jeunesse

"A'Venir" : un accompagnement sur mesure pour les jeunes "invisibles" du Pays voironnais (Isère)

Labo Cités met en avant ce projet porté depuis 2019 par la Maison de l'emploi et de la formation des Pays Voironnais et Sud Grésivaudan : "il s'agit de proposer une offre de service partenariale, innovante, adaptée aux jeunes de 16 à 29 ans qui ne sont ni en emploi, ni en formation, ni scolarisés. Ce projet est financé par l'État dans le cadre de l'appel à projet « Repérage et mobilisation des invisibles », le Département de l'Isère et des partenaires." Ainsi, un camping-car aménagé se déplace trois fois par semaine à la rencontre de ces publics dits "invisibles", notamment en zone rurale.

"Jeunes des villes, jeunes des champs : la lutte des classes n'est pas finie"

Titre d'une note de la Fondation Jean-Jaurès et de l'association Chemins d'avenirs s'appuyant sur une enquête Ifop auprès des 17-23 ans sur leurs choix d'orientation et leur rapport à l'avenir. Les auteurs expliquent en préambule que, dans la "France des villes moyennes et des petites villes" lors de la crise des "gilets jaunes", "une catégorie de la population est néanmoins restée silencieuse et n'a pas pris part au mouvement de manière massive : les jeunes des territoires, qui se heurtent pourtant à des obstacles propres à leurs situations géographiques. Ces obstacles, on les retrouve dans leur rapport à l'avenir, dans les ressources dont ils peuvent bénéficier pour s'orienter et dans la façon dont ils se projettent et construisent ce que sera le début du reste de leur vie."

"Le concept de digital native est un mythe"

A lire en conclusion d'une fiche pratique consacrée à "jeunesse et numérique", réalisée par Info Jeunes Occitanie, Animafac et HelloAsso. L'occasion d'en savoir plus sur les pratiques numériques des 16-29 ans.

« Expédition » un jeu de l'oie pour découvrir le monde professionnel et affiner son projet

Au cours de deux journées d'avril 2014, 1600 élèves de classe de quatrième se sont succédé sur le plateau d'un jeu grandeur nature organisé dans un gymnase du Territoire de Belfort. En allant de case en case au gré du hasard, à la manière d'un jeu de l'oie, les jeunes gens rencontraient ainsi une diversité de professionnels : sage-femme, illusionniste, agent immobilier, céramiste... Le principe : des entretiens avec des élèves réunis en groupe de 4 sous la forme d'entretien-dialogues dans un espace réservé et calme (10 minutes) ou d'entretiens-mise en situation où les élèves pratiquent un geste emblématique d'une profession donnée (20 minutes). Un dispositif pour découvrir des métiers (métiers rares par exemple) et lutter contre des idées reçues (sur les métiers manuels ou le genre attaché à un métier par exemple). Cette animation, conçue par la maison de l'information sur la formation et l'emploi (Mife), est proposée depuis 2012. En 2014, 130 professionnels se sont mobilisés pour venir parler de leur métier.

15 jours en Haute-Loire sur les chemins du défi écologique

Huit étudiants de l'ESJ Pro (organisme de formation et de conseil associé à l'École Supérieure de Journalisme de Lille) sont partis début 2020 "à la rencontre de tous ceux qui s'engagent dans la transition écologique" pour "raconter aujourd'hui et demain la Haute-Loire". Leur blog "La campagne passe au vert" propose articles, podcasts et vidéos.

25 ressources pour favoriser la participation citoyenne des adolescents

Le Journal de l'animation présente une sélection de ressources à trouver sur Internet, en librairie ou en bibliothèque, qui complète le dossier "Favoriser la participation citoyenne des ados" publié dans son édition papier de mars 2018. On y trouve des articles pour aider à prendre du recul sur ses pratiques ou trouver des repères dans son projet, des outils pédagogiques et plusieurs guides pratiques.

Appel à candidatures : ERASMUS+

Pour organismes publics ou privés et groupes de jeunes actifs - avant le 3 novembre 2021 (mais en fonction du type d'action, les premiers délais de candidature peuvent être avant le 11 mai 2021)

La Commission européenne a publié le premier appel à projets de la nouvelle programmation ERASMUS+ 2021-2027. Il permet l'octroi de bourses de mobilité à destination des apprenants et des personnels dans les secteurs de l'éducation, de la formation, de l'enseignement supérieur ou encore de la jeunesse, ainsi que le soutien à des projets de coopération entre établissements dans ces domaines.

