numérique

"L'égalité territoriale est un fantasme. Ce n'est qu'un concept, une idée, une chimère"

Des propos tenus par Laurent Davezies, professeur au Conservatoire national des arts et métiers (CNAM), dans le cadre d'une rencontre intitulée "France, Europe : les territoires entre égalité et égoïsme", organisée en 2016 par l'association Les Cafés Géographiques. Le compte-rendu de cette rencontre, à laquelle participait également Philippe Estèbe, directeur de l’Institut des Hautes Études d’Aménagement du Territoire (IHEDATE), apporte des éclairages sur l'égalité des territoires, notamment sur sa généalogie, son efficacité, son coût, son traitement dans d'autres pays...  Invitant à prendre davantage en compte aujourd'hui la notion de trajectoires, les deux universitaires pointent des rapports et une redistribution des richesses à réinventer entre territoires.

Actes du séminaire européen "Stimuler l'innovation - comment répondre aux enjeux de la ruralité"

Cette rencontre des 17 et 18 mai 2018, proposée par le Réseau wallon de Développement Rural, était consacrée à des expériences innovantes et à des échanges de pratiques sur l’innovation en zones rurales. Toutes les présentations sont désormais accessibles en ligne. Celles-ci concernent les tiers-lieux, la souveraineté technologique, les systèmes alimentaires territorialisés, l’économie circulaire, les living labs, l'agriculture 4.0, les territoires et villages smart, les solutions pour les personnes âgées, l'agriculture et les forêts face au changement climatique, les initiatives citoyennes...

Actualités du réseau rural français

Les rencontres annuelles du réseau rural national (16-17 novembre 2017 à Rennes) et le lancement sous peu d'un nouveau site internet (fin octobre 2017) sont annoncées dans sa dernière lettre d'information de septembre. On y trouve également des informations sur le projet COLLAGRO (prise en compte des groupes d’agriculteurs en transition agroécologique dans les politiques publiques), les usages des services publics en ligne, l'expérience d'une SCIC proposant une "boîte à outils digitaux" pour les TPE-PME en milieu rural, la situation et l'avenir du magazine Transrural initiatives.

Agriculture : quand la blockchain vient au secours de la trésorerie et engage dans des pratiques plus écologiques

En septembre 2019, une start-up française a lancé un nouvel outil de financement des céréaliers : une sorte de levée de fonds de 8 millions € en monnaie virtuelle pour financer des avances sur récoltes, permettant notamment aux agriculteurs le paiement immédiat de leurs fournisseurs. La transparence et la traçabilité garanties par l'utilisation de la blockchain et de la monnaie virtuelle doivent servir un autre objectif : celui d'inciter les agriculteurs à s'engager dans des pratiques de plus en plus écologiques.

Auvergne Rhône‐Alpes s'engage dans un "tourisme bienveillant"

"Si notre ambition, « être dans le top 5 des destinations européennes d'ici 5 ans » est inchangée, nous souhaitons construire une vision en faveur d'un tourisme bienveillant prenant en compte les nouveaux enjeux sociétaux et environnementaux et non plus seulement économiques", déclare le Président d'Auvergne-Rhône-Alpes Tourisme, sur un nouveau site du Comité Régional du Tourisme. Cinq leviers d'intervention sont mis en avant : un manifeste pour un tourisme bienveillant (à télécharger), un fonds de dotation (autour d'enjeux d'intérêt général tels que l'aide au départ de publics socialement éloignés du tourisme, la sensibilisation à l'environnement, l'accessibilité aux publics handicapés, le financement d'études scientifiques…), la formation à distance, une nouvelle plateforme pour l'emploi, des ambassadeurs de destinations touristiques.

Blockchain : promesse d'une nouvelle gouvernance ou expression d'un libéralisme débridé ? Quelle opportunité pour l'économie sociale ?

La blockchain est une technologie de stockage et de transmission d'information, transparente, sécurisée, et fonctionnant sans organe central de contrôle. À l'heure de la crise de confiance et du mécontentement vis-à-vis des institutions, la technologie blockchain, qui promet davantage de désintermédiation et de transparence, séduit et intrigue. Elle semble représenter à la fois une menace et une opportunité pour la démocratie et les valeurs de l'économie sociale. Dans une note d'analyse publiée en juin 2019, l'Observatoire européen de l'Économie sociale se propose d'aborder le sujet de la blockchain, de ses limites et de ses opportunités pour l'économie sociale.

Circulaire relative à la mobilisation nationale pour l'emploi et la transition écologique et numérique

Dans une circulaire du 16 mai 2019, le Premier ministre demande aux préfets de région de convier sous dix jours les "acteurs pertinents" (partenaires sociaux, élus locaux, représentants des opérateurs concernés, associations) de leurs territoires pour mettre en musique la mobilisation pour l'emploi et les transitions - notamment écologique et numérique - annoncées par le président, à travers six chantiers. L'objectif est de remédier aux "angles morts" des politiques publiques, c'est-à-dire aux situations où celles-ci n'atteignent pas leurs objectifs faute de suivi politique ou de coordination au plus près des territoires. Pour les aider, une fiche rappelle, pour chaque chantier, les dispositifs nationaux existants, les angles morts et les pistes de travail qui pourraient être exploitées.

