• Être en veille
  • Vu, lu pour vous
  • Smart territoire : une boîte à outils pour accompagner les collectivités dans leur transformation

Smart territoire : une boîte à outils pour accompagner les collectivités dans leur transformation

"Derrière le concept de smart city, ou encore de territoire intelligent, se cache un foisonnement d’innovations dont les métropoles n’ont pas le monopole", indique la Caisse des Dépôts, précisant que "ces approches ou solutions innovantes sont aussi des opportunités pour adresser les enjeux des petites et moyennes collectivités". A destination de ces dernières, la boîte à outils proposée en ce sens par la Fédération des industriels des réseaux d'initiative publique (FIRIP) apporte des clés pour aider à structurer une approche projet de territoire intelligent, notant que les éléments déclencheurs - toujours liés à une forte intégration du numérique - peuvent être variés : moderniser un service, renouveler un contrat de concession, faire des économies, améliorer les conditions de vie des citoyens, développer l'attractivité…

Trois étapes mises en avant dans le guide

  1. Réaliser un inventaire des projets, des infrastructures et des services numériques opérationnels ou à l’étude sur le territoire. Il s’agit d’identifier l’état de développement numérique de la collectivité et de recenser ses besoins pour établir un diagnostic.
  2. Évaluer le retour sur investissement par la collectivité : analyse de coûts et analyse de l’impact financier et socio-économique des projets smart. Ce travail permettra de
    vérifier si un projet smart s’appliquant à un service marchand - comme le stationnement - ou non marchand - comme l’éclairage public - apporte davantage de valeur pour le territoire que le coût public assumé par la collectivité.
  3. Élaborer une feuille de route : les orientations et les critères étant définis, il est possible de sélectionner dans son portefeuille de projets identifiés ceux à déployer en priorité. A voir si l'on privilégie une stratégie thématique (par exemple un programme énergétique intégrant la performance énergétique et le développement de l’électro-mobilité) ou une approche plus généraliste (par exemple en intervenant à la fois sur l’aménagement de l’espace public - modernisation des réseaux d’utilité eau, assainissement, réseaux de chaleur… - et sur l’amélioration de la qualité de vie des habitants - guichet unique virtuel d’e-administration).

La question de l'ingénierie et des compétences

Pour les auteurs de l'ouvrage, "la principale difficulté rencontrée par les territoires ruraux et les petites villes réside dans leur capacité à constituer des équipes pour piloter l’élaboration, puis le déploiement d’un projet de territoire intelligent". Selon eux, "trois types de compétences semblent requises :

  • Des compétences métiers en rapport avec les projets envisagés. Le responsable métier aura pour tâche de formuler avec précision les besoins de la collectivité, d’établir des objectifs de performance et les indicateurs pour les suivre.
  • Des compétences numériques pour enrichir les projets métiers ou concevoir de nouveaux services.
  • Des capacités de pilotage et de coordination pour accompagner les équipes projets.

Or, les collectivités rurales, les centres-bourgs et les petites communautés de communes sont rarement dotés des ressources humaines à même de mener à bien de tels projets. Les plus engagés s’appuient généralement sur un acteur unique, un directeur général des services ou un chef de projet qui cumulera les trois compétences."

A lire : Construire son Smart Territoires, Fédération des industriels des réseaux d'initiative publique, mai 2018 (60 pages)

Mots-clés: énergie, aménagement, numérique, services, Collectivités, ingénierie