intergénérationnel

A partir d'une ancienne fabrique de meubles, la commune élabore quantité de projets

"Les chiffres de l'Insee qualifient notre région de sinistrée. Pourtant, je suis convaincu que vivre à la campagne est une chance : c'est un laboratoire qui laisse toute liberté pour expérimenter et inventer des solutions." Ainsi parle le maire de Saint-Loup-sur-Semouse (Haute-Saône, 3 327 habitants). Lors de la visite d'une usine voisine juste avant sa liquidation en 2012, l'élu y a découvert plus de 3 000 sièges stockés. Ce fut le déclic : "Nous détenons un vrai savoir-faire à valoriser, mais pas seulement dans un sens patrimonial. Nous souhaitons faire de ce site, d'environ quatre hectares, dont la moitié en bâtiments, un pôle d'activités et un lieu intergénérationnel." La Banque des territoires raconte comment, après avoir lancé une SCIC avec plusieurs entreprises locales, la commune crée sur ce site un éco-hameau de logements pour seniors à partir du bois local (une douzaine d'emplois créés). De plus, un conservatoire de la Cité du meuble ouvrira en 2020 ; et de nombreux projets (résidence d'artistes, Fab Lab...) sont envisagés avec les habitants.

Appel à candidatures : territoires ruraux en lutte contre l'isolement des personnes âgées

En 2019 MONALISA (Mobilisation nationale contre l'isolement des âgés) poursuit son expérimentation pour accompagner des territoires ruraux qui souhaitent se mobiliser contre l'isolement des personnes âgées. Cette deuxième vague de l'expérimentation visera à mieux comprendre, en milieu rural, les particularités de l'isolement social des personnes âgées, les ressorts de l'engagement citoyen et bénévole et les contraintes et éléments facilitant les coopérations entre acteurs.

Appel à projets : faire ensemble avec nos différences

Pour associations à but non lucratif et structures d’intérêt général ayant au moins deux ans d’existence - appel à projets permanent

Dans le cadre de cet appel à projets, la Fondation SNCF choisit de soutenir des actions inter-associatives (toute action doit être coconstruite et pilotée par au moins trois associations) qui permettent aux citoyens qui ne se côtoient pas habituellement ou se connaissent mal de se rencontrer et de partager des activités communes. L’objectif est de leur permettre de s’ouvrir aux autres, s’enrichir des différences, partager pour aller au-delà des idées reçues et aussi trouver leur place dans la société. Au-delà de la rencontre, la notion de "faire ensemble" est fondamentale, car l’action commune favorise le partage et l’enrichissement mutuel. Les projets peuvent par exemple associer deux générations ou plus, un public en situation de handicap et un public valide, des personnes de cultures différentes, favoriser la mixité... Enjeux de cette démarche : la co-construction associative qui multiplie les angles d’attaque, conforte la pertinence des actions, et qui par la mutualisation des ressources et des énergies optimise l’impact et fait bouger les lignes ;  le partage des "différences" dans l’action et la mise en œuvre de réalisations communes.

Des jeunes en service civique à la rencontre des personnes âgées isolées en milieu montagnard

La mairie de Montvalezan (700 habitants, en Savoie) a recruté en 2016 une étudiante en service civique pour "rendre visite" aux personnes âgées isolées. Elle en a profité pour réaliser le plan de la maison de chaque personne et rédiger des petits portraits de chacune décrivant ses habitudes. La Gazette raconte le "succès" de cette opération, qui a permis de rompre l'isolement.

Exemples européens d'innovation sociale pour fournir des services ruraux

Innovation Sociale dans les Zones Rurales Marginalisées (SIMRA) est un projet financé par le programme européen Horizon 2020. Il a publié en 2018 (en anglais) un recueil d'exemples d’innovation sociale dans les zones rurales marginalisées d’Europe et des régions méditerranéennes, montrant comment l’innovation sociale peut aider à maintenir les services ruraux tels que la santé, l’éducation, l’énergie, la mobilité et d’autres services sociaux d’importance. Entre autres exemples : thérapie de montagne pour personnes handicapées (Italie), résidence avec grand-mères pour attirer les jeunes dans des villages dépeuplés (Bulgarie), ferme éco-sociale (Slovénie), initiative pour l’intégration des femmes au chômage (Espagne).

Inspirée des logiques de projets issus du design : la démarche "Village du futur" dans la Nièvre

Le 31 décembre 2017, le pays Nivernais Morvan a sélectionné 14 villages et petites villes volontaires pour mettre en œuvre ce dispositif. Il s'agit de se projeter à dix ans afin de se fixer des objectifs, puis de déterminer les étapes pour les atteindre. Cette démarche, accompagnée par 11 agents de développement, doit permettre de mobiliser les habitants et de réunir les acteurs du territoire afin d'élaborer un "plan-guide", c'est-à-dire un mode d'emploi pour un projet partagé. Des initiatives multiples ont été lancées : création de logements intergénérationnels, espace culturel dédié aux 18-30 ans, espace d'exposition et d'apprentissage, espace de vente... Inspirée des logiques de projets issus du design, l'idée est de tester des équipements avant d'avoir résolu tous les problèmes. Le test permet, entre autres, de rendre visible le projet et de juger de sa pertinence.