Clusters, territoires et lien rural/urbain : deux nouvelles publications

Le projet "Clusters, territoires et lien rural/urbain", porté par France Clusters, est lauréat de l’appel à propositions "Mobilisation Collective pour le Développement Rural" (MCDR) porté par le Réseau Rural Français. Il défend l’idée que des clusters et de leur lien avec le territoire peuvent naître des innovations en faveur du développement rural et s’intéresse tout particulièrement au lien urbain-rural. Des guides de bonnes pratiques sont élaborés, dont deux viennent d'être publiés. Le premier, "Lieux d’innovation, lieux physiques de mutualisation de services et coopération rural/urbain", porte sur les lieux d’innovation, au sens de lieux physiques de mutualisation de services au profit d’entreprises (formes des lieux, types de services, étapes et conditions de mise en œuvre...). Le second, "Clusters et territoires locaux", vise à présenter des formes d’animation économique du territoire et de coopération entre les Pays / Pôles territoriaux et le tissu entrepreneurial local.

Collectivités : comprendre et accompagner le développement des tiers-lieux

La SCIC Coopérative des Tiers-Lieux a rédigé un rapport à la fois bref (15 pages) et très instructif pour comprendre l'éclosion/l'évolution des tiers-lieux, leur apport au(x) territoire(s) et les relations entre pouvoirs publics et tiers-lieux. Bien documenté sur la base d'une enquête en Nouvelle-Aquitaine (objectif politique affiché de 300 tiers-lieux en 2020, et que "chaque néo-aquitain [puisse] trouver une solution de travail à distance, des propositions de collaboration et de partage avec d’autres, un lieu d’émancipation pluridisciplinaire à proximité de chez lui"), le document avance des pistes à destination des élus et de l'ingénierie pour favoriser de la manière la plus adéquate l’émergence d’un (ou plusieurs) tiers-lieux dans son territoire. On notera également un référentiel métier très complet de facilitateur de tiers-lieu, présentant des compétences que des agents de développement local pourraient bien reconnaître !

Collectivités : guide du financement participatif et étude sur ses usages

Le financement participatif : moteur d’engagement citoyen, catalyseur de mécénat, chouchou des circuits courts, utile pour le petit patrimoine ou la mobilisation autour de grands projets territoriaux et infrastructures énergétiques... Depuis 2015, les collectivités peuvent se saisir de la finance participative. Un nouveau guide, réalisé par Financement Participatif France avec le soutien de la CDC, vise à informer, à encourager et à outiller les territoires désireux de se saisir de ces nouvelles opportunités. De son côté, une étude de l’Institut du développement durable et des relations internationales (Iddri) a exploré les usages du crowdfunding par les collectivités locales en France et en dresse un bilan et des perspectives intéressantes. 

Combien de personnes micro-travaillent en France ?

Les plateformes de micro-travail allouent des tâches fragmentées à des foules de prestataires dont la rémunération peut être aussi faible que quelques centimes. Indispensables pour développer les intelligences artificielles actuelles, ces micro-tâches poussent à l'extrême les logiques de précarité déjà constatées à l'égard des travailleurs "uberisés". Un article de recherche propose en février 2019 une estimation du nombre de personnes concernées par le micro-travail en France et détecte trois types de micro-travailleur. Il montre que ce n'est pas un phénomène anecdotique et qu'il mérite une grande attention de la part des chercheurs, des partenaires sociaux et des décideurs publics.

Comment apprécier les effets de l'action des bibliothèques publiques ?

Les bibliothèques traversent aujourd'hui une mutation de leur rôle et connaissent un élargissement sensible de leurs missions. S'il s'agit toujours pour elles d'aider à l'élaboration des connaissances, de diffuser les idées et de donner un accès méthodique à l'information, elles sont désormais attendues sur bien d'autres terrains : renforcer le lien social, lutter contre la fracture numérique et l'illectronisme, participer à l'éducation artistique et culturelle des publics... Le ministère de la Culture a confié à l'Observatoire des politiques culturelles une étude permettant d'appréhender la diversité des impacts des bibliothèques et les différents moyens d'en rendre compte. Un rapport propose des méthodes pour mesurer les conséquences réelles de l'activité de ces institutions sur le corps social, du développement des capacités cognitives de l'individu à l'attractivité du territoire, en passant par la participation à la réussite éducative.

Comment le numérique peut-il stimuler le développement de l'ESS ?

Un nouveau dossier réalisé par l’Avise, avec le soutien du FSE, de la Caisse des Dépôts et de Régions de France, apporte des clés de compréhension et d’action aux structures de l'ESS ainsi qu'aux acteurs publics et privés qui souhaitent faire du numérique un levier de développement et de cohésion pour tous.