Appel à candidatures LEADER Ardèche3 : projets répondant aux besoins des jeunes

Pour porteurs de projets (communes, EPCI, syndicats mixtes, associations, micro-entreprises et petites entreprises - dont les sociétés coopératives -, établissements publics) - pour l’ensemble de la période de programmation LEADER 2014-2020

Dans le cadre de la mise en œuvre de sa stratégie, le programme européen LEADER Ardèche3 lance un appel à candidatures visant à soutenir des projets répondant aux besoins des jeunes de 13 à 30 ans du territoire LEADER Ardèche3 : formation, emploi et entrepreneuriat des jeunes ; participation citoyenne des jeunes ; qualité de vie des jeunes et services à destination des jeunes ; outils numériques en faveur des jeunes. Doté de 100 000 € de FEADER, il permettra d'accompagner au fil de l'eau les projets qui amélioreront, par l'innovation, l'attractivité du territoire et la qualité de vie pour cette tranche d'âge.

Appel à projets : ESS, un levier de développement pour les territoires de la Drôme

Pour toutes structures de l'ESS implantées en Drôme

Le département soutiendra des initiatives locales permettant le développement du territoire portées par les structures de l'ESS en émergence ou existantes. Seront considérés comme prioritaires les projets mis en œuvre sur les territoires où l'offre de services est faible (territoires défavorisés ou sous-dotés, revitalisation des centres-villes et villages…) ; les projets qui bénéficient aux publics les plus fragiles ; les projets ayant une dimension innovante (ex : les projets issus de dynamiques de type Start'up de territoire). L'aide correspondra à 50% au maximum d'une dépense éligible et sera plafonnée à 50 000 € ; il pourra s'agit de dépenses liées au fonctionnement et/ou à l'investissement nécessaire au projet.

Après le chacun chez soi, le chacun pour soi ?

"Tenir ensemble, respecter les gestes barrières et les mesures de distanciation sociale pour préserver la santé de tous et l'engorgement des hôpitaux. Tel a été, pendant de longs mois, la direction fixée par les pouvoirs publics pour faire face à l'épidémie de coronavirus. Si la question de l'efficacité des mesures prises pour endiguer le virus fait régulièrement l'objet de débats, les implications de la période sur « le vivre ensemble » ont été moins explorées". Une enquête du CRÉDOC montre qu'après un moment de solidarité collective lors du premier confinement, la cohésion de la société s'affaiblit. Le sentiment d'appartenance à un collectif diminue. La solidarité entre générations se fissure. Dans le même temps, les préoccupations de la population se tournent de plus en plus vers les questions sécuritaires.

Atlas sur la nouvelle région Auvergne Rhône-Alpes : tome 2

Le réseau des quatre agences d’urbanisme de la région Auvergne Rhône-Alpes et la direction régionale de l’Insee ont publié, avec le soutien de la préfecture de région, le deuxième volet d’un atlas qui s’attache à décrire les  caractéristiques et les dynamiques de la nouvelle entité régionale. Le premier tome, paru fin 2015, s’intéressait à l’identité du territoire, sa démographie et son appareil productif. Les 16 fiches de ce deuxième tome couvrent trois grands domaines : l’environnement, les caractéristiques socio-économiques et les conditions de vie des habitants de la région. Composées de cartes, de commentaires et de tableaux, elles sont complétées par des zooms sur les principales aires urbaines de la région (Lyon, Saint-Étienne, Grenoble, Clermont-Ferrand et le Genevois français).

AuRA lance son Agence régionale de l'Orientation

La Région a officiellement lancé cette nouvelle agence - sous forme associative - le 13 décembre 2019, à l'occasion de son Assemblée générale constitutive. Ses missions : organiser et financer des manifestations sur l'orientation ; valoriser les métiers et renforcer leur attractivité ; produire et diffuser de la documentation sur les métiers et les formations ; mettre en œuvre des actions favorisant l'insertion professionnelle et sociale des jeunes. Elle accueille et fédère les missions précédemment exercées par la délégation régionale de l'Onisep (Office national d'information sur les enseignements et les professions), l'Arom (Association régionale pour l'orientation et l'orientation des métiers), l'Espace info jeunesse de Clermont-Ferrand et une partie des missions régionales. Le communiqué de presse indique qu' "elle sera à la fois force de propositions et coordinatrice des actions d'orientation".