La photographie intergénérationnelle au profit de la mixité

L'idée de l'association locale le P'tit Bonheur : réunir pour 38 clichés les 38 plus âgés et les 38 plus jeunes du village québécois de Saint-Camille (525 habitants), car 37,9 est l'âge moyen à Saint-Camille. "37,9" est ainsi devenu le nom du projet. Celui-ci a été pensé dans un contexte où, alors que des services allaient disparaître au tournant au milieu des années 2000, 25 maisons ont été construites à quelques kilomètres du cœur de village pour attirer de nouveaux habitants, si bien qu'il existait un enjeu de faire se rencontrer les natifs et les néoruraux, les aînés et les jeunes. L'idée a donc consisté à réunir les générations autour d'un projet photographique avec échange de dons, puis à exposer les photographies. Un moyen pour établir un climat de confiance et de compréhension mutuelle entre populations.

Le vieillissement démographique : défis et opportunités pour l'économie sociale et solidaire

Tel est le nom de l'étude lancée par La Fonda et Futuribles International, en association avec les acteurs de l'ESS. Après avoir élaboré quatre scénarios contrastés à l'horizon des vingt prochaines années, les principaux enjeux sociaux, économiques, sociétaux et politiques liés au vieillissement démographique ont été identifiés. Un repérage et une analyse de nombreuses innovations dont des acteurs de l'ESS sont porteurs ou parties-prenantes, en France et à l'étranger ont ensuite été réalisés. Des pistes stratégiques pouvant permettre aux acteurs de l'ESS de jouer pleinement leur rôle et de relever les défis d'une société vieillissante en ont été déduites.

Lycéens et résidents d’une maison de retraite défi(l)ent la mode

"Le Défi’Frip, c’est l’histoire de vieux habillés en jeune ; c’est l’histoire de jeunes habillés en vieux ; c’est l’histoire de Roger qui retrouve la parole ; c’est l’histoire d’une tournée internationale ; c’est l’histoire d’un projet un peu "fou", diront certains", raconte Transrural initiatives. Tout a commencé en 2015 dans le PNR de la Brenne (36) quand est née, entre un Ehpad et un lycée, une dynamique de réflexion et de formation initiée par l’association Kaléidoscope sur le thème des habits. Des premières rencontres intergénérationnelles à l’envie de créer un spectacle avec des jeunes et des vieux pour retracer l’histoire de la mode, a pris corps un défilé qui, deux ans après sa création, continue de tourner. Récit à suivre dans le magazine.

Opération "Centre-village" ou la stratégie ambitieuse d'une commune iséroise

Refusant la fatalité du village dortoir, le village de Moidieu Détourbe (1800 habitants) a initié en 2009 avec les habitants une réflexion sur la vie au village et la structuration de son centre. En octobre 2017, les élus ont concrétisé le premier acte de leur vaste projet en inaugurant le réaménagement de l’école maternelle et la création d’un restaurant intergénérationnel. Réhabilitation du groupe scolaire, création d'un équipement neuf accueillant activités de la maternelle, du périscolaire et des associations, ainsi qu’un restaurant intergénérationnel, aménagement des espaces, création d’une micro-crèche portée par ViennAgglo, restructuration de l’école élémentaire constituent la première tranche de réalisations. Le CAUE de l'Isère revient sur cette démarche, qu'elle a accompagnée.

Une maison du village transformée en habitat partagé pour seniors

À cause de leur maison inadaptée, trop isolée mais aussi de l’éloignement de leurs familles, plusieurs personnes âgées de Tilhouse (223 habitants dans les Hautes-Pyrénées) ont dû partir en Ehpad alors qu’elles n’étaient pas dépendantes. Pour éviter ces situations rarement choisies, la municipalité, en réflexion avec la MSA, a acquis et aménagé une grande maison de bourg en habitat partagé (trois studios et un espace partagé). Une famille est logée à l’étage pour veiller sur les résidents (contrat moral en contrepartie d’un loyer mensuel raisonnable). À côté de ce logement, un petit appartement a été aménagé et meublé pour recevoir les familles des résidents contre une participation aux charges.

Vers l’expérimentation d’un projet intergénérationnel d’éco-mobilité

L'association Polénergie démarre en 2016 un projet d’expérimentation en faveur de l’éco-mobilité financé dans le cadre du CDDRA Centre Ardèche. En partenariat avec les intercommunalités et les entreprises du territoire, elle travaillera sur deux axes : action de sensibilisation "déplacement domicile-travail", action intergénérationnelle "déplacements alternatifs et solidaires". Par cette dernière action, Polénergie souhaite trouver des réponses innovantes aux problématiques des jeunes et seniors du territoire : accès aux services, difficultés pour se déplacer, accès à l’information personnalisée… Pour cela, elle va recenser les besoins sur le territoire Centre Ardèche (en lien avec les intercommunalités et autres acteurs du terrain), puis mener un travail de benchmarking au niveau national pour identifier des actions existantes en faveur de la mobilité des jeunes et seniors en milieu rural, organiser des temps de rencontre avec les acteurs locaux pour croiser les données et identifier un programme d’actions à mener sur le territoire.