Commerces et services à la fois mobiles et numériques : les dernières tendances

A travers Le Hub, La Poste décrypte les nouvelles expériences clients. Dans un article, il relate des démarches pour venir à la rencontre des clients... en camion tout en utilisant les dernières inventions des nouvelles technologies. Toyota imagine ainsi des cabines d’essayage autonomes se déplaçant jusqu’au domicile des clients. D'autres véhicules autonomes sont prototypés pour amener des produits au plus près des consommateurs (ex : fruits et légumes et plats cuisinés). Allianz France a annoncé de son côté le lancement de sa première agence mobile en Lozère : un véhicule aménagé de 15 m2, doté d’une informatique autonome, permettant d’apporter les mêmes services que ceux d’une agence traditionnelle. Depuis 2018, un "Poste Truck" stationne chaque matin à Saint-Étienne-de-Chigny (37), où l’ancien bureau de poste a fermé il y a 10 ans, et propose de déposer ou retirer un colis, acheter des timbres, envoyer un recommandé… Et dans l’Aisne, les services publics se rapprochent des habitants en camping-car pour proposer un accompagnement dans leurs démarches administratives (impôts, retraite, Pôle emploi, allocations familiales).

Conciergerie, coworking, béguinage, café associatif, ateliers municipaux... rassemblés dans une ancienne ferme

L’aventure a débuté à Hardifort (59) en 2000 avec l’acquisition d'une ferme par le centre communal d’action sociale. Par la suite, la mairie et le CCAS ont décidé d’en réserver une partie de 3 000 m² pour repenser et revitaliser le bourg avec de nouveaux lieux tels qu’une conciergerie, un café associatif ou un béguinage (quatre logements de plain-pied proposés à la location), un espace de coworking et une salle de convivialité pour l'organisation de manifestations. Un nouveau bâtiment attenant abritera également les ateliers municipaux. Les travaux s'achèveront en 2018.

Construire des espaces de coopération pour l’emploi, la formation et le développement économique

L’Institut national du travail de l’emploi et de la formation professionnelle (Intefp) et le Centre d’études et de recherches sur les qualifications (Céreq) restituent dans une publication de décembre 2017 des travaux menés sur les nouvelles formes de collaboration et de coopération (de l'entreprise "libérée" aux coopératives ou aux groupements d’employeurs) à l'heure où la numérisation accélère les changements économiques et sociaux.

Covoiturage contre monnaie locale, l'exemple d'une petite commune

Pour remédier à l'absence de ligne de bus régulière, la commune d'Ayen (750 habitants, Corrèze) a misé sur le covoiturage de proximité. Au départ adossé à des bons d'achat d'essence, il est à présent lié à une monnaie locale acceptée dans 22 commerces des alentours. Ce covoiturage de proximité s'adresse notamment aux personnes, souvent âgées, qui n'ont pas de voiture et souhaitent se déplacer pour des soins ; il inclut les personnes n'ayant pas d'accès à Internet. Récit de l'action dans un article du Courrier des maires.

Covoiturage des courtes distances : qui sera le "Blablacar du quotidien" ?

"Qui sera le "Blablacar du quotidien" ?" C'est le titre d'un article publié le 6 mars 2017 par trois chercheurs dans la revue Métropolitiques, qui interroge pourquoi, alors que la pratique est bien établie pour des trajets de longue distance, le covoiturage peine à s’imposer pour les mobilités du quotidien. Jugeant que les initiatives actuelles pour le covoiturage du quotidien émanent essentiellement d’acteurs privés, les auteurs estiment "qu'il est désormais nécessaire de passer à l'institutionnalisation et à la territorialisation" de ce type de covoiturage qui offre un potentiel encore largement sous-exploité.

CV de territoires de renaissance industrielle

Laurent Davezies, docteur en aménagement et professeur au CNAM, est interviewé par Les Échos sur "les anciennes contrées industrielles du Nord-Est". Décrivant là "où en est la fracture territoriale aujourd'hui en France", il s'exprime également sur les opportunités que pourraient saisir les territoires industriels "à faible coût foncier, à fortes infrastructures de transport et logistique avec le rail et la route, ayant une tradition industrielle, proches des marchés grâce aux circuits courts..." Car il prédit un "retour à la fabrication", avec l'"effondrement de l'emploi manufacturier dans les pays émergents lié à la robotisation et aux imprimantes 3D".

De l'intérêt d'une approche économique transfilières

Le CESER Nouvelle-Aquitaine a présenté en novembre 2017 un rapport sur le développement d’une telle approche, où le "transfilières" invite à la fois à s’intéresser au croisement de filières (inter-filières) mais également à la capacité à dépasser totalement la logique de filières (trans-filières). Il concerne aussi bien les entreprises et les filières (diversification de l’offre, accès à de nouveaux marchés) que les territoires et leurs habitants (adaptation aux usages de terrain, prise en charge de défis locaux ou globaux, amélioration de la qualité de vie). Pour les auteurs, le "transfilières" "répond à la nécessité d’introduire de la transversalité pour stimuler l’innovation, mais il contribue également à l’émergence de projets territoriaux cohérents et de solidarités locales".