Une étude sur les intercommunalités XXL

Au moment où, de l’Élysée aux préfets de départements, on plaide pour de vastes regroupements, l’Assemblée des communautés de France et Mairie-conseils se penchent sur les intercommunalités existantes de plus de 50 communes (ex : la communauté d'agglomération Valence Romans sud Rhône-Alpes) ou des communautés de communes voisines de métropoles ayant engagé ou concrétisé des rapprochements avec des territoires de même nature (ex : l'Ouest Rhodanien). Dans cette étude, "gouvernance, management, planification, gestion de proximité : les différentes facettes des ces intercommunalités « XXL » sont passées au peigne fin", selon La Gazette.

L'étude de l'ADCF

Pilotée par l'AdCF, l'ADGCF et la Caisse des dépôts, l'étude a été réalisée par le cabinet HJG ADC. Elle revient sur les expériences de présidents et directeurs généraux de services qui ont passé le cap ou valorise le regard de communautés voisines. Les modalités d'organisations sur le territoire communautaire, la place de la commune, le fonctionnement des instances et les perspectives d'évolution de ces communes sont passés en revue avant la restitution complète des propos recueillis en fin de document.

A lire : Grandes communautés : de l'exception à la généralisation ?, ADCF, 1er février 2016 (64 pages)

L'étude vue par La Gazette

Le magazine pointe l'inquiétude des élus à l'égard du spectre d'un "monstre technocratique", surtout chez les nouveaux élus désignés pour la première fois dans un conseil communautaire après les municipales de mars 2014. Dans le même temps, ces communautés XXL "pallient l’impéritie de l’Etat, déployant une nouvelle offre en matière d’urbanisme et créant des mini-directions départementales de l’équipement".

La Gazette rappelle que "la définition d’un véritable intérêt communautaire reste un combat" et que "la mise en place de documents de planification (schéma de cohérence territoriale, programme local de l’habitat, plan de déplacement urbain) est un signe de cohésion".

Enfin, l'hebdomadaire s'interroge : "Noyées dans ces grands ensembles, les petites municipalités n’ont-elles pas intérêt à se regrouper ? Pour ce faire, la commune nouvelle, mécanisme de fusion « soft », ne constitue-t-elle pas le bon outil ?"

A lire : Les intercommunalités XXL, des colosses aux pieds d’argile, Jean-Baptiste Forray, La Gazette, 1er février 2016
Demander cet article en copie (un service réservé aux cotisants à Cap Rural)

Mots-clés: Etat, Collectivités