alimentation

"Mangeons 24" : une SCIC pour l'alimentation locale

Lancée à l’initiative de la chambre d'agriculture avec les collectivités locales et le soutien du département de la Dordogne, la Société coopérative d'intérêt collectif (SCIC) Mangeons 24 met en relation une cinquantaine de producteurs du Périgord et des restaurants collectifs (cantines scolaires, Ehpad) pour favoriser l’approvisionnement en produits agricoles locaux. Avec trois salariés (dont l'un est mis à disposition par la chambre d’agriculture), Mangeons 24 assure la centralisation des demandes et des offres, transport et stockage, livraison, facturation et gestion administrative… Un article de Territoire conseils décrypte cette initiative, qui peine encore à atteindre l'équilibre financier.

35 agriculteurs rachètent un supermarché

35 paysans (agriculteurs bovins ou ovins, producteurs laitiers, maraîchers, arboriculteurs, viticulteurs, pisciculteurs, apiculteurs...) d’Alsace ont décidé de racheter un supermarché Lild de quelque 400 m² à Colmar pour vendre eux-mêmes leurs produits. Ouvert en décembre 2016, le supermarché Cœur de Paysan propose prix bas et contacts renforcés entre producteurs et consommateurs.

A Besançon, une expérience pour rapprocher l'agriculture et la ville

En 2005, l'association Afip Bourgogne Franche-Comté entraînait la communauté d'agglomération du Grand Besançon, la Chambre d'agriculture du Doubs et un CFPPA dans un projet européen : Solidarités agricole et urbaine pour des gains économiques, environnementaux et en termes d'emploi. Celui-ci visait à diversifier et adapter les activités agricoles en contexte périurbain, relier la demande locale et l'offre de produits agricoles, développer la formation, l'insertion et l'emploi dans les activités agricoles et rapprocher les différents acteurs de l'urbain, du périurbain et de l'agriculture. Un dossier de Transrural Initiatives revient sur cette expérience, décrypte les conséquences de cette dynamique (notamment la création d'un Espace-Test-Agricole) et saisit l'occasion pour questionner la place et le rôle de l'agriculture dans les territoires urbanisés.

Acteurs locaux (publics et privés) : se connaître et collaborer en faveur d’une stratégie alimentaire territoriale

Session d'exploration - réservée en priorité aux membres du GT SAT et à leurs partenaires
30 janvier 2018 (9h30-17h) - à proximité de Bourg-en-Bresse (01)

Un temps d'apports méthodologiques et de réflexions collectives pour mobiliser et faire collaborer entre elles les parties prenantes du système alimentaire local...

A noter : le groupe de travail SAT (GT SAT) est ouvert aux acteurs qui engagent une réflexion sur la co-construction d'une Stratégie ou d'un Projet Alimentaire de Territoire. Pour plus d'information sur la finalité des travaux de ce groupe, découvrir l'Espace ressources dédié. 

Acteurs locaux (publics et privés) : se connaître et collaborer en faveur d’une stratégie alimentaire territoriale

Session d'exploration - réservée en priorité aux membres du GT SAT et à leurs partenaires
30 janvier 2018 (9h30-17h) - à proximité de Bourg-en-Bresse (01)

Un temps d'apports méthodologiques et de réflexions collectives pour mobiliser et faire collaborer entre elles les parties prenantes du système alimentaire local...

A noter : le groupe de travail SAT (GT SAT) est ouvert aux acteurs qui engagent une réflexion sur la co-construction d'une Stratégie ou d'un Projet Alimentaire de Territoire. Pour plus d'information sur la finalité des travaux de ce groupe, découvrir l'Espace ressources dédié.

Alimentation et développement durable : plusieurs publications

Au cours de ces derniers mois, plusieurs centres de ressources et acteurs institutionnels ont publié des documents portant sur l'"alimentation durable" et les "systèmes d’alimentation [ou "alimentaires"] durable territorialisés". Ceux-ci s'adressent selon les cas aux acteurs publics et privés et présentent les enjeux et défis d'une agriculture et d’une alimentation durables, des notions clés, des analyses de projets et donnent des clés pour entamer des projets alimentaires territorialisés.

