteuses de projet sur l’efficacité de leur action d’un point de vue social en réponse à des besoins du territoire. La Fondation Daniel et Nina Carasso publie un bref guide méthodologique en ce sens, dans une logique d’auto-évaluation.

Changer de vie, comment se faire aider, conseiller, accueillir ?

"Vous souhaitez devenir agriculteur, artisan, commerçant, formateur, consultant ?", interroge le magazine Village ? Réponses dans un dossier de 10 pages qui présente les principales structures d'accompagnement, plusieurs dispositifs mis en place sur des territoires (notamment en Auvergne-Rhône-Alpes) et des expériences de porteurs de projets. A destination des porteurs de projets, ce dossier servira également aux agents de développement en charge de leur accompagnement. Car comme en témoigne une accompagnatrice : les porteurs de projets sont "des ressources" pour les territoires.

Choisir la forme juridique adaptée à un projet d’utilité sociale : un kit pour accompagner les porteurs de projets

L'Avise a développé un kit d'animation à destination de tous ceux qui souhaitent mener une intervention en direction de porteurs de projet d’entreprise de l’ESS s’interrogeant sur la forme juridique de leur structure (association, SCOP, SCIC, SARL, SA, SAS ?). Ce kit comporte plusieurs supports, notamment une présentation sous format PowerPoint à projeter pendant l’intervention et un guide pour l’animateur de la séance, ainsi qu'une grille à distribuer aux participants à l'issue de la séance intitulée "Prêt à choisir la forme juridique de mon projet ?".

Comparatif de plateformes de crowdfunding

Associathèque, service proposé par le Crédit Mutuel, a publié un tableau comparatif de sept plateformes de crowdfunding (Hello asso, Ulule, KissKissBankBank, Crédofunding, Alvarum, leetchi, BluBees) à partir d'informations issues des sites Internet à la date du 19 avril 2017. On y trouve notamment : type de financement, type de projet, spécificités, contreparties, montant total collecté, conditions, don total moyen, durée d'une campagne, % de réussite...

Crowdlending à impact socio-environnemental pour porteurs de projets et épargnants

Lancée en 2013 en Rhône-Alpes, la plateforme de finance participative sous forme de prêt Prêt de chez moi, portée par la coopérative la Nef, se déploie à l’ensemble du territoire français à partir de novembre 2016. Elle devient une plateforme de prêt solidaire pour tous les projets, répondant aux critères de la Nef, ayant des besoins de financement compris entre 5000 et 200 000 €. De leur côté, les épargnants peuvent soutenir directement le ou les projets de leur choix en prêtant, via la plateforme, une somme minimum de 250 €. En renonçant à la rémunération de leur épargne, les épargnants permettent aux emprunteurs de bénéficier d’un prêt à taux 0 ; seuls des frais de service seront payés par le porteur de projet afin de financer l’accompagnement à la levée de fonds et l’analyse économique du projet.

Des collectivités "investissent" dans les start-up

Pour les collectivités, l'enjeu est de faciliter la naissance des "pépites" de demain, promesses d'emplois et de développement économique, mais "jeunes pousses" fragiles. Un pari sur l'avenir que testent actuellement plusieurs territoires. "En général, écrit La Gazette dans un dossier que le magazine consacre au sujet, le principal frein à ce mariage d'intérêt entre collectivités et start-up est la méconnaissance mutuelle existant entre les deux univers. Notamment dans les collectivités de petite ou de moyenne taille." Création de tiers-lieux, lancement d'appel à projets, ouverture de la commande publique... quelles sont les recettes gagnantes des territoires ?

Deux documents sur les énergies renouvelables participatives

Ces deux documents mettent en lumière l’intérêt des démarches participatives pour le développement des énergies renouvelables. A travers les retours d'expérience qu'elles collectent, elles illustrent le rôle que peuvent jouer ensemble citoyens, collectivités et association pour favoriser l'appropriation et l'ancrage local des projets. Il s'agit d'une part d'une étude de l'ADEME intitulée Quelle intégration territoriale des énergies renouvelables participatives, dont l'objectif est de qualifier le jeu d'acteurs autour des projets, d'exposer les ressources dont disposent ces derniers (compétences techniques, financières ou de gestion de projet) et s'ils s'appuient sur des réseaux existants (techniques, financiers, associatifs), de décrire le travail de mobilisation, les processus de dialogue territorial mis en œuvre par les porteurs de projet, ainsi que la manière dont se négocient les partenariats entre groupes de citoyens et partenaires institutionnels et privés, d'explorer la manière dont la redistribution des bénéfices contribue à la dynamique territoriale et plus largement, à la prise en compte de la transition énergétique au plan local, au-delà d'une simple production d'ENR. Le seconde document a été réalisé par l'Agence régionale de l’environnement en Île de France : intitulé Projets d’énergie renouvelable participatifs et citoyens - retours d’expériences, il détaille 11 projets récents et très divers (biomasse, éolien, méthanisation et solaire).

Entrepreneuriat de territoire et collectivités territoriales : se connaître pour mieux coopérer

Tel était le titre d'une session d'exploration organisée par Cap Rural et Territoires conseils en décembre 2017 sous forme de webconférence. Destinée aux élus, aux agents de développement rural, à l’ingénierie mobilisée dans des démarches territoriales mais aussi aux porteurs de projets collectifs, elle avait pour objectifs d'aider à décrypter le concept d’entrepreneuriat de territoire et à repérer les dynamiques locales qui s’en inspirent / qui en font écho, questionner la posture et le rôle des collectivités pour accompagner leur essor, apporter des éléments de méthode pour les faire émerger. Il est possible de revoir en ligne cette webconférence. Le support de présentation et un compte-rendu sont également disponibles.

Espaces de coworking : le trop-plein

C'est ce qu'affirme en titre un article paru dans Le Monde, qui part de l'aventure d'un espace de co-working en rural, ouvert par deux porteurs de projets en 2014, soutenu par une communauté de communes, mais fermé l'année suivante... L'auteur rappelle que depuis 2012, le nombre d'espaces de ce type a été multiplié par dix et que "ces projets sont souvent soutenus par les régions et les collectivités, qui y voient un moyen de dynamiser leur territoire en incitant les travailleurs à s’y fixer". Des défis sont pointés : "il faut que ces lieux développent un modèle économique rentable - et, surtout, trouvent leur public" ; l’absence d’animation est aussi une cause d'échec pour ces structures. Enfin, avec l'arrivée de "gros calibres du secteur immobilier" sur ce marché, "la formation d’une "bulle" immobilière pourrait bien se substituer à l’enthousiasme des débuts".

Flash'diag : 4 jours pour identifier un projet

Formation-action
1er trimestre 2018

(Re)trouver de l'envie, de l'énergie, et créer de l'émulation pour monter rapidement un projet en lien avec des équipements, des services, des locaux ou du foncier vacant... Découvrez la nouvelle proposition de formation-action de Cap Rural !

Flash'diag : 4 jours pour identifier un projet

Formation-action
1er trimestre 2018

(Re)trouver de l'envie, de l'énergie, et créer de l'émulation pour monter rapidement un projet en lien avec des équipements, des services, des locaux ou du foncier vacant... Découvrez la nouvelle proposition de formation-action de Cap Rural !