Auvergne-Rhône-Alpes : des territoires inégaux face à la précarité

Si la région jouit d’une économie dynamique, 12,3% de la population se trouve toutefois sous le seuil de pauvreté (c’est-à-dire avec moins de 990 € par mois pour une personne seule), selon une étude de l'Insee publiée en septembre 2016. L'analyse rapporte que les départements ruraux sont les plus touchés par la pauvreté, avec la Drôme, l'Allier et l'Ardèche les plus touchés par les situations de précarité. Le document indique encore que la précarité impacte inégalement les personnes : les familles monoparentales, les jeunes, les ruraux, notamment âgés, sont les plus fragiles.

Auvergne-Rhône-Alpes : lancement du plan "La région dans mon assiette"

Ce plan, mis en œuvre par le conseil régional, est destiné à faciliter l’approvisionnement des lycées en produits régionaux, avec comme objectifs : 60% de produits régionaux dans les assiettes des lycéens, le renforcement de la formation continue des chefs et des cuisiniers, la mise en place d'un label pour les cuisines engagées dans l’approvisionnement régional, la création d'une centrale d’achat régionale. Pour la mise en œuvre de ce plan, la Région alloue un budget annuel de 1 700 000 €.

Auvergne-Rhône-Alpes dépasse les huit millions d’habitants au 1er janvier 2018

Dans une publication de mai 2018, l'Insee rapporte que la région a gagné "159 400 habitants supplémentaires entre 2015 et 2018", devenant, "avec l’Île-de-France, celle qui a accueilli le plus de population ces trois dernières années". L'Insee pointe "quatre départements [qui] tirent la croissance de population", à savoir la Haute-Savoie, l’Ain, l’Isère et le Rhône, et "deux départements en retrait", soit l'Allier et le Cantal qui voient leur population diminuer. Et si "la Drôme présente une croissance plus rapide que la moyenne régionale (...), dans les territoires ruraux éloignés des pôles, la population est plutôt en stagnation voire en baisse. Ainsi, la croissance du Puy-de-Dôme se concentre en périphérie de Clermont-Ferrand, en lien avec l'étalement de l'agglomération. Celle de la Haute-Loire est liée à la périurbanisation de Saint-Étienne et, dans une moindre mesure, du Puy-en-Velay."

Cahiers thématiques : accueil parents enfants en Massif central

Le projet Apemac 2020 a eu pour objectifs de : développer l'offre d'accueil des enfants dans les zones déficitaires et l'adapter, la renforcer, la qualifier face aux nouveaux besoins des familles ; mettre en place des actions d'animation du lien social et d'interconnaissance entre les familles, les habitants qu'ils soient nouvellement arrivés ou installés plus anciennement ; communiquer et capitaliser sur les actions engagées pour accompagner le transfert des démarches, outils et expérimentations entre les territoires, les départements, les régions. La publication de cahiers thématiques en 2018 vient clore ce projet, relatant les actions qui concourent à l'accueil et à l'attractivité dans une démarche intégrée de développement local.

Cantine bio, marché drive bio, ferme bio… la conversion rapide d'un village

Après avoir lancé un marché drive bio pendant le confinement, Lagraulet-du-Gers (650 habitants, Gers) va se mettre à produire ses légumes bio. Et la commune alimente également exclusivement en produits issus de l'agriculture biologique sa cantine depuis 2019. Récit des différentes expériences dans un article du Courrier des maires.

Cap Rural participe à un focus group européen sur les nouveaux arrivants en agriculture

Dans le cadre du Partenariat Européen pour l'Innovation en agriculture (PEI-AGRI), l'Europe met en place des groupes de réflexion thématiques ("focus group") qui disposent d'un an pour produire un état de l'art de leur sujet ainsi que des recommandations pour la recherche, mais aussi pour les "groupes opérationnels" à venir. Au regard de ses 15 ans d'expérience sur la construction d'offres d'activités (COA), l'agriruralité..., Cap Rural a été retenu pour participer à cet échange européen.
Parmi les questions en débat :
  • Pourquoi et comment les nouveaux arrivants démarrent-ils une production agricole ?
  • Quels business models choisissent-ils ?
  • Quelles sont les innovations qu'ils réalisent et qui pourraient être diffusées dans le monde agricole classique ?