Analyse d’opérations de portage foncier dans des territoires périurbains de Rhône-Alpes et d’Auvergne

Dans les territoires périurbains, l’urbanisation croissante se fait principalement au détriment des espaces agricoles. Associée à des enjeux environnementaux mais aussi alimentaires, la préservation de ces espaces est devenue un enjeu important. Dans ce contexte, des initiatives innovantes émergent, associant parfois au niveau local l’acteur public avec des associations citoyennes, des organisations non gouvernementales ou la profession agricole, afin d’expérimenter de nouveaux modes de sécurisation foncière à l’échelle des territoires. Ils reposent sur l’acquisition de la propriété foncière afin d’en contrôler son usage. Ces initiatives aux motivations initiales variées (mise en œuvre d’un projet agricole, produits de qualité, approvisionnement de proximité ou préservation de l’environnement) ont pour point commun le fait de renouveler la relation entre propriété et usage du foncier. Un article de l’'Institut de recherche en sciences et technologies pour l'environnement et l'agriculture (Irstea) présente une analyse de la mise en œuvre de ces opérations dites de "portage foncier", réalisée sur la base d’études de cas dans les régions Rhône-Alpes et Auvergne.

Appel à projets : légumes pour tous, produire et s’approvisionner autrement

Pour structures à but non lucratif - avant le 29 janvier 2018

Avec cet appel à projets, la Fondation Bonduelle soutiendra des projets concernant par exemple le développement de la permaculture, la végétalisation de l’espace urbain, la limitation du gaspillage alimentaire, les cultures partagées en ville ou toute autre action qui favorise l’accès à des légumes tout au long de l’année.

Assises régionales de la Recherche, de l’Innovation et du Développement (RDI) en agriculture, agroalimentaire et forêt : document de restitution

Ces Assises, auxquelles Cap Rural a participé, ont été organisées en décembre 2016 par la Région Auvergne-Rhône-Alpes. Temps d’échanges et de travail entre les acteurs concernés et impliqués, elles ont contribué à construire la mise en réseau de ces acteurs à l’échelle de la nouvelle région. Une restitution a été publiée, qui a vocation à constituer une base de référence pour choisir des thématiques prioritaires en matière de RDI pour le territoire régional.

Auvergne-Rhône-Alpes : lancement du plan "La région dans mon assiette"

Ce plan, mis en œuvre par le conseil régional, est destiné à faciliter l’approvisionnement des lycées en produits régionaux, avec comme objectifs : 60% de produits régionaux dans les assiettes des lycéens, le renforcement de la formation continue des chefs et des cuisiniers, la mise en place d'un label pour les cuisines engagées dans l’approvisionnement régional, la création d'une centrale d’achat régionale. Pour la mise en œuvre de ce plan, la Région alloue un budget annuel de 1 700 000 €.

Circuits courts : quelques guides

Avant de vous lancer dans le développement des circuits courts, pensez à consulter au moins l'un des multiples guides parus à ce jour

Circuits courts et développement durable

Le CERDD - centre ressource du développement durable - propose une grille d'analyse des projets de circuits courts alimentaires, pour mesurer leur "durabilité" sans se focaliser sur l'opposition entre produits locaux et produits bio.

Clés de réussite pour des projets alimentaires territoriaux

"Les projets alimentaires territoriaux (PAT), lancés par la loi d’avenir de 2014, sont des projets politiques transversaux permettant d’unir de multiples initiatives", indique La Gazette. "Quel que soit leur point de départ, les PAT sont des fusées à plusieurs étages. « Il faut avoir des entrées diverses pour pouvoir rassembler un maximum de monde »", note un élu impliqué dans un de ces projets. L'hebdomadaire décortique, outre la ou les bonnes entrées à choisir pour fédérer les acteurs, les leviers qui ont permis à trois PAT de fonctionner : réserve foncière, développement d'un projet agricole, outils de transformation. Et de rappeler que le diagnostic ("ce qui est produit, transformé, distribué et consommé sur son territoire" puis l'analyse des flux physiques) est un préalable indispensable.

Comment construire un Ecosystème Agroalimentaire Territorial (EAT) ?

Systèmes alimentaires Territoriaux (SAT) ou Projets Alimentaires Territoriaux (PAT) ont fait irruption dans le paysage. S'il existe un cadre législatif, interroge la Fédération Nationale d’Agriculture Biologique (FNAB), se "pose la question de la méthode pour les construire, ou plutôt les co-construire sur le territoire": quelle(s) priorité(s), avec quels acteurs et à quelle échelle, quels outils mobiliser ? Éléments de réponse dans la synthèse d'un atelier de co-production organisé par la FNAB lors du séminaire sur la transition agricole et alimentaire des territoires (19-20 janvier 2017).

Comprendre les politiques de l'Union européenne : la PAC

Une brochure grand public sur la politique agricole commune a été mise à jour en 2017 par la Commission européenne. Elle passe en revue et explique les principales caractéristiques et le fonctionnement de la PAC.

