• Échanger et co-construire
  • LEADER
  • Le point de vue des GAL européens sur la mise en oeuvre de LEADER/DLAL

Le point de vue des GAL européens sur la mise en oeuvre de LEADER/DLAL

En novembre 2017, les GAL de toute l'Europe ont été sollicités par le Réseau européen de développement rural (ENRD) pour donner leurs points de vue sur la façon d'améliorer la mise en œuvre de LEADER/DLAL. Les résultats ont été synthétisés dans un rapport global et des rapports pour chaque État membre. 

Cette enquête a été adressée à 2200 GAL et a permis de recueillir 710 réponses issues des 27 États membres de l'UE. L'enquête comportait quatre parties : les informations relatives à chaque GAL, les principes LEADER, le fonctionnement de LEADER et les propositions pour l'amélioration de ce programme.

D'après les GAL, la mise en œuvre de LEADER/DLAL pourrait être améliorée et rendue plus efficace. Le principe LEADER essentiel d'après eux est l'approche ascendante qui permet aux GAL d'assurer un pouvoir décisionnel et de concevoir et mettre en œuvre leur stratégie locale de développement. Les GAL mettent en valeur la nécessité de prioriser le soutien au développement des projets locaux, à l'animation locale et l'appui à l'innovation. Cependant, les équipes techniques expriment le fait qu'elles sont contraintes par les fortes charges administratives, le manque de ressources et le temps disponible, ce qui rend difficile l'atteinte de ces priorités. 

Les GAL souhaiteraient donc une simplification de ce programme, plus d'indépendance et d'autonomie Les propositions d'améliorations sont principalement axées sur la simplification des procédures administratives et sur la meilleure coordination des parties prenantes de LEADER à toutes les échelles.

En France

86 réponses ont été relayées par les GAL français. Voici quelques résultats non exhaustifs.

  • Les principes LEADER et mise en œuvre de LEADER

Les GAL français ayant répondu à cette enquête accordent également le plus d'importance à l'approche ascendante LEADER. Ils accordent par contre moins d'importance que leurs homologues européens à la dimension coopération. Ce résultat est à mettre en lien avec le constat que les GAL français se sentent moins aptes à mettre en œuvre la coopération que les autres GAL européens et considèrent qu'il est difficile de mettre en œuvre des projets de coopération sur cette programmation.

  • Perspectives d'amélioration

Pour l'échantillon français, l'amélioration de la mise en œuvre du programme passe prioritairement par des payements plus rapides des porteurs de projets. Ils demandent également une amélioration de la communication, de la coordination et communication entre eux et les autorités de gestion et organisme de payement.  

Pour aller plus loin

Retrouvez l'intégralité des résultats de l'enquête à travers le rapport global et le rapport pour chaque pays dont la France ici (en anglais). Un article a également été consacré à ce sujet dans la revue du printemps/été 2018 de Rural Connections, pages 12 et 13 (en français).

Mots-clés: Europe, financements, LEADER