genre

17,7% de l'emploi privé rural relève de l'ESS

Un chiffre qui ressort d'une étude sur la place de l'ESS en milieu rural publiée en juillet 2019 dans le cadre du projet TRESSONS soutenu par le Réseau rural national et le FEADER. Pour l'Avise, cette étude "montre que l'ESS occupe une place plus importante dans l'économie des territoires ruraux que dans celles des zones urbaines et péri-urbaines, et que le nombre d'emplois dans l'ESS a augmenté depuis la crise économique de 2008 (+ 4,9% entre 2008 et 2015) contrairement au reste de l'économie (avec une baisse de 2,6% d'emplois dans le secteur privé hors ESS et une baisse de 8,4% dans l'emploi public)." On trouvera également dans le document des informations sur les caractéristiques spécifiques de l'emploi ESS en milieu rural, et notamment les secteurs d'activité dans lesquels elle est la plus présente, les caractéristiques et les conditions d'emploi, les profils des salariés.

3e Comité interministériel aux ruralités (CIR) du quinquennat

Le Gouvernement a présidé dans l'Yonne le troisième CIR le 24 septembre 2021. L'occasion de dresser un bilan du déploiement de l'Agenda rural et d'annoncer le renforcement de certaines mesures. Parmi celles-ci, on peut citer : "l'extension du programme « 1 000 Cafés » du GROUPE SOS à 100 indépendants d'un établissement hôtel-café-restaurant (HCR) fragilisé, afin de les accompagner dans un projet de diversification", "un doublement de la dotation biodiversité en PLF pour 2022 et l'élargissement de la dotation aux communes rurales" adhérentes à un PNR, le lancement de deux AMI "pour soutenir des associations dans la mise en œuvre de projets en faveur de l'égalité entre les femmes et les hommes et visant à lutter contre la haine et les discriminations anti-LGBT+ dans les territoires ruraux", et l'extension à de nouvelles académies du programme Territoires éducatifs ruraux (dont Clermont-Ferrand).

Appel à projets : faire ensemble avec nos différences

Pour associations à but non lucratif et structures d’intérêt général ayant au moins deux ans d’existence - appel à projets permanent

Dans le cadre de cet appel à projets, la Fondation SNCF choisit de soutenir des actions inter-associatives (toute action doit être coconstruite et pilotée par au moins trois associations) qui permettent aux citoyens qui ne se côtoient pas habituellement ou se connaissent mal de se rencontrer et de partager des activités communes. L’objectif est de leur permettre de s’ouvrir aux autres, s’enrichir des différences, partager pour aller au-delà des idées reçues et aussi trouver leur place dans la société. Au-delà de la rencontre, la notion de "faire ensemble" est fondamentale, car l’action commune favorise le partage et l’enrichissement mutuel. Les projets peuvent par exemple associer deux générations ou plus, un public en situation de handicap et un public valide, des personnes de cultures différentes, favoriser la mixité... Enjeux de cette démarche : la co-construction associative qui multiplie les angles d’attaque, conforte la pertinence des actions, et qui par la mutualisation des ressources et des énergies optimise l’impact et fait bouger les lignes ;  le partage des "différences" dans l’action et la mise en œuvre de réalisations communes.

Appel à projets : promouvoir et favoriser l'égalité et la mixité professionnelle entre les femmes et les hommes

Notamment pour chambres consulaires, associations, CIDFF, collectivités territoriales... - avant le 30 septembre 2020 en Auvergne et jusqu'à la fin de la programmation 2014-2020 en Rhône-Alpes

Le Fonds social Européen permet de soutenir plusieurs projets en faveur du développement de l'égalité salariale et professionnelle entre les femmes et les hommes. Deux appels à projets sur les périmètres distincts Auvergne et Rhône-Alpes sont lancés par la DIRECCTE sur une mesure intitulée "mobiliser les entreprises notamment les PME et les branches pour développer l'égalité salariale et professionnelle". En Rhône-Alpes l'appel à projets concerne également deux autres mesures : "augmenter le nombre de participantes demandeuses d'emploi ou inactives accompagnées, en ciblant les femmes et les chômeuses récurrentes ou en activité réduite" et "augmenter le nombre de jeunes de moins de 25 ans participant à des actions de prévention du décrochage scolaire, en particulier les jeunes femmes".

Auvergne-Rhône-Alpes : les inégalités hommes-femmes se creusent tout au long du parcours professionnel

"Alors que 65 % des hommes de 15 à 64 ans sont en emploi à temps plein, seules 43 % des femmes le sont, analyse l'Insee pour la région Auvergne-Rhône-Alpes. L'emploi à temps partiel et l'inactivité expliquent cet écart, qui s’accroît à mesure que des enfants arrivent au foyer." L'institut remarque également que "les femmes occupent plus souvent un emploi dont le niveau de qualification est inférieur à leur niveau de diplôme" et que "l’écart de rémunération entre femmes et hommes est plus élevé dans la région qu’en France."