Cotcotcodon : une plateforme de financement participatif dédiée à l'agriculture et à l’alimentation

"Vous avez un projet lié au terroir français, à l'agriculture ou à l'alimentation. Vous avez besoin de financement pour le réaliser, et le soutien des personnes sensibilisées par votre action et votre projet, vous permettrait de le démarrer rapidement." Ainsi se présente Cotcotcodon. Après Miimosa, site de financement participatif créé en 2014 exclusivement consacré à l’agriculture et à l’alimentation, Cotcotcodon s'est lancé en 2016 avec comme idée de permettre aux individus de solliciter, pour leur projet d’installation ou de développement d’activité, des citoyens désirant encourager financièrement des initiatives agricoles. Particularités de Cotcotcodon : la gratuité du service (aucune commission sur les dons), les dons sont versés directement aux porteurs de projet et aucun objectif à atteindre pour percevoir les dons effectués.

Création d'un observatoire ressources de la restauration collective locale et durable

Sous la forme d'un site Internet, cet observatoire, réalisé par le programme de recherche Lascaux de l’université de Nantes, vise à faire connaître des exemples d’expériences et d’actions de collectivités territoriales qui mettent en œuvre des politiques publiques de restauration collective locale et durable. Outre les entrées par type de collectivités (communes, EPCI, départements, régions) ou par localisation géographique, la plateforme propose une circulation par thèmes en rapport avec la restauration collective : politique foncière, d'éducation, d'achat, agricole, RH, budgétaire, sociale, environnementale, d'approvisionnement, gouvernance, objectifs culinaires, nutritionnels et de santé.

Des conseils villageois pour une démarche active d’accueil de nouveaux habitants

Les élus d'Arvieu (870 habitants, Aveyron) et sur place une Scop spécialisée dans la gestion web et multimédia s'inquiétaient du recul démographique. Pour donner envie de vivre et travailler dans cette commune, une consultante a été sollicitée, qui a encouragé les élus à mener une démarche participative avec la population. Ceux-là ont d'abord réalisé une proposition de plan d’actions à mener d’ici 2020 et organisé deux réunions publiques en 2015 au cours desquelles les participants ont pris connaissance de la démarche, amendé et complété le plan d’actions, ainsi que l’organisation pour les mettre en œuvre. Divers aspects de la vie ont été abordés : habitat, commerces, services, culture, numérique, loisirs, alimentation, agriculture ainsi que communication. Dix conseils villageois thématiques, pilotés par un animateur et/ou élu référent, ont été mis en place, avec de premières actions qui ont abouti à l'accueil de huit nouvelles familles (reprise de commerces, télétravail...). De nouveau réunis en 2016, les habitants ont redessiné cette fois le cœur de bourg avec l’aide d’un architecte, en envisageant la création de nouveaux services connectés au très haut débit en lien avec l'arrivée de la fibre optique : fablab, tiers-lieu convivial, espace de coworking, service d’autopartage d’un véhicule électrique… Une liste de partenaire a été dressée et des dossiers de financement ont été préparés. Mairie-conseils fait le récit de cette démarche.

Des projets de développement à partir de l'idée de souveraineté alimentaire d'une commune

Pour anticiper tout risque de pénurie alimentaire (par exemple en cas de choc pétrolier), les élus d'une commune de 2 200 habitants du Haut-Rhin ont l'idée en 2012 de créer une filière locale "de la graine à l’assiette". Pour cela, le conseil municipal rachète le droit d’exploitation agricole sur un terrain de 8 hectares dont il a la maîtrise foncière, et où il installe une exploitation maraîchère bio gérée par une entreprise d’insertion. Employant 25 personnes, celle-ci produit aujourd’hui une trentaine de tonnes de légumes par an, propose sa production sur un marché hebdomadaire qui n'existait pas auparavant, confectionne deux fois par semaine quelque 150 paniers de légumes vendus aux ménages du village et des alentours, et fournit chaque jour en nourriture la cantine de l’école du village. En 2015, la municipalité a créé une régie agricole et monte actuellement une coopérative d’intérêt collectif qui a vocation à faire tourner une conserverie, une malterie microbrasserie et une épicerie spécialisée dans la vente en vrac. Un article du quotidien Le Monde s'arrête sur le cheminement des idées, le montage juridique, l'implication de bénévoles...

Des projets financés par le FEADER

Pour illustrer le rôle du Fonds européen agricole pour le développement rural (FEADER) dans l'aménagement et le développement des territoires ruraux, le Ministère de l'Agriculture présente une douzaine de projets soutenus par ce fonds.