Collaboration entre centres sociaux et collectivités pour animer un projet de territoire

Ce thème était au centre d'une rencontre organisée en 2018 par Territoires Conseils et la Fédération des Centres Sociaux et Socioculturels de France. Des actes sont à présent disponibles. Ceux-ci présentent les territoires ruraux et leurs priorités d'aménagement et de développement aujourd'hui ; proposent des apports et des expériences sur les questions de précarité, de l'accès aux droits, de mobilité, avec un focus tout particulier sur les publics des femmes et des jeunes en zone rurale ; avancent des pistes de travail pour favoriser l'animation partagée entre tous les acteurs du territoire.

De l'école à la retraite : où commence l’inégalité entre les femmes et les hommes ? Éclairage sur un processus

Un groupe projet régional sur l’égalité femmes/hommes s’est mis en place en 2016 à l’initiative de la DIRECCTE Auvergne-Rhône-Alpes. Afin de formuler des préconisations visant à résorber les écarts constatés, le groupe a sollicité le service étude, statistique, évaluation de la DIRECCTE pour construire un tableau de bord, ayant pour objet de mesurer l’égalité entre les hommes et les femmes sur le plan professionnel en région, puis il a élargi la recherche à la perspective plus générale de l’égalité tout court entre les femmes et les hommes. L'étude est à présent disponible, avec une double vocation : constituer un outil de pilotage des politiques publiques à destination des acteurs institutionnels qui agissent pour la réduction des inégalités, et proposer un support de sensibilisation pour un large public.

Echanges entre agricultrices : l'initiative bretonne des Cafés parlotte

L'Association de Formation et d'Information Pour le développement d'initiatives rurales (AFIP) a initié en Bretagne le projet CARMA (Contributions des Agricultrices au Renouvellement des Métiers Agricoles), un projet visant à renforcer et promouvoir le rôle des femmes dans l'évolution des systèmes agricoles. Dans ce cadre, l'AFIP anime des "Cafés Parlotte" où sont invitées les femmes actrices du monde agricole et rural à discuter entre paires autour d'un thème ("être parent et travailler : comment fait on ?", par exemple). Un lieu de parole voulu pour créer des liens entre femmes sur un territoire, pointer les freins et faire émerger de nouvelles pistes d'action.

Entre agricultrices ? Les incidences équivoques d'un engagement non mixte

Dans le monde agricole, de nombreux groupes féminins défendent la cause des agricultrices. Clémentine Comer, docteur en sciences politiques, analyse dans un article pour Métropolitiques les ambivalences de ces espaces non mixtes, "entre perpétuation des visions traditionnelles des rôles masculins et féminins et remise en question des inégalités sociales".

Et si certaines solutions "durables" étaient mauvaises du point de vue du genre ?

Face à l’épuisement des énergies fossiles, au réchauffement climatique et à la pollution, des solutions de la "ville durable" semblent faire consensus : développement des deux-roues, de la marche, des transports en commun, du covoiturage, etc. Solutions qui creusent les inégalités entre les femmes et les hommes, selon le géographe Yves Raibaud, en raison de la nature des tâches encore majoritairement dévolues aux femmes (accompagnement des enfants, des personnes âgées, courses) que de leur sentiment d’insécurité (et sa réalité) dans l’espace public (crainte de l’agression dans certains quartiers ou bien la nuit). Si la ville durable peut être considérée comme consensuelle du point de vue de l’environnement, il ne faut pas mettre de côté le fait que la gestion quotidienne des économies d’énergie, des déchets, de l’alimentation, de la santé continue d’incomber majoritairement aux femmes, ce qui "légitime d’autant plus l’expression d’un écoféminisme critique, indispensable dans les discussions actuelles sur les enjeux environnementaux", affirme le chercheur. Une réflexion à lire dans une publication du CNRS.

France, portrait social (2019)

Constituée d'une quarantaine de fiches (cadrage économique, population, marché du travail, niveaux de vie et redistribution, qualité de vie), cette publication de l'Insee s'adresse à tous ceux qui souhaitent mieux connaître la société française. A noter : un éclairage sur l'évolution de la société française depuis 40 ans à travers cinq entrées : démographie, évolution du temps de travail, mobilité sociale, inégalités de niveau de vie et de redistribution, opinions et préoccupations des Français.

Freins et leviers pour l’accès des femmes à l’emploi dans les territoires ruraux

L’égalité entre les hommes et les femmes, "grande cause nationale" du quinquennat Macron, est une priorité relayée par le Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET). Les inégalités hommes femmes peuvent être accentuées dans ces territoires, en particulier en matière d’accès à l’emploi, du fait de différents freins directs et périphériques décrits dans une étude pilotée par le CGET. Celle-ci montre néanmoins des leviers pour favoriser l’emploi des femmes en zones rurales, que ce soit en matière de politiques publiques ou d'approche par filières d’avenir et de métiers de demain. Cinq projets locaux sont également présentés, notamment celui de Loustic service, mis en place par la Communauté de communes de Haute Cornouaille (Finistère), qui propose le développement d’accueil relais à domicile en horaires atypiques (entre 4h et 8h30 le matin et entre 18h30 et 23h le soir).

Innovations dans la construction d'un système alimentaire plus durable

Un ouvrage rassemble les actes de la 4e Journée des innovations pour une alimentation durable (Jipad) organisée en 2018 par les étudiants du mastère IPAD (Innovations et politiques pour une alimentation durable) de Montpellier SupAgro, au cours de laquelle chaque étudiant a présenté une innovation. La publication détaille sa genèse et son développement ; analyse en quoi elle est susceptible de répondre aux enjeux d'un développement durable des systèmes alimentaires ; évalue ses impacts (avérés ou potentiels) et identifie les éventuelles controverses associées ; essaye de repérer les opportunités ou obstacles éventuels d'une plus grande diffusion de cette innovation. Ces innovations sont regroupées dans cinq thématiques : nos déchets ont de la ressource ; quand les circuits de distribution se réinventent ; l'alimentation comme levier d'insertion sociale ; les acteurs publics, piliers d'un changement politiquement durable ; l'action collective au service de l'innovation.

La crise sanitaire provoque un retour à des rôles genrés traditionnels

Le premier confinement (mi-mars 2020) s'est traduit par la décision de fermeture des crèches, écoles et universités et d'une interdiction de déplacement confinant les Français dans leur domicile. "En raison des différences de profession et de secteur professionnel mais probablement aussi selon les arbitrages des couples, le confinement n'a pas eu le même impact sur la vie professionnelle des deux parents." Une enquête du CRÉDOC montre que la crise sanitaire et notamment le confinement ont abouti à des arbitrages en défaveur de la parité.

La dimension territoriale de l'accès à l'emploi des femmes

"Les difficultés rencontrées par les femmes en matière d'emploi sont relativement bien connues et assez largement documentées ; elles sont en revanche rarement abordées sous un angle territorial et infranational." Dans une publication de février 2021, l'Observatoire des territoires de l'ANCT s'emploie à analyser la dimension territoriale de l'accès à l'emploi des femmes.

La part des femmes parmi les élus locaux augmente, celle des jeunes diminue

"La part des femmes parmi les élus locaux progresse et atteint désormais presque 42 %, indique un document publié par la Direction générale des collectivités locales ; mais elle est plus faible et plus disparate parmi les présidents d'exécutifs : 11,4 % des présidents de conseils communautaires, 19,8 % des maires, 20,2 % des présidents des conseils départementaux et 31,6 % de ceux des régions. Les élections départementales et régionales de 2021 ont vu ces proportions augmenter plus significativement que les élections municipales de 2020." La part des "jeunes" élus (moins de 40 ans) a diminué en 2021 par rapport à 2015 dans les conseils départementaux et régionaux, et celle des jeunes conseillers municipaux et intercommunaux est restée stable (entre 2014 et 2020). La publication rappelle également que "les agriculteurs et les cadres sont proportionnellement plus nombreux parmi les élus locaux que dans la population, tandis que les ouvriers sont moins nombreux."

Le micro-travail en France : derrière l'automatisation, de nouvelles précarités au travail ?

Identifier des objets dans une image, transcrire des factures, modérer du contenu sur les médias sociaux, visionner des vidéos de courte durée, copier-coller du texte ou répondre à des sondages en ligne, les micro-tâches qu'effectuent les prestataires recrutés par des plateformes contribuent au développement des intelligences artificielles et sont majoritairement payées à la pièce (de l'ordre de quelques centimes). Un rapport présente les premiers résultats du projet de recherche DiPLab ("Digital Platform Labor") et contribue à pallier la quasi-absence d'études sur le micro-travail - un secteur en hausse - dans les pays d'Europe. Réalisée en 2018, une enquête estime à environ 260 000 le nombre de personnes qui micro-travaillent au moins occasionnellement en France. Un travail généralement invisible et régi par des formes de contrats diverses.

Les femmes dans l'agriculture

Alexis Annes, agronome et enseignant chercheur en sociologie, travaille sur les questions de genre et d'agriculture. Dans un entretien avec L'atelier paysan, qui pilote la MCDR UsageR•E•s - Innover par et avec les Usager•e•s : territoires ruraux vivants et technologies appropriées -, il revient sur l'évolution des rapports de genre dans l'agriculture, les inégalités qui subsistent, les difficultés rencontrées par les femmes, les "particularités de l'agriculture